Ouvrir le menu principal

Rue de Noailles

rue de Versailles, France

Rue de Noailles
Situation
Coordonnées 48° 47′ 53″ nord, 2° 08′ 06″ est
Quartier Chantiers
Début 34, avenue de Paris
Fin Place des Francine
Morphologie
Longueur 560 m
Largeur 15.6 m
Histoire
Anciens noms Rue Neuve-de-Noailles
Rue du Peuple-Français
Rue du Quatorze-Juillet

Géolocalisation sur la carte : Versailles

(Voir situation sur carte : Versailles)
Rue de Noailles

La rue de Noailles est une voie du quartier des Chantiers de Versailles, en France.

Situation et accèsModifier

La rue de Noailles est une voie publique située dans le quartier des Chantiers de Versailles. Elle débute au 34, avenue de Paris et se termine au 47, avenue de Sceaux, au niveau de la place des Francine.

Non rectiligne, elle est divisée en deux parties qui se rencontrent au niveau de la rue des États-Généraux, où s'est trouvé un temps la barrière d'octroi de Versailles, avant l'intégration de Montreuil.

La partie située entre la rue des États-Généraux et la place des Francine est une composante de la RD 938, ancienne RN 838.

Origine du nomModifier

 
Philippe de Noailles.

Elle porte le nom de Philippe (1715-1794), comte de Noailles, gouverneur de Versailles quand la première partie de la rue fut construite[1].

HistoriqueModifier

La rue de Noailles a d'abord joint l'avenue de Paris à la rue des États-Généraux, alors désignée sous le nom de rue des Chantiers.

Elle a ensuite été prolongée vers l'avenue de Sceaux et la place des Francine à travers ce qui constituait alors un terrain vague connu sous le nom de camp des Fainéants, peu avant la construction des écuries du comte d'Artois en 1773/1776. Ce prolongement pris alors le nom de rue Neuve-de-Noailles.

En 1793, la première partie de la rue reçut le nom de rue du Peuple-Français et la seconde partie reçut le nom de rue du Quatorze-Juillet. En 1806, le nom de rue de Noailles fut conféré à l'ensemble des deux parties[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Au n°8 aurait vécu le peintre François Boucher[1].

Au n°12 logea en 1789 Antoine Barnave, député du Tiers état originaire de Grenoble en Dauphiné[1].

Au n°35 se trouve actuellement la direction départementale des territoires des Yvelines. Cette emprise a initialement été bâtie en 1768 pour y placer les magasins des bâtiments et des menus-plaisirs du Roi[2]. De 1789 à 1796, les bâtiments ont servi de halles aux grains. Ils ont ensuite servis de magasins aux fourrages pour le service militaire de la place[1]. Ces magasins brûlèrent en 1861, et on construisit à leur place en 1864 une caserne pour le corps des sapeurs du Génie de la Garde impériale. En 1870, dans l'urgence de la guerre avec la Prusse, les bâtiments devinrent une annexe de l'hôpital militaire. Ils furent appelés caserne Hoche en 1909. Après la seconde Guerre mondiale, le 10 novembre 1947, la caserne Hoche fut cédée par l'État aux services du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme[3].

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Joseph-Adrien Le Roi, Histoire des rues de Versailles et de ses places et avenues, depuis l'origine de cette ville jusqu'à nos jours (2e édition), (lire en ligne)
  2. Contant de La Motte (17-1 ; ingénieur géographe) Cartographe et Blaizot Auteur du texte, « Nouveau Plan de Versailles... / par M. Contant de la Motte, 1783 », sur Gallica, (consulté le 11 août 2019)
  3. (en) « Versailles : le quartier des Chantiers et son histoire », sur Issuu (consulté le 11 août 2019), p. 134

AnnexesModifier