Séisme de 1810 en Crète

Le séisme de 1810 en Crète s'est produit le à 22h15. Il a causé de grandes destructions à Héraklion, quelques dégâts de Malte au nord de l'Égypte et est ressenti du centre de l'Italie à la Syrie. 2 000 morts sont signalés à Héraklion[1].

Séisme de 1810 en Crète
Image illustrative de l’article Séisme de 1810 en Crète

Date
Magnitude 7.5
Épicentre 35° 30′ nord, 25° 36′ est
Régions affectées Crète - Drapeau de la Grèce Grèce
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
Séisme de 1810 en Crète
Géolocalisation sur la carte : Crète
(Voir situation sur carte : Crète)
Séisme de 1810 en Crète

Contexte tectoniqueModifier

L'arc hellénique est une caractéristique tectonique arquée liée à la subduction de la plaque africaine sous la plaque de la mer Égée. C'est l'une des zones sismiques les plus actives de l'Eurasie occidentale et elle a connu de grands tremblements de terre qui ont également affecté l'Égypte[2]. Les grands tremblements de terre dont les épicentres se trouvent près de la Crète et au nord de l'île sont généralement des événements de profondeur intermédiaire situés à l'interface de la plaque subductrice. Ces événements sont souvent de magnitude M>7, mais en raison de leur profondeur, ils causent relativement peu de dommages pour leur taille, tout en étant très largement ressentis[3].

DégâtsModifier

Le tremblement de terre cause des dommages importants à Héraklion et dans le nord-est de la Crète. Des dommages sont également signalés dans les îles du sud de la mer Égée, au Caire, à Rosette, à Alexandrie dans le nord de l'Égypte et à Malte. L'effondrement d'une partie du temple d'Amon à l'oasis de Siwa, en 1811, a également été attribué à l'événement de 1810, plutôt qu'à un tremblement de terre distinct, qui est maintenant considéré comme un « événement fallacieux »[4].

CaractéristiquesModifier

Le tremblement de terre est largement ressenti et enregistré jusqu'à Chypre, la Turquie, la Syrie, le centre de l'Italie et diverses parties de l'Afrique du Nord[5]. La secousse principale aurait duré deux minutes à Malte[1].

Des rapports font état d'un tsunami, des vagues ayant été enregistrées dans les ports de Malte et d'Alexandrie et dans les canaux voisins, bien que celles-ci aient plutôt le caractère de seiches[4],[5].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) R. Mallet, On the facts of earthquake phænomena, vol. 1854, (lire en ligne), p. 87.
  2. (en) A.Z. Hamouda, « Numerical computations of 1303 tsunamigenic propagation towards Alexandria, Egyptian Coast », Journal of African Earth Sciences, vol. 44, no 1,‎ (DOI 10.1016/j.jafrearsci.2005.11.005, lire en ligne, consulté le ).
  3. (en) « Greece Tectonic Summary of Greece », sur le site earthquake.usgs.gov [lien archivé], (consulté le ).
  4. a et b (en) N.N. Ambraseys, C.P. Melville et R.D Adams, « The seismicity of Egypt, Arabia, and the Red Sea: a historical review », Cambridge University Press,‎ , p. 63 (ISBN 978-0-521-39120-7, lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b (en) G.A. Papadopoulos, E. Daskalaki, A.F okaefs et N. Giraleas, « Tsunami hazards in the eastern Mediterranean Sea: strong earthquakes and tsunamis in the west Hellenic arc and trench system », Journal of Earthquake and Tsunami, vol. 4, no 3,‎ (DOI 10.1142/S1793431110000856, lire en ligne [PDF], consulté le ).

Articles connexesModifier