Sœurs du Christ à Gethsémani

Sœurs du Christ à Gethsémani
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 21 mars 1870
par Pie IX
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité vincentienne
But soins des malades à domicile
Structure et histoire
Fondation 1864
Mazamet
Fondateur Antoine Nicolle
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs du Christ à Gethsémani sont une congrégation religieuse féminine hospitalière de droit pontifical.

HistoriqueModifier

En 1862, le Père Antoine Nicolle (1817-1890), lazariste, qui est responsable du sanctuaire de Notre Dame de Valfleury, fonde l'archiconfrérie de la Sainte Agonie pour honorer les souffrances du Christ durant son agonie au jardin des oliviers et prier pour les mourants[1]. Elle développe aussi la dévotion au scapulaire rouge révélé le à une fille de la Charité, Apolline Andriveau et s'efforce de répandre le chapelet du chemin de croix[2]. Cette œuvre est reconnue rapidement par le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, puis approuvée par Pie IX le , et confirmée en 1894 par Léon XIII[3].

Dans le même esprit, le Père Nicolle décide d'organiser une congrégation pour l'aide aux mourants et accepte l'invitation de Mgr Lyonnet, archevêque d'Albi, de s'installer à Mazamet pour commencer l'œuvre. Le , Lyonnet remet l'habit religieux à Lucie-Antonia Berlier et à ses premières compagne, fondant la nouvelle famille religieuse. En 1983, les sœurs de la sainte agonie changent de nom pour celui de sœurs du Christ à Gethsémani[4].

L'institut reçoit le décret de louange le et ses constitutions sont approuvées en 1934.

Activités et diffusionModifier

Les sœurs se dédient principalement aux soins à domicile des malades, en particulier les personnes les plus abandonnées et les plus marquées par la maladie ; les sœurs se consacrent également à d'autres formes d'apostolat comme l'enseignement et le catéchisme.

Les sœurs sont présentes en France et au Niger[5].

La maison-mère est à Rive-de-Gier.

En 2017, la congrégation comptait 39 religieuses dans 11 maisons[6].

Notes et référencesModifier

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Suore di Cristo al Getsemani » (voir la liste des auteurs).
  1. Le Trésor des vivants et des morts : Recueil complet des indulgences, Paris, Ambroise Paray, (lire en ligne), p. 306
  2. « L’Archiconfrérie de la Sainte Agonie de Notre-Seigneur Jésus-Christ », sur https://famvin.org (consulté le )
  3. Franz Beringer, Les Indulgences : leur nature et leur usage : 18-Archiconfrérie de la Sainte Agonie, (lire en ligne)
  4. « Sœurs du Christ à Gethsémani », sur http://www.congregation.fr (consulté le )
  5. « Les communautés », sur http://www.soeurs-de-gethsemani.fr (consulté le )
  6. (it) Annuaire pontifical, Vatican, Librairie éditrice vaticane, , 2329 p. (ISBN 978-88-209-9975-9 et 88-209-9975-7), p. 1497