Selle suédois

race de chevaux

Selle suédois
Un Selle suédois
Un Selle suédois
Région d’origine
Région Drapeau de la Suède Suède
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Taille 1,63 m à 1,74 m en moyenne[1]
Robe Toutes les robes unies
Caractère Volontaire, docile, intelligent, vif[1]
Autre
Utilisation saut d'obstacles, complet et attelage[2]

Le Selle Suédois est un stud-book de chevaux de sport de haut niveau en Suède.

HistoireModifier

Les origines du Selle suédois remontent à quelque 300 ans. La base d'origine est un croisement d'andalous, d'arabes et de frisons avec les souches locales. La race est ainsi développée dans des haras prestigieux tels les haras de Stromsholm (fondé en 1621) et de Flyinge (fondé en 1658). Par la suite, on y apporta du sang de trakehners, hanovriens, arabes et pur-sang[2]. Le stud-book est institué en 1874[3].

DescriptionModifier

Le Selle suédois est un cheval relativement imposant. Il a un corps compact, des membres puissants et relativement courts, des pieds solides, les épaules puissantes et une tête expressive[2]. La race a fait l'objet d'une étude visant à déterminer la présence de la mutation du gène DMRT3 à l'origine des allures supplémentaire : cette étude a confirmé l'absence de cette mutation chez le Selle suédois ainsi que celle de chevaux ambleurs parmi la race[4].  

UtilisationsModifier

Plusieurs Selle suédois se sont taillé une solide réputation en saut d'obstacles, dont Butterfly Flip et sa fille Flip's Little Sparrow, Mynta, ou encore Nice Stéphanie.

Diffusion de l'élevageModifier

L'ouvrage Equine Science (4e édition de 2012) le classe parmi les races de chevaux de selle connues au niveau international[5].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Fiche du Selle suédois sur Horse2buy.fr
  2. a b et c Elwyn Hartley Edwards, L'œil nature : CHEVAUX, Nord Compo, Villeneuve-d'Ascq, Larousse, , 108-109 p. (ISBN 2-03-560408-7)
  3. Elwyn Hartley Edwards, CHEVAUX pratique, De Borée, , 74 p. (ISBN 978-2-84494-449-8)
  4. (en) M. Promerová, L. S. Andersson, R. Juras et M. C. T. Penedo, « Worldwide frequency distribution of the ‘Gait keeper’ mutation in the DMRT3 gene », Animal Genetics, vol. 45, no 2,‎ , p. 274–282 (ISSN 1365-2052, DOI 10.1111/age.12120, lire en ligne, consulté le 17 décembre 2017)
  5. (en) Rick Parker, Equine Science, Cengage Learning, , 4e éd., 608  p. (ISBN 1-111-13877-X), p. 61 .

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier