Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indigo (homonymie).
Indigo
logo de Indigo (entreprise)
Logo de Indigo

Création 3 novembre 2015
Dates clés 2001 : création de Vinci Park
2015 : Vinci Park devient Indigo[1]
2016 : Vinci cède sa part dans Indigo
Slogan « Place au futur »
Siège social La Défense
Drapeau de France France
Direction Serge Clémente
Actionnaires Ardian 49.2 %
Crédit agricole assurances 49.2 %
Activité Stationnement, transport
Filiales Drapeau du Brésil Moving
Drapeau des États-Unis LAZ Parking
Drapeau de la Suisse PMS
Effectif 19 000[2]
SIREN 642020887Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web [1] [2]

Chiffre d'affaires 950 millions d'€ (2016)[3]
en augmentation

Indigo (anciennement Vinci Park) est une entreprise française proposant des services de stationnement de véhicules en voirie ou dans des parkings spécialisés. Elle opère pour des acteurs privés (aéroports, centres commerciaux, etc.) et publics sur différents modes contractuels (délégation de services, concession, pleine propriété)[4].

Sommaire

ActivitéModifier

Indigo travaille auprès de différents acteurs publics et privés tel que : les villes et collectivités[5], les hôpitaux[6], les salles événementielles - lieux culturels - lieux touristiques et de loisirs, les centres commerciaux, les aéroports, les universités, l'hôtellerie, les bureaux et résidentiels[7].

La compétence du groupe est variée et comprend : l'exploitation et gestion de parking[8], la conception en ouvrage[6], le financement[5], la mise à disposition et gestion des installations[8], la gestion du stationnement en voirie sous le nom de Streeteo[9],[10], la mise à disposition de services du quotidien et services à la mobilité (bornes de recharge électrique…)[11], le parking partagé / costationnement[7], le service de voiturier, la télé opération (en) à distance des parcs de stationnement.

Le groupe met en place des services numériques et des infrastructures pour connecter ses parkings comme le paiement par mobile, la pré-réservation de places de parking, la reconnaissance automatique de plaque minéralogique, le service de télé-opération à distance, le jalonnement dynamique de signalétique et le guidage à la place[12]. Indigo propose aussi des services de mobilité partagée comme INDIGO weel, un service de vélos partagés.

HistoriqueModifier

Né de la fusion de Sogeparc et de Parcs GTM, Vinci Park a été créé en 2001. À la suite de l’ouverture du capital de l’entreprise en 2014, Vinci Park devient Indigo en novembre 2015[13].   

De Vinci Park à IndigoModifier

Le 5 novembre 2015, Vinci Park devient Indigo[14],[15],[16]. Cette nouvelle entité est détenue par Ardian (37 %), Crédit Agricole Assurances (37 %), Vinci (25 %) et les salariés (1 %)[17],[18]. En juin de l'année suivante, Vinci cède à Ardian et Crédit Agricole Assurance (Predica) la part qu'il détenait encore dans la société Indigo. La société est désormais contrôlée par Ardian (49,2 %) et Crédit Agricole Assurance (49,2 %), le solde étant détenu par le management.

Ce changement de nom marque aussi un changement de stratégie où les parkings ne sont plus la seule activité de l'entreprise ; Indigo, qui dispose en France de la moitié du marché du stationnement, s'oriente également vers la mobilité[19]. Les investissements et acquisitions représentent plusieurs dizaines de millions d'euros dans les services associés au stationnement dont certains s'éloignant du cœur de métier[20]. En parallèle, des offres complémentaires de services sont proposées au sein des parkings. La France tenant le rôle de laboratoire d'essai pour l'Europe, diverses expériences sont réalisées telles l'implantation d'un Auchan Drive ou des lieux de cotravail[19]. En surface, depuis que le stationnement dans les rues peut être privatisé, Indigo remporte des marchés publics pour gérer le stationnement urbain, se rémunérant sur les tickets d'horodateurs[19]. Les prises de participations ou rachats s'enchaînent : Indigo achète la start-up estonienne Now ! Innovation et met ainsi la main sur OPnGO, une application, ouverte aux concurrents, qui permet de réserver une place de stationnement et payer directement dans l'application[3]. L'entreprise prend une participation dans la start-up israélienne Polly qui développe une solution de calcul d'itinéraire mais aussi dans Wattmobile, un service de partage de véhicules à deux ou quatre roues en partenariat avec la SNCF[3].

Le marché européen du stationnement se consolide et l'entreprise, intéressante principalement par les infrastructures dont elle dispose, est à vendre ; de plus, les deux principaux actionnaire ayant déjà largement investi, Indigo a besoin d'un nouvel apport financier pour continuer à se développer[20]. En 2017, le groupe chinois Shougang dépose une offre d'achat pour quatre milliards d'euros[2].

Indigo WeelModifier

 
Logotype d'Indigo Weel

Vers fin 2015, Indigo souhaite s'associer à JCDecaux afin de concourir pour le renouvellement du contrat des Vélib' à Paris. Mais Decaux décline l'offre[19]. En s'associant à Smoove, l'entreprise décide donc de créer un consortium, Smoovengo, et prend plus d'un tiers des parts[19].

 
Des vélos en libre-service Indigo Weel à Lyon

Fin 2017, Indigo Weel lance un service de vélos en libre-service à Metz. Cette formule est rapidement dupliquée à Tours, à Bordeaux puis à Lyon et Toulouse en 2018[réf. nécessaire].

Implantations d’IndigoModifier

Indigo est implantée en Europe, en Amérique et au Moyen-Orient[21],[22],[23],[24],[25],[26].

ControverseModifier

Inspections fictives de StreeteoModifier

En 2018, l'entreprise Streeteo, filiale à 100 % d'Indigo, chargée depuis janvier de distribuer à Paris les forfaits de post-stationnement, procède pendant plusieurs semaines « à des inspections fictives dans une partie des rues qu'elle est censée contrôler ». Des salariés de l'entreprise décrivent une fraude de grande ampleur, qui porterait « sur près de la moitié des 50000 contrôles quotidiens exigés dans les clauses du marché » remporté par Streeteo. La ville de Paris inflige alors à l'entreprise une pénalité de 60 000 euros[27].

Des verbalisations effectuées par Streeteo à Boulogne-Billancourt amènent le maire de la commune à saisir la justice en septembre 2018[28].

Plusieurs difficultés sont relevées, en 2018, dans un certain nombre de communes françaises[29].

RéférencesModifier

  1. http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/vinci-l-ex-filiale-vinci-park-devient-indigo-4884169
  2. a et b http://www.leparisien.fr/economie/un-geant-de-l-acier-chinois-veut-faire-main-basse-sur-les-parkings-indigo-16-05-2017-6953466.php
  3. a b et c Mérieux - Challenges, p. 65.
  4. Research and Markets, « Parking Reservation System Market 2015 - Global Forecast to 2020 - VINCI Park dominated the market by introducing innovative services in the market », sur www.prnewswire.com (consulté le 3 février 2016)
  5. a et b « Indigo (ex-Vinci Park) rafle la gestion des parkings de Toulouse : ce qui va changer pour vous », sur Côté Toulouse (consulté le 3 février 2016)
  6. a et b Business Immo, « Strasbourg : Vinci Park inaugure un parking de 660 places à l’entrée de l’hôpital de Hautepierre », sur Business Immo - Le site de l'immobilier d'entreprise (consulté le 3 février 2016)
  7. a et b « Le co-stationnement arrive chez Vinci », sur migration.journalauto.com (consulté le 3 février 2016)
  8. a et b E. P, « Pays basque : le stationnement 2.0 à Biarritz et Saint-Jean-de-Luz », sur SudOuest.fr (consulté le 3 février 2016)
  9. « Vinci Park devient Indigo », sur Mobilicités (consulté le 3 février 2016)
  10. « Mairie de Paris : des milliers de contrôles du stationnement bidon »,
  11. La Voix du Nord, « Lille : Vinci Park devient Indigo et promet des parcs de stationnement « connectés » », sur La Voix du Nord (consulté le 3 février 2016)
  12. La Voix du Nord, « Lille : Vinci Park devient Indigo et promet des parcs de stationnement « connectés » », sur La Voix du Nord (consulté le 2 février 2016)
  13. "Place au futur" : VINCI Park devient Indigo
  14. « Nouveau site pour Indigo (ex Vinci Park) », sur L'ADN (consulté le 2 février 2016)
  15. « Vinci Park devient Indigo », sur votreargent.lexpress.fr (consulté le 2 février 2016)
  16. Le Point, magazine, « Vinci Park devient Indigo et se voit en "intégrateur de toutes les mobilités" », sur Le Point (consulté le 2 février 2016)
  17. "Place au futur" : VINCI Park devient Indigo
  18. Notre histoire, Notre actionnariat
  19. a b c d et e Mérieux - Challenges, p. 64.
  20. a et b Mérieux - Challenges, p. 64 et 65.
  21. « Votre place de parking bientôt sur une appli », sur lexpansion.lexpress.fr (consulté le 3 février 2016)
  22. BFM BUSINESS, « Rebaptisé Indigo, Vinci Park veut éviter d'être « ubérisé » », sur BFM BUSINESS (consulté le 3 février 2016)
  23. « VINCI Park strengthens its presence in Canada -- MONTREAL, July 6, 2015 », sur www.newswire.ca (consulté le 3 février 2016)
  24. Chicago Tribune, « Figure faces fraud charges in city's much-maligned parking meter deal », sur chicagotribune.com (consulté le 3 février 2016)
  25. VINCI Park s’implante au Brésil
  26. « Sheraton underground car park nears completion », sur Gulf-Times (consulté le 3 février 2016)
  27. Dominique Simonnot, « La boite qui gruge la mairie de Paris », Le Canard enchaîné,‎ , p. 4
  28. « Stationnement : Boulogne-Billancourt saisit la justice pour des amendes illégales dressées par des agents de Paris », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018)
  29. Sybille Laurent, « Streeteo : qu’y a-t-il derrière cette société privée, à qui les villes sous-traitent la gestion des amendes ? », LCI,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018)

SourceModifier

  • Alice Mérieux, « Indigo passe à la caisse pour changer de niveau », Challenges, no 526,‎ , p. 64 à 65 (ISSN 0751-4417)  

Liens externesModifier