Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanitarium.
Sanitarium
Titre original Sanitarium
Réalisation Bryan Ortiz (en)
Bryan Ramirez (en)
Kerry Valderrama (en)
Scénario Evan Boston (en)
Crystal Bratton (en),
James Hartz (en)
Scott Marcano (en),
Bryan Ortiz (en)
Kerry Valderrama (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Remy Carter (en)
Kerry Valderrama (en)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Sketches d'épouvante
Durée 108 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sanitarium est un film à sketches d'horreur réalisé par Bryan Ortiz (en), Bryan Ramirez (en) et Kerry Valderrama (en) en 2013. Le film a été produit par Remy Carter (en) et Kerry Valderrama (en). Il a été écrit par Evan Boston (en), Crystal Bratton (en), James Hartz (en), Scott Marcano (en), Bryan Ortiz (en) et Kerry Valderrama (en). Le film a été tourné en langue anglaise à San Antonio (Texas, États-Unis). Il a été diffusé le au Festival international du film de Miami sous le titre original « Sanitarium » signifiant en latin « Maison de Santé» et a été publié en DVD le [1],[2].

Le film met en vedette John Glover, David Mazouz, et Lacey Chabert qui jouent les rôles de trois patients d'un hôpital psychiatrique.

SynopsisModifier

Le film se déroule dans un sanatorium, où le Docteur Henry Stenson médecin en chef, raconte l'histoire de trois patients différents. Le docteur dit que le point commun principal sera la démence. Le film se concentre sur l'interrogation « est-ce réel ou le patient est-il fou ? »[3].

Dans le premier sketch « Figurines parlantes », un fou croit que ses poupées lui parlent. Gustav est un artiste introverti schizophrène qui est spécialisé dans la création de figurines d'argile, ignorant que son alcool et ses médicaments peuvent lui faire croire que son ami a changé de place. Gustav croit que ses créations sont vivantes et peuvent lui parler. La pire folie n'est jamais celle que l'on imagine. La sculpture mène la danse[4].

Le deuxième sketch « Les monstres sont réels », présente Steven, un jeune garçon maltraité par son père. Durant son calvaire, une créature sombre veille sur lui et n’hésite pas à intervenir. Réalité ou folie ? Soupçonnant que Steven est victime de catatonie schizophrénique, sa professeure Mme Lorne tente d'intercéder en sa faveur.

Le troisième sketch « Jusqu'au dernier homme », présente James Silo, un professeur de collège qui, obsédé par les prédictions pour décembre 2012 prévoyant une catastrophe mondiale, conçoit un bunker (bomb shelter (en))[5].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Valderrama a commencé à développer Sanitarium autour de 2011 et a écrit les segments « Figurines parlantes » et « Jusqu'au dernier homme » avec son partenaire d'écriture CM Bratton[6].

Il s'approcha de Ramirez et Ortiz avec l'intention que chacun des trois administrateurs dirigent une des histoires du film[6]. Ortiz aime le concept du film, comme le rappelle le film de 1973, Les Contes aux limites de la folie et la série d'horreur de 1980, Les Contes de la crypte (série télévisée)[6]. Le tournage des trois segments a été fait au Texas et chaque segment a été achevée en cinq jours[6]. Le lycée catholique Saint-Antoine et la zone de Monte Vista à Saint-Antoine ont été utilisés pour la deuxième séquence.

Valderrama a connu quelques difficultés pendant le tournage de son secteur « Jusqu'au dernier homme », car le lieu de tournage était «le deuxième étage d'un entrepôt entre une autoroute et d'une gare en juillet, sans climatisation »[7]. Pour le segment Valderrama a aussi fait des recherches sur le survivalisme, comme il voulait que les actions de James Silo semblent réalistes[7]. Ramirez a également effectué des recherches pour le segment Figurines parlantes en s'appuyant sur l'expérience personnelle d'être un artiste[7].

Réception et critiquesModifier

Le film a reçu les éloges de Ain't It Cool News (en), qui a écrit que l'anthologie était « assez bonne », mais a exprimé une certaine frustration sur le dialogue de médecins qui n'est pas tout à fait exact sur la façon dont ils parlent aux patients dans la vie réelle, et a aussi noté que c'était un problème commun dans le cinéma[8],[9]. Starburst (magazine) (en) a donné 7 étoiles sur 10 au film, remarquant que le film n'était pas parfait, mais qu'il « peut faire le meilleur de ce qu'il a »[10]. En revanche, le San Antonio Current (en) a critiqué le film comme « pas très intéressant» et fait remarquer que «une morale aurait mieux servi le film. Au lieu de cela, Sanitarium va au cliché et à la solution de facilité "[11].Shock Till You Drop (en) loue ses valeurs de production tout en prononçant que c'est une « mauvaise production allant dans de mauvaises histoires »[12].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « SANITARIUM », MIFF (consulté le 12 janvier 2014)
  2. Alex Billington, « Worth Watching: Indie Horror Triptych 'Sanitarium' Red Band Trailer », First Showing (consulté le 12 janvier 2014)
  3. http://www.avenuedelhorreur.fr/article-critique-sanitarium-123732620.html
  4. http://www.horreur.net/film/sanitarium-18347
  5. http://www.senscritique.com/film/Sanitarium/9518329/critiques
  6. a b c et d « Indie Horror Month Exclusive: Dread Central Chats with Sanitarium Directing Trio », Dread Central (consulté le 12 janvier 2014)
  7. a b et c Ken W Hanley, « Q&A: Ortiz, Ramirez & Valderrama on their time in the "SANITARIUM" », Fangoria (consulté le 12 janvier 2014)
  8. AICN HORROR looks at VENDETTA! OPEN GRAVE! SANITARIUM! NIGHTMARE CITY! INSIDIOUS 2! CASSADAGA! ZOMBIE HAMLET! BERBERIAN SOUND STUDIO! « http://www.aintitcool »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 27 mars 2015)
  9. http://www.scifinow.co.uk/reviews/41857/sanitarium-dvd-review/%7Cpublisher=SciFiNow
  10. Joel Harley, « DVD Review: SANITARIUM », Starburst (consulté le 12 janvier 2014)
  11. « ‘SANITARIUM’ DIGS OWN GRAVE WITH WEAK SCRIPT », SA Current (consulté le 12 janvier 2014)
  12. Peter Brown, « Review: Sanitarium is another lame horror anthology », STYD (consulté le 12 janvier 2014)