Ouvrir le menu principal

Anc. 6e et 7e arrt
Rue Transnonain
(absorbée en 1851)
Image illustrative de l’article Rue Transnonain
Plaque conforme à l'ordonnance de 1730.
Situation
Arrondissement Anc. 6e et anc. 7e
Quartier Saint-Martin-des-Champs
Sainte-Avoye
Début Rue du Grenier-Saint-Lazare et rue Michel-le-Comte
Fin Rue au Maire
Morphologie
Longueur 238 m
Largeur 12 m
Historique
Création Vers 1200
Ancien nom Rue de Châlons
Rue Trousse-Nonnain
Rue Trace-Putain
Rue Tasse-Nonnain
Rue Transnonain

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Transnonain (absorbée en 1851)

La rue Transnonain est une ancienne voie de Paris qui était située dans les anciens 6e et 7e arrondissements et qui a été absorbée en 1851 par la rue Beaubourg lors de son réaménagement.

Sommaire

Origine du nomModifier

La forme « Transnonain » est une altération des anciens noms, « Trousse-Nonnain », « Trace-Putain » et « Tasse-Nonnain », car elle fut longtemps habitée par des prostituées.

SituationModifier

Située dans les anciens 6e et 7e arrondissements, cette voie d'une longueur de 238 mètres commençait aux 1-2, rue du Grenier-Saint-Lazare et aux 39-40, rue Michel-le-Comte et se terminait aux 31-33, rue au Maire.

Les numéros de la rue étaient noirs[1]. Le dernier numéro impair était le no 49 et le dernier numéro pair était le no 44.

Les numéros impairs de 1 à 25 et les numéros pairs de 2 à 16 étaient dans l'ancien 7e arrondissement quartier Sainte-Avoye[2] tandis que les numéros impairs de 27 à 49 et les numéros pairs de 18 à 44 étaient dans l'ancien 6e arrondissement quartier Saint-Martin-des-Champs[3].

HistoriqueModifier

Le plus ancien nom de cette rue, qui est l'une des premières qui s'ouvrit hors de l'enceinte de Philippe Auguste, est « rue de Châlons », en raison de l'hôtel de l'évêque de Châlons, Jean de Sarrebruck, sur l'emplacement duquel on a bâti depuis le couvent des carmélites qui se trouvait au coin de cette rue et de la rue Chapon[1],[4].

La rue de Châlons ayant été longtemps habitée par des prostituées, elle prit le nom de « rue Trousse-Nonnain », « rue Trace-Putain », « rue Tasse-Nonnain » et enfin « rue Transnonain ».

Une décision ministérielle du 18 vendémiaire an VI () signée Letourneux fixe la largeur de cette voie publique à 8 mètres. Cette largeur est portée à 12 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du 14 janvier 1829.

Le no 12 de la rue Transnonain fut le théâtre d'une répression sanglante lors d'une insurrection populaire en 1834 sous le règne de Louis-Philippe Ier.

Article détaillé : Massacre de la rue Transnonain.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'ancien passage au Maire, entre les rues au Maire et Bailly, s'est d'abord appelé « passage Bailly », puis « passage de la rue au Maire ». L'ancienne « rue Saint-Hugues », entre les rues Bailly et Réaumur, fut ouverte vers 1780.

Par arrêté du , la rue Transnonain est fusionnée dans la rue Beaubourg. Ainsi, la partie de la rue Beaubourg située entre la rue Michel-le-Comte et la rue au Maire correspond à la rue Transnonain.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 25e quartier « Sainte-Avoye », îlot no 6, F/31/86/21, îlot no 7, F/31/86/22, îlot no 8, F/31/86/23, îlot no 9, F/31/86/24.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 22e quartier « Saint-Martin-des-Champs », îlots nos 1, 2, 16 à 19, 20 bis, 21 et 22, F/31/84/02.
  4. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier