Ouvrir le menu principal

Saint-André-d'Ornay

ancienne commune française

Saint-André-d'Ornay
Saint-André-d'Ornay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Commune La Roche-sur-Yon
Code commune 85195
Démographie
Population 1 746 hab. (1962)
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 55″ nord, 1° 26′ 57″ ouest
Historique
Date de fusion 1964
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 15.svg
Saint-André-d'Ornay

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 15.svg
Saint-André-d'Ornay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-André-d'Ornay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-André-d'Ornay

Saint-André-d'Ornay est une ancienne commune de Vendée qui fusionna, en 1964, avec la ville voisine : La Roche-sur-Yon. Ceci permit à la ville et préfecture précédemment citée, qui subissait alors une explosion démographique, de s'agrandir davantage. Aujourd'hui, Saint-André est l'un des plus importants quartiers de La Roche-sur-Yon.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Les Minéraux[1].
Au recensement de 1962, deux ans avant la fusion, la commune était peuplée de 1 746 habitants[1].

HistoireModifier

Au Moyen Âge et jusqu'au XVIIIe siècle, Saint-André-d'Ornay fait partie de la seigneurie, puis principauté de La Roche-sur-Yon. Son territoire inclut une portion de la vaste forêt de la Roche dont le bois des Fontenelles et celui des Granges sont des vestiges. L'église apparaît dans les textes au XIe siècle ; elle est alors desservie par l'abbaye de Marmoutier[2]. Le bourg et son église étaient situés dans la partie basse de l'actuelle rue du Calvaire[3]. Mais le lieu de culte le plus remarquable de Saint-André-d'Ornay était l'abbaye des Fontenelles, fondée par les seigneurs de La Roche-sur-Yon en 1210. Le défrichement de la forêt s'est poursuivi jusqu'à l'époque moderne, laissant la place à des villages ou des métairies isolées[4].

Pendant les guerres de Vendée, à l'instigation de Bulkeley, de la Brossardière, et de Birotheau-Laymonnière, du Bois-Massuyau, les habitants de Saint-André se soulèvent, participant au siège des Sables et à la prise de La Roche-sur-Yon. Mais en 1794, le bourg est incendié par les troupes républicaines[2].

La paroisse, supprimée à la suite des événements révolutionnaires, est recréée au milieu du XIXe siècle. Une nouvelle église est construite sur la route des Sables : une première phase dans les années 1850 (nef et tour-porche dans un style néo-roman) et une seconde en 1894-95 (transept et chœur dans un style proche du néo-gothique)[5].

A la fois commune rurale et faubourg du chef-lieu sur la route des Sables-d'Olonne, Saint-André-d'Ornay fusionne finalement avec La Roche-sur-Yon en 1964.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1888 1921 Napoléon-Gabriel Bugnot    
1922 1940 Léandre Merlet    
1940 1941 Pierre Bonnin    
1941 1942 Jacques Aubin    
1942 1944 Pierre Bonnin    
1944 1945 Georges Aubin    
1945 1958 Henri Rabiller    
1958 1959 Henri Lambert    
1959 1964 Pierre Bonnin    
Les données manquantes sont à compléter.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Notice communale de Saint-André-d'Ornay sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Du Guerny, Yannick., Dictionnaire historique du canton de La Roche-sur-Yon : dictionnaire topographique, historique et géographique de la Vendée, H. Reseau, (OCLC 408964713, lire en ligne)
  3. Cadastre de la commune de Saint-André-d'Ornay, 1809 (Archives départementales de la Vendée)
  4. Jean-Luc Sarrazin, La Vendée des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angely, Éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-07-5), p. Le Moyen-âge, pp. 88-160
  5. « Histoire de l'église » (consulté le 4 janvier 2019)
  6. [PDF] Bulletin spécial n° 124, Amicale philatélique yonnaise, octobre 2009