Ouvrir le menu principal

Seilles
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Andenne
Code postal 5300
Zone téléphonique 085
Démographie
Gentilé Seillois(e)
Population 4 957 hab. (01/01/2006)
Géographie
Coordonnées 50° 30′ nord, 5° 04′ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Seilles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Seilles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Seilles

Seilles (en wallon Seye) est une section de la ville belge d'Andenne située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Avant la fusion, Seilles faisait partie de la province de Liège. Son dernier bourgmestre, toujours avant la fusion, fut le socialiste Claude Eerdekens.

Seilles a été surnommé « le Village Gris » par l’écrivain régional Jean Tousseul (1890 - 1944), en raison de la couleur donnée aux toits de la localité par les poussières émises par les carrières de calcaire, l’une des principales ressources économiques de la région.

Principales curiosités de SeillesModifier

  • Église dédiée à saint Étienne : église romane dont les plus anciennes parties datent du XIe siècle. L’édifice est classé depuis 1933. On peut y admirer d’anciennes fresques polychromes retrouvées dans les années 70 lors de travaux de réfection
  • Château de Seilles : vaste quadrilatère en pierre, entouré d’un parc et abritant une ferme et un bâtiment à vocation résidentielle. D’origine médiévale et jadis entouré d’un fossé, ce château a été restauré au XIXe siècle dans un style néogothique
  • Chapelle de Reppe : petit édifice roman construit au XIe siècle
  • Réserve naturelle de Sclaigneaux : cette réserve, qui s’étend sur 50 hectares, offre un paysage modifié jadis par la présence de fours à zinc et fait principalement de pelouses arides et de quelques arbres. On y trouve plusieurs variétés de plantes rares, dont des orchidées.

GalerieModifier

Voir aussiModifier