Saint Sébastien soigné par Irène (ter Brugghen)

peinture d'Hendrick ter Brugghen
Saint Sébastien soigné par Irène
Terbrugghen Sebastian.jpg
Artiste
Date
1625
Type
Dimensions (H × L)
149 × 119,4 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
No d’inventaire
AMAM 1953.256Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Saint Sébastien soigné par Irène est une huile sur toile de Hendrick ter Brugghen datée de 1625. Exposée au Allen Memorial Art Museum d'Oberlin, dans l'Ohio, la pièce dépeint le sujet catholique romain de Saint Sébastien soigné par sainte Irène, après que Irène de Rome et sa femme de chambre l'eurent soigné à la suite de son martyre par les autorités romaines. Cette œuvre est un exemple de la tendance baroque à l'italienne dans la peinture hollandaise de l'âge d'or. La peinture est un clair-obscur, léger et habile, représentant un sujet religieux, preuve de l'influence du Caravage sur l'École caravagesque d'Utrecht.

Seymour Slive voit en cette toile le « chef-d'œuvre » de Ter Brugghen : « les grandes et pleines formes du groupe ont été assemblées en un magnifique dessin, et ce qui aurait pu être dur et sculptural est remarquablement adouci par la lumière douce et argentée qui joue sur le corps à moitié mort de Sébastien, gris olive, ainsi que sur les rouges, les blancs crème et les couleurs prune que portent les femmes qui s'occupent du saint »[1].

SujetModifier

Cette toile représente Sébastien déchiré par la douleur alors qu'il est soigné par sainte Irène et sa femme de chambre. Selon l'histoire traditionnelle, l'empereur Dioclétien, pendant la persécution dioclétienne, fait exécuter le soldat Sébastien par des archers pour le punir de sa trahison. Cherchant son corps et voulant l'enterrer, Irène trouve et soigne Saint-Sébastien attaché à un arbre « miraculeusement » vivant. Plutôt que de peindre Sébastien se faisant tirer dessus, en plein cœur de son martyre, Ter Brugghen dépeint les moments qui suivent, où Irène et sa femme de chambre le détachent de l'arbre. Certains attribuent ce changement narratif à l'émergence de la peste à Utrecht dans les années 1620 : plusieurs artistes voulant dépeindre un sujet sauvé de l'agonie, tournent en peinture les souffrances sauvées, représentées par la personnification du Catholicisme. Ter Brugghen représente la peau de Sébastien d'une pâleur verte maladive. Son corps souffrant ressemble à la plupart des malades ou des morts rencontrés à Utrecht à l'époque.

Notes et référencesModifier

  1. Slive 1995, p. 22.

BibliographieModifier

  • Barker, Sheila, La fabrication d'un saint de la peste, ch. 4 dans Piété et peste: de Byzance au baroque, Ed. Franco Mormando, Université d'État Thomas Worcester Truman, 2007, (ISBN 1-931112-73-8) , (ISBN 978-1-931112-73-4) , Google books
  • Christine M Boeckl, Images of Plague and Pestilence : Iconography and Iconology, Truman State University, , 76–80 p. (ISBN 978-0-943549-85-9, lire en ligne) Ter Brugghen, Hendrick. La crucifixion avec la Vierge et saint Jean. 1625. Huile sur toile. Metropolitan Museum of Art, New York.
  • Ter Brugghen, Hendrick. Saint Sébastien soigné par sainte Irène. 1625. Huile sur toile. Musée d'art Allen Memorial, Oberlin.
  • Wieseman, « Dutch and Flemish Art », Allen Memorial Art Museum: Oberlin College, n.d. (consulté le )
  • (en) Natasha Seaman, The religious paintings of Hendrick ter Brugghen : reinventing Christian painting after the Reformation in Utrecht, Farnham, Ashgate Publishing Limited, , 179 p. (ISBN 978-1-4094-3495-5, lire en ligne)
  • (en) Leonard J. Slatkes et Wayne Franits, The Paintings of Hendrick Ter Brugghen : Catalogue Raisonné, Philadelphie, John Benjamins Publishing Company, , 468 p. (ISBN 978-90-272-4961-6)
  • (en) Seymour Slive, Dutch Painting, 1600-1800, Yale UP, , 378 p. (ISBN 0-300-07451-4)
  • Stechow, « Terbrugghen's 'Saint Sebastian' », The Burlington Magazine, vol. 96, no 612,‎ , p. 70–74 (JSTOR 871443)
  • Virch, « The Crucifixion by Hendrick Ter Brugghen », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. 16, no 8,‎ , p. 217–226 (JSTOR 3257746)