Ouvrir le menu principal

Rue des Salorges
Situation
Coordonnées 47° 12′ 18″ nord, 1° 34′ 35″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Bellevue- Chantenay - Sainte-Anne
Tenant Quai Ernest-Renaud
Aboutissant Rue Joseph-Blanchart
Morphologie
Type Rue
Histoire
Création XVIIIe siècle

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue des Salorges

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue des Salorges

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue des Salorges

La rue des Salorges est une voie du quartier quartier Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne de Nantes, en France.

Sommaire

PrésentationModifier

Bitumée et ouverte à la circulation automobile, elle relie le quai Ernest-Renaud à la rue Joseph-Blanchart, elle rencontre la rue du Roi-Baco.

DénominationModifier

La rue doit son nom à l'ancien magasin aux sels (ou « salorge ») de la gabelle[1].

HistoireModifier

Les Salorges construites sous l'Ancien régime. Elles sont utilisées au XVIIe siècle par la Compagnie des Indes, qui y organise des ventes, et sont mentionnées sur un plan dressé en 1711. Elles appartiennent alors au « sieur de la Chapelle ». Un plan détaillé des Salorges, établi en 1778 par Pierre-Antoine Peccot, a été conservé[2].

La voie est tracée le long du côté ouest des bâtiments, vers 1790, mais elle n'est pas viabilisée aussitôt, et est impraticable en cas de mauvais temps[1],[3].

Les Salorges, une fois la gabelle abolie pendant la Révolution, sont vendues comme bien national. Pierre-Frédéric Dobrée en fait l'acquisition le 22 germinal an V (). Il les loue à la Chambre de commerce, qui achète les locaux à son petit-fils Thomas Dobrée en 1860. Elles servent alors de dépôt pour les douanes[1],[2].

En 1824, Pierre-Joseph Colin (1785-1848) fonde, au no 9 de la rue, la première usine nantaise de conserves par appertisation utilisant des boîtes en fer blanc, une technique créée en Angleterre, appliquée par d'autres entreprises nantaises, et observée par son père Joseph Colin (1746-1815), qui chosissait là une amélioration de la technique mise au point par Nicolas Appert[4]. La conserverie Amieux Frères achète l'usine Colin en 1923 pour en faire un musée de la conserverie et de la marine. Ouvert en 1928, le « musée des Salorges » est offert à la ville en 1934[5].

En 1943, les bombardements frappent la rue, provoquant la ruine des Salorges et du musée. Les collections de ce dernier sont transférées au musée Dobrée, puis au château des ducs de Bretagne (où une collection existe toujours sous le nom de « musée des Salorges »[5]) dans les années 1950, période au cours de laquelle des immeubles sont construits sur l'emplacement des bâtiments détruits dans la rue des Salorges[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Pied 1906, p. 261.
  2. a b et c « Rue des Salorges », section « Mémoire de la Butte » de l'« Association de la Butte Sainte-Anne » (consulté le 22 juin 2015).
  3. Pajot 2010, p. 196.
  4. Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7), p. 102-103.
  5. a et b « Le musée / Collections & recherches / Découvrez », musée d'Histoire de Nantes (consulté le 22 juin 2015).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :