Sammo Hung

Sammo Hung, de son vrai nom Hung Kam-bo, (洪金寶, né le à Hong Kong) est un artiste martial, acteur, réalisateur, chorégraphe et producteur hongkongais. Il est connu pour son travail sur de nombreux films d'arts martiaux et films d'actions hongkongais. Il a de plus chorégraphié des combats en collaboration avec entre autres Jackie Chan, King Hu ou John Woo, et a fait partie des Lucky Stars dans les années 1980 et 1990.

Sammo Hung
Nom de naissance Hung Kam-bo
Naissance (70 ans)
Flag of Hong Kong (1959–1997).svg Hong Kong
Nationalité Drapeau de la République populaire de Chine Chinois
Profession Acteur, Réalisateur, Chorégraphe, Producteur de cinéma, Artiste martial
Films notables L'Exorciste chinois
Prodigal Son
Blade of Fury
Ip Man 2
Séries notables Le Flic de Shanghaï

Hung est un des artisans de la Nouvelle Vague hongkongaise des années 1980, ayant aidé à réinventer les films de genre d'arts martiaux et à créer les fictions de type jiangshi. Il est largement crédité pour avoir aidé nombre de ses compatriotes, les faisant démarrer dans l'industrie du film hongkongaise en leur donnant des rôles dans les films qu'il a produits, ou en les embauchant dans les équipes de production.

Il est courant pour les Chinois de s'adresser à des aînés ou à des personnes influentes en utilisant un titre différent du nom officiel, marquant la familiarité et/ou le respect. Jackie Chan, par exemple, est souvent appelé « Da Goh » (Chinois : 大哥, pinyin : dà gē), que l'on peut traduire par « grand frère ». C'est aussi comme cela qu'on se réferrait à Sammo Hung, jusqu'à la réalisation du film Le Marin des Mers de Chine qui réunit les deux acteurs. Hung étant le plus âgé des « frères » du kung-fu et le premier à laisser son empreinte dans cette industrie, il lui a été attribué le nom de « Da Goh Da » (Chinois : 大哥大, pinyin : dà gē dà) pouvant signifier « grand-grand frère », ou « le plus grand grand frère »[1],[2].

DébutsModifier

Petit-fils de l'actrice de films d'arts martiaux Chin Tsi-ang, son nom de « Sammo » (parfois écrit « Samo ») vient du surnom « San-mao » (« trois cheveux ») que lui avait donné sa mère. Il étudie à l'Académie d'étude du théâtre chinois de Hong Kong avec comme compagnons Jackie Chan, Yuen Biao, Corey Yuen, Yuen Wah, Yuen Miu, Yuen Tak et Yuen Choi, membres des Seven Little Fortunes.

Blessé lors d'un entraînement, il est contraint de quitter l'école et de rester immobilisé assez longtemps. Il a été marié à Jo Yun-ok de 1973 à 1994 et a eu quatre enfants, Timmy en 1974, Jimmy en 1977, Sammy en 1979 et Stephanie en 1983. En 1995 il se marie à l'actrice chinoise Joyce Godenzi.

Il devient connu en France uniquement pour avoir interprété le rôle de Sammo Law, dans la série télévisée Le Flic de Shanghaï.

La ville d'origine des Hung est Ningbo, située au nord-est de la province du Zhejiang. Nés à Hong Kong, ses deux parents étaient stylistes pour l'industrie locale de cinéma. La garde de Sammo fut confiée à ses grands-parents : sa grand-mère, archétype de l'actrice de films d'arts martiaux était Chin Tsi-hang[3], et son grand-père était le réalisateur Hung Chung-ho[4].

 
Empreintes sur l'avenue des stars à Hong Kong

Sammo Hung rejoint l'Académie d'étude du théâtre chinois à Hong Kong en 1961. Il fut inscrit pour une durée de sept ans, à partir de l'âge de neuf ans, après que ses grands-parents eurent entendu parler de l'école par des amis.[5] L'école de théâtre était à l'époque tenue par le directeur Yu Jim-yuen. Hung adopta alors un caractère du nom de son sifu pour son pseudonyme, « Chu Yuen-lung ». Sammo Hung devint membre des Seven Little Fortunes et établira une saine compétition avec l'un des plus jeunes élèves, « Yuen Lo », après avoir martyrisé celui-ci[6]. Par la suite, « Yuen Lo » deviendra la star internationale Jackie Chan.

À l'âge de 14 ans, Sammo Hung fut sélectionné par un professeur qui avait des relations dans l'industrie du cinéma de Hong-Kong pour réaliser des cascades dans un film. Cette brève incursion dans le monde du cinéma piqua sa curiosité et il s'intéressa alors plus particulièrement au maniement des caméras.

Il fut repéré par le grand producteur Raymond Chow qui le fit travailler au sein de sa maison Golden Harvest. Il joua divers rôles secondaires, mais se fit surtout connaître et reconnaître pour ses chorégraphies martiales, son sens du combat spectaculaire et rythmé qui le fit croiser la route de Bruce Lee, avec lequel il joua d'ailleurs dans une des scènes de combat d'Opération Dragon.

C'est avec Le Moine d'Acier (1977) qu'il put passer à la réalisation.

MaturitéModifier

Trois films au moins feront date dans l'histoire du cinéma de kung-fu : Le Moine d'Acier (1977), Warriors Two (1978), qui bâtit une fiction autour du style Wing chun, et Prodigal Son (film) (1981).

Son style est présenté comme combinant les héritages du kung-fu et de l'opéra chinois. Il associe également d'une façon assez imprévisible un ton comique, voire grotesque, et la violence la plus crue (pour exemple : la scène de viol dans Le Moine d'Acier). Les combats sont parfois d'une grande virtuosité mais aussi d'une certaine inventivité, qui tranche avec le tout venant des films d'arts martiaux (voir la scène d'affrontement entre des tueurs et le garde du corps du maire dans Warriors Two).

Il cumule souvent les rôles d'acteur (principal ou secondaire), de scénariste, chorégraphe, cinéaste et producteur : homme orchestre qui souhaite par-là imprimer sa marque propre dans le cinéma de kung-fu. Sammo Hung offrira de fait, en plus de combats savamment troussés, de jolies trouvailles visuelles (le maître de Wing chun filmé en plongée en train de s'entraîner dans une forêt de Bambou, ou le vilain banquier aspergé de farine, et transformé d'un coup en un acteur de théâtre dans Warriors Two).

Il tournera encore quelques films, mais participera surtout à de nombreuses productions en tant qu'acteur, co-scénariste ou chorégraphe.

AnecdoteModifier

Contrairement à la plupart des artistes martiaux de premier plan au cinéma, Sammo Hung est d'une corpulence assez forte.

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

Directeur des combats : 77 filmsModifier

ActeurModifier

Prix et récompensesModifier

Voix françaisesModifier

Et aussi :

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Sammo Hung biography », sur www.hkfilm.net (consulté le )
  2. (en) « Martial Arts Movies and TV Series - Wu Jing », Big, Big Brother Sammo Hung, Wu Jing.org (consulté le )
  3. (en) « Szu-ying Chien », sur IMDb (consulté le )
  4. (en) « Hung Chung-ho », sur www.hkmdb.com (consulté le )
  5. (en) « Sammo Hung Exclusive Interview », sur www.thedivareview.com (consulté le )
  6. (en) « Jackie Chan Admits He Was Bullied », sur Martial Arts Movie Junkie (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier