Sekhemib

pharaon égyptien

Sekhemib
Image illustrative de l’article Sekhemib
Vase d’albâtre montrant le nom d'Horus Sekhemib-Perenmaât
Période Époque thinite
Dynastie IIe dynastie
Fonction roi
Dates de fonction vers -2720

Sekhemib ou Sekhemib-Perenmaât, est le nom d'Horus d'un roi égyptien qui régna sous la IIe dynastie. Comme son prédécesseur ou successeur Seth-Péribsen, Sekhemib est aujourd'hui bien attesté dans les archives archéologiques, mais il ne figure dans aucun document posthume. La durée exacte de son règne est inconnue et son lieu de sépulture n'a pas encore été trouvé.

AttestationsModifier

Le nom Sekhemib est connu grâce aux empreintes de sceaux et aux inscriptions sur les récipients en albâtre et en pierre. Ils ont été trouvés à l'entrée de la tombe de de Péribsen à Abydos, dans les galeries souterraines sous la pyramide à degrés du roi Djéser à Saqqarah (IIIe dynastie) et sur un site de fouilles à Éléphantine.

Nom du roiModifier

Le nom d'Horus de Sekhemib est inhabituel, car c'est le premier dans l'histoire égyptienne qui a été étendu par une épithète. En plus du nom, Sekhemib, plusieurs empreintes de sceau et inscriptions de vases en pierre montrent l'épithète Perenmaât à l'intérieur du serekh. Sekhemib utilisait les deux formes de nom, le nom d'Horus simple Sekhemib et le nom double Sekhemib-Perenmaât, en même temps. Des égyptologues comme Herman te Velde et Wolfgang Helck pensent que le double nom de Sekhemib a été utilisé lorsque l'État égyptien a été divisé en deux royaumes indépendants. Il semble que Sekhemib ait tenté de souligner la situation politique qui prévalait en Égypte à l'époque. Une forme accrue de ce double nom a été créée et utilisée par un successeur de Sekhemib, le roi Khâsekhemoui. Ce roi a également utilisé un double nom et a même placé Horus et Seth ensemble comme divinités protectrices au sommet de son serekh. Khâsekhemoui avait essayé d'exprimer la paix et la réconciliation entre la Haute et la Basse-Égypte avec son serekh inhabituel, aussi.

IdentitéModifier

 
Vase de Sekhemib portant l'inscription sur la droite Le roi de Haute et de Basse-Égypte, Sekhemib-Perenmaât, et sur la gauche Administrateur de la maison du cuivre, servant du Dieu de Kherty

La figure historique de Sekhemib fait encore aujourd'hui l'objet d'enquêtes et de discussions entre égyptologues et historiens. Les conclusions contradictoires laissent place à de nombreuses interprétations et théories.

Des égyptologues tels que Walter Bryan Emery, Kathryn A. Bard et Flinders Petrie croient que Sekhemib était la même personne que le roi Péribsen, un souverain qui avait lié son nom à la divinité Seth et qui ne gouvernait peut-être que la Haute-Égypte. Emery, Bard et Petrie désignent plusieurs sceaux d'argile trouvés à l'entrée de la tombe de Péribsen. La tombe de Sekhemib n'a pas encore été retrouvée.

En revanche, des égyptologues tels que Hermann Alexander Schlögl, Wolfgang Helck, Peter Kaplony et Jochem Kahl pensent que Sekhemib était un souverain différent de Péribsen. Ils soulignent que les sceaux d'argile n'ont été trouvés qu'à l'entrée de la tombe de Péribsen et qu'aucun d'entre eux ne montre jamais les noms de Péribsen et de Sekhemib ensemble dans une inscription. Ils comparent les découvertes avec les tablettes d'ivoire du roi Hotepsekhemoui trouvées à l'entrée de la tombe du roi . Par conséquent, Schlögl, Helck, Kaplony et Kahl sont convaincus que les sceaux de Sekhemib sont simplement la preuve que Sekhemib a enterré Péribsen.

Des égyptologues comme Toby Wilkinson et Helck pensent que Sekhemib et Péribsen pourraient avoir été reliés. Leur théorie est basée sur les inscriptions de récipients en pierre et les empreintes de sceaux qui montrent de fortes similitudes dans leurs styles d'écriture typographiques et grammaticaux. Les vases de Péribsen, par exemple, portent la mention ini-setjet (hommage au peuple de Sethroë), tandis que les inscriptions de Sekhemib indiquent ini-chasout (hommage aux nomades du désert). Une autre indication pour une relation entre Péribsen et Sekhemib est le nom en serekh des deux rois, car ils utilisent tous deux les syllabes per et ib dans leurs noms.

Les égyptologues tels que Helck identifient Sekhemib avec le nom en cartouche ramesside Ouadjenes et associent Péribsen avec un roi nommé Sénedj. L'égyptologue Dietrich Wildung pense de la même façon et identifie Sekhemib avec le nom de Nebty-Ouneg et Péribsen avec Sénedj.

RègneModifier

 
Sceau de Péribsen avec la première phrase complète en égyptien ancien

Il semble y avoir des preuves archéologiques que Sekhemib n'a régné qu'en Haute-Égypte. Son royaume se serait étendu d'Ombo jusqu'à l'île Éléphantine, où un nouveau centre administratif appelé La Maison Blanche du Trésor fut fondé sous Péribsen. Les égyptologues et les historiens débattent toujours de la question de savoir si, pourquoi et quand il a été décidé de scinder l'État.

Arguments pour l'hypothèse d'un pays diviséModifier

Les égyptologues Wolfgang Helck, Nicolas Grimal, Hermann Alexander Schlögl et Francesco Tiradritti pensent que le roi Ninetjer, troisième souverain de la IIe dynastie et prédécesseur de Sekhemib, a dirigé une Égypte qui souffrait d'une administration publique trop complexe. Ninetjer décida de diviser l'Égypte pour la laisser à deux successeurs choisis qui gouverneraient deux royaumes séparés, dans l'espoir que l'administration de l'État pourrait s'améliorer. Des vestiges archéologiques, tels que les sceaux d'argile imprimés et les jarres inscrites, semblent étayer l'affirmation selon laquelle Péribsen ne régnait qu'en Haute-Égypte. Un grand nombre d'entre eux ont été trouvés à Abydos, Nagada, Beit Khallaf et à Éléphantine, avec un seul sceau d'argile portant son nom trouvé en Basse-Égypte. Les historiens pensent que le royaume de Sekhemib se serait étendu de Nagada à l'Île Éléphantine. Le reste de l'Égypte aurait donc été contrôlé par un autre souverain coexistant.

L'égyptologue Dimitri B. Proussakov soutient sa théorie avec des notations sur la célèbre pierre de Palerme concernant le règne du roi Ninetjer. À partir de la douzième année, Le roi de Haute et Basse-Égypte apparaît a été modifié en Le roi de Basse-Égypte apparaît. Proussakov y voit une forte indication que le pouvoir de Ninetjer sur l'Égypte a diminué. Les égyptologues comparent la situation à celle du roi , l'un des derniers souverains de la Ire dynastie. Quand mourut, d'obscurs prétendants apparurent et se battirent pour le trône d'Égypte. Les luttes ont atteint leur apogée avec le pillage du cimetière royal d'Abydos, après quoi le cimetière a été abandonné et Saqqarah est devenu le nouveau cimetière royal. Le conflit a pris fin avec l'ascension du roi Hotepsekhemoui, fondateur de la IIe dynastie.

Barbara Bell, une autre chercheuse, estime qu'une catastrophe économique telle qu'une famine ou une sécheresse de longue durée a touché l'Égypte. Pour mieux résoudre le problème de l'alimentation de la population égyptienne, Ninetjer divisa le royaume en deux et ses successeurs fondèrent deux royaumes indépendants, peut-être dans l'intention de se réunir après la famine. Bell cite les inscriptions de la pierre de Palerme, où, selon elle, les archives des crues annuelles du Nil montrent des niveaux constamment bas pendant cette période. La théorie de Bell est aujourd'hui réfutée par des égyptologues tels que Stephan Seidlmayer, qui affirme que ses calculs étaient erronés. Seidlmayer a montré que les crues annuelles du Nil étaient aux niveaux habituels à l'époque de Ninetjer jusqu'à la période de l'Ancien Empire. Bell a oublié que les hauteurs des crues du Nil dans l'inscription sur la pierre de Palerme tiennent compte des mesures des nilomètres autour de Memphis, mais pas ailleurs le long du fleuve. Une sécheresse à l'échelle du pays était peu probable.

Arguments contre l'hypothèse d'un pays diviséModifier

 
Fragment d'un vase en diorite avec le nom de Nesout-bity (sans cartouche) de Sekhemib-Perenmaât, provenant de la Pyramide de Djéser. L'inscription se lit : Roi de Haute et Basse-Égypte, Sekhemib-Perenmaât, hommages des étrangers, provisions pour...

Des chercheurs comme Herman Te Velde, I. E. S. Edwards et Toby Wilkinson croient que l'inscription de la célèbre Pierre de Palerme de la Ve dynastie, présentant une liste très détaillée des rois, milite contre la division du royaume. Sur la pierre, les rois de la Ire à la Ve dynastie sont répertoriés par leur nom d'Horus, leur nom d'Horus d'or et leurs noms en cartouche, leur espace dédié se terminant par le nom de leur mère. Les listes contiennent également des fenêtres rectangulaires présentant les événements de l'année depuis le jour du couronnement du roi jusqu'à sa mort. Sur le fragment de la pierre nommée Pierre du Caire, dans la ligne IV, les neuf dernières années du roi Ninetjer sont préservées (mais la plupart des cases-années sont illisibles maintenant). La date de la mort de Ninetjer est suivie d'un nouveau roi. Des études récentes révèlent que le serekh de ce nouveau roi est surmonté d'un animal à quatre pattes, et non par le faucon Horus. Comme le seul animal héraldique à quatre pattes au début de l'Égypte était l'animal séthien, malgré un débat passionné, il est probable que le souverain indiqué soit Péribsen. Les égyptologues tels que Te Velde, Barta et Edwards ne sont pas d'accord ; Péribsen n'a peut-être pas été le seul roi avec un nom de Seth. Les événements de l'année sous Ninetjer montrent des références croissantes à Seth, suggérant la tradition d'un nom d'Horus comme le seul nom des rois pourrait avoir déjà évolué. La montée d'un roi allié à Seth n'était donc pas surprenante. Te Velde, Barta et Edwards pensent qu'en plus de Péribsen, les souverains Ouneg, Noubnefer ou Sénedj auraient pu également avoir des noms de Seth ; l'un d'eux était certainement le véritable successeur direct de Ninetjer. Le nombre relativement élevé de découvertes archéologiques du règne de Péribsen contredit la brève durée estimée du règne, seulement dix à douze ans, telle que présentée sur la pierre de Palerme. La pierre ne donne absolument aucune indication d'une division du royaume égyptien. Barta, Te Velde, Wilkinson et Edwards soutiennent que la théorie de la division de l'État est intenable. Une réorganisation administrative ou une scission des sectes de la prêtrise est plus probable.

D'autres égyptologues, tels que Michael Rice, Francesco Tiradritti et Wolfgang Helck, croient qu'il n'y avait pas de division du royaume égyptien et que Sekhemib et Péribsen étaient les seuls dirigeants. La division suspectée peut avoir été de nature purement bureaucratique, y compris des changements de titres de fonctionnaires de haut rang. Il est possible que le roi Ninetjer (ou Péribsen) ait décidé de diviser toute la bureaucratie égyptienne en deux départements distincts dans le but de réduire le pouvoir des fonctionnaires. Un tel acte n'était pas surprenant et s'est produit plusieurs fois dans l'histoire égyptienne, en particulier dans les dynasties ultérieures. Les chercheurs signalent également les tombes de mastaba autrefois palatiales et bien conservées de Saqqarah et d'Abydos appartenant à de hauts responsables tels que Rouaben et Nefer-Setekh. Ceux-ci sont tous datés du règne de Ninetjer à celui de Khâsekhemoui, le dernier souverain de la IIe dynastie. Les égyptologues considèrent le témoignage archéologique de l'état des mastabas et de l'architecture originale comme la preuve que les cultes mortuaires des rois et des nobles de l'État ont eu lieu avec succès pendant toute la dynastie. Si c'est vrai, leur préservation est incompatible avec la théorie des guerres civiles et des problèmes économiques sous le règne de Péribsen. Rice, Tiradritti et Helck pensent que Ninetjer a décidé de quitter un royaume divisé pour des raisons privées ou politiques et que la scission était une formalité soutenue par les rois de la IIe dynastie.

SépultureModifier

On ne sait pas où Sekhemib avait sa tombe, peut-être à Abydos ou à Saqqarah.

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier