Ouvrir le menu principal

Rue de la Pépinière (Paris)

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Pépinière et Rue de la Pépinière.

8e arrt
Rue de la Pépinière
Image illustrative de l’article Rue de la Pépinière (Paris)
Rue de la Pépinière vue de la place Saint-Augustin. Au premier plan, le Cercle national des armées.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Madeleine
Début Rue Saint-Lazare
Fin Place Saint-Augustin
Historique
Création 1782
Ancien nom Chemin des Pépinières
Chemin de la Pépinière à la Pologne
Rue Neuve-Saint-Charles
Géocodification
Ville de Paris 7191
DGI 7239

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Pépinière
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Pépinière est une voie du 8e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Elle commence rue de Rome et au 139, rue Saint-Lazare et se termine place Saint-Augustin.

Origine du nomModifier

Cette rue porte ce nom car elle conduisait à la pépinière royale du Roule.

HistoriqueModifier

À partir de 1640, l'espace compris aujourd'hui entre les rues du Colisée et de Berri, l'avenue des Champs-Élysées et la rue du Faubourg-Saint-Honoré fut occupé par la pépinière royale, qui fournissait les résidences royales en arbres, arbustes et fleurs. Elle fut désaffectée sous la Régence avec le projet abandonné de construction d'un nouvel hôtel des Monnaies. Une rue nommée « rue d'Angoulême » (actuel tronçon de la rue La Boétie entre la rue du Faubourg-Saint-Honoré et l'avenue des Champs-Élysées) fut ouverte en 1777 au sud du terrain de l'ancienne pépinière.

Une nouvelle pépinière royale, dite pépinière du Roule, fut créée en 1720 au nord du Grand Égout, dans un rectangle délimité par les actuelles rues de Courcelles à l'ouest et La Boétie au sud, approximativement à l'emplacement de l'actuelle rue de Miromesnil à l'est et à celui du boulevard Haussmann au nord. Cette seconde pépinière fut supprimée en 1826.

Son directeur avait son logement dans une maison reconstruite en 1763 et qui en était séparée par l'actuelle rue de Courcelles. Son premier occupant fut l'abbé Nolin, chanoine de Saint-Marcel. Après la mort de Nolin, en 1794, c'est son neveu et adjoint, Louis de Lezermes qui lui succède. À partir de 1806, la pépinière est dirigée par le botaniste Louis Marie Aubert Du Petit-Thouars (1758-1831), frère de l'amiral Du Petit-Thouars.

Un chemin, indiqué dès 1555, reliait le faubourg du Roule, à l'emplacement de l'église Saint-Philippe-du-Roule, au lieu-dit « La Pologne » situé au carrefour formé aujourd'hui par la rue du Rocher, la rue de l'Arcade (qui s'est longtemps appelée « rue de la Pologne »), la rue Saint-Lazare et la rue de la Pépinière. Ce chemin longeant au sud la deuxième pépinière royale fut appelé « chemin de la Pépinière à la Pologne ». Il fut élargi et transformé en 1782 en rue nommée rue de la Pépinière dans le prolongement de la rue d'Angoulême (actuelle rue de la Boétie) récemment ouverte à cette date.

En 1868, la partie située entre la place Saint-Augustin et la place Chassaigne-Goyon fut rebaptisée « rue Abbatucci » puis rue La Boétie en 1879, la rue de la Pépinière ne conservant son ancienne dénomination que sur sa partie est, de la place Saint-Augustin à la place Gabriel-Péri.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Cercle national des armées.
  • Nos 24 à 28 (et 8, place Saint-Augustin) : Cercle national des armées, plus connu comme le Cercle militaire interarmes. Il occupe l'emplacement d'une partie de la caserne de la Pépinière. Il est orné de sculptures par Jean-Antoine Injalbert, François-Léon Sicard, Jean Boucher et Paul Landowski. Il offre aux officiers des armées de terre, de mer et de l'air tous les services d'un grand hôtel.
  • No 25 : à cette adresse, en 1908, M. Remy, agent de change retraité, fut poignardé pendant son sommeil avec un couteau de cuisine par ses domestiques Renard et Courtois. L'enquête révéla que le laquais Renard était devenu le maître absolu de la maison mais que, menacé d'être renvoyé, il avait résolu de se débarrasser de son employeur et en avait profité pour lui dérober une importante quantité de bijoux et une forte somme d'argent. Renard fut arrêté par la police le 26 juin 1908. En 1910, l'immeuble abrita le siège du journal d'extrême-droite Le Nouveau Siècle.

Bâtiments détruitsModifier

  • No 9 : ancien Concert de la Pépinière (en 1910)[1].

Dans la fictionModifier

  • Dans le roman d'Honoré de Balzac Le Contrat de mariage (1835), Paul de Manerville y habite avec sa femme Natalie. « Item, une belle maison entre cour et jardin, sise à Paris, rue de la Pépinière, imposée à quinze cents francs. Ces propriétés, dont les titres sont chez moi, proviennent de la succession de nos père et mère, excepté la maison de Paris, laquelle est un de nos acquêts. »

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Rochegude, op. cit., p. 40.
  2. Annonce publicitaire parue dans le journal satirique Le Rire le 4 août 1918

SourcesModifier

  • Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, Imprimerie de Vinchon, 1844-1849.
  • Charles Lefeuve, Les Anciennes Maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Paris, C. Reinwald, 5e édition, 1875, 5 vol.
  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910.