Ouvrir le menu principal

2e arrt
Rue de Choiseul
Image illustrative de l’article Rue de Choiseul
Rue de Choiseul à son débouché sur le passage de Choiseul (rue Saint-Augustin).
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Gaillon
Début 16, rue Saint-Augustin
Fin 21, boulevard des Italiens
Morphologie
Longueur 243 m
Largeur 10 m
Historique
Création 1779
Géocodification
Ville de Paris 2002
DGI 2013

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Choiseul
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Choiseul est une voie du 2e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

Origine du nomModifier

HistoriqueModifier

Cette rue a été percée sur l’emplacement d’un hôtel particulier, l’hôtel de Choiseul. Ce bâtiment appartenait à la comtesse de Choiseul-Beaupré et ouvrait sur la rue Saint-Augustin. La comtesse avait obtenu en 1776 le percement d’une impasse depuis le boulevard à travers les jardins de son hôtel. La rue fut créée par le prolongement de cette impasse[1].

Le côté est de la rue est occupé par le siège central du Crédit lyonnais.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 1 : Charles Nodier y a habité de 1819 à 1823.
  • No 4 : Adolphe Thiers, alors jeune journaliste, y habita l'année 1822.
  • No 12 : emplacement de la galerie de Fer où furent faits des essais publics d'éclairage au gaz[1].
  • No 15 : Eugène Delacroix y habita l'année 1828.
  • No 22 : ici s'installe, de 1853 à 1859, le photographe anglais Warren T. Thompson[2].

LittératureModifier

Émile Zola y situe l’action de Pot-Bouille, dixième roman de la série des Rougon-Macquart, paru en 1882.

Gustave Flaubert situe au no 24 bis le lieu où son personnage, Frédéric Moreau, vient observer Mme Arnoux dans L'Éducation sentimentale[3].

Notes, sources et référencesModifier

  1. a et b J. Hillairet, Connaissance du Vieux Paris, Éditions Princesse, , 255 p. (ISBN 2-85961-019-7).
  2. La Lumière, 24 février, 30 juin, 13 octobre 1855, cité par Laure Boyer, « Robert Jefferson Bingham, photographe sous le Second Empire », dans Études photographiques, no 12, novembre 2002, p. 20-24, note no 10 (texte en ligne).
  3. Julien Bisson et Estelle Lenartowicz, « Flânerie parisienne sur les traces des grands romans », www.lexpress.fr, 26 février 2017.