Ouvrir le menu principal

EspècesModifier

ÉcologieModifier

Comme tous les carnivores, ces poissons peuvent bioaccumuler certains polluants ou radionucléides, dont le radiocésium. Des sébastes très radioactifs ont ainsi été pêchés au Japon non loin de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi dans le port de Fukushima ou à proximité, près de 2 ans après la catastrophe de Fukushima (ex : 107 000 Bq/kg[1] (le 2013-02-12) 116 000 Bq/kg[1] (le 2013-02-13) ou 132 000 Bq/kg[1] (le 2013-02-13), soit respectivement 1070, 1160 fois et 1320 fois la norme japonaise telle que mise à jour le 1er avril 2012[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d TEPCO (2013), Nuclide Analysis Results of Fish and Shellfish (The Ocean Area Within 20km Radius of Fukushima Daiichi NPS) < 1/13 > 2013-02-28, consulté 2013-03-19)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :