Ouvrir le menu principal
Samuel Oshoffa
Description de l'image SBJ oshoffa .jpg.
Naissance
Porto-Novo, Dahomey (actuel Bénin)
Décès (à 76 ans)
Imeko, État d'Ogun, Nigéria
Nationalité Béninoise
Activité principale

Samuel Bilehou Joseph Oshoffa (parfois orthographié Oschoffa, 18 mai 1909 - 10 septembre 1985), est une personnalité béninoise, fondateur de l'Église du Christianisme Céleste en 1947.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et familleModifier

Samuel Oshoffa (ou Oschoffa[1]) naît le 18 mai 1909 à Porto-Novo, alors colonie française du Dahomey (actuel Bénin). Son père est charpentier. Sa famille appartient à l'ethnie des Yorubas. Son père, musulman, s'était converti au méthodisme tandis que sa mère rejetait le christianisme[2].

Fondation de l'Église du Christianisme CélesteModifier

En 1947, Samuel Oshoffa travaille dans le commerce de l'ébène. Selon ses explications, c'est alors que, perdu en forêt pendant près de trois mois, il aurait reçu pour instruction de fonder une nouvelle Église. À son retour, il aurait acquis les dons de prophétie et de guérison[3].

Les écrits fondateurs de l'église veulent qu'il ait ressuscité son neveu, faisant de sa sœur Elizabeth la première membre de son culte. Dans les années qui suivent, plusieurs actes semblables sont rapportés. En 1951, Oshoffa part au Nigéria, se disant poussé par une inspiration divine. Ceci lui permet également de fuir les autorités coloniales à sa recherche[2].

À la fin du XXe siècle, l'Église du Christianisme Céleste rassemble environ un million d'adorateurs, dont 400 000 au Bénin[4],[5].

Mort et postéritéModifier

Samuel Oshoffa meurt des suites d'un accident de voiture le 10 septembre 1985 .Sa succession pose des problèmes internes au sein de l'Église du Christianisme Céleste. À sa mort, il aurait eu 14 épouses et 54 enfants[6].

En 2009, son centième anniversaire est célébré au Bénin par un festival musical[7].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Oschoffa, Samuel Bilewu », Dictionnary of African Christian Biography. Consulté le 9 janvier 2011
  2. a et b (en) Spirit, structure, and flesh: gendered experiences in African Instituted, p. 54
  3. (en) The Spirit in the World: Emerging Pentecostal Theologies in Global Contexts, p. 119
  4. (en) Building Bridges and Barricades. Consulté le 9 janvier 2011
  5. (en) Benin International Religious Freedom Report 2007, US Department of State. Consulté le 9 janvier 2011
  6. (en) « Religion and Political Turbulence in Nigeria », JSTOR. Consulté le 9 janvier 2011
  7. (en) Benin: Third Celestial Music Festival opens on Friday in Benin, Afrique en ligne. Consulté le 9 octobre 2011

Voir aussiModifier