Rue Sedaine

voie parisienne

11e arrt
Rue Sedaine
Image illustrative de l’article Rue Sedaine
Rue Sedaine vue en direction du boulevard Richard-Lenoir.
Situation
Arrondissement 11e
Quartier Roquette
Début 18, boulevard Richard-Lenoir
Fin 3, avenue Parmentier
Morphologie
Longueur 753 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 1850
Géocodification
Ville de Paris 8533
DGI 8901
Géolocalisation sur la carte : 11e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 11e arrondissement de Paris)
Rue Sedaine
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Sedaine

La rue Sedaine est une voie du 11e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue Sedaine est une voie publique située dans le 11e arrondissement de Paris. Elle débute au 18, boulevard Richard-Lenoir et se termine au 3, avenue Parmentier.

Origine du nomModifier

Le nom de la rue lui a été donné pour honorer l'auteur dramatique Michel-Jean Sedaine (1719-1797), membre de l'Académie française, qui a habité à proximité, au 51, rue de la Roquette.

HistoriqueModifier

Cette voie est indiquée sur le plan de Jaillot de 1770. Elle est également présente sur le plan de Verniquet de 1789 en tant que un cul-de-sac sans nom, partant vers l'est depuis le chemin de la contrescarpe (actuelle rue Saint-Sabin).

Elle est ensuite appelée « cul-de-sac des Jardiniers » ou « ruelle de Jardiniers »[1], puis « impasse Saint-Sabin ».

La ruelle s'arrêtait au niveau de l'actuel no 47[2]. La voie est ensuite prolongée vers la rue Popincourt en 1844, sans autorisation[3] sous le nom de « rue de l'Arquebuse »[réf. nécessaire]. En 1848, ce prolongement est intégré à la voirie publique[4],[5].

Elle est renommée « rue Sedaine » en 1850[6].

Une nouvelle section est ouverte en 1860, entre la rue Popincourt et l'avenue Parmentier, puis une dernière, en 1862, entre le boulevard Richard-Lenoir et la rue Saint-Sabin[7].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Le porche du no 28 donne accès à une voie privée pavée où se trouvent encore d'anciens ateliers et bâtiments industriels.


 
Plaque commémorative pour les volontaires juifs orientaux pendant la Première Guerre mondiale.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Arrêté du 6 mai 1827 », p. 89
  2. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE)
  3. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844, p. 606 [lire en ligne].
  4. Ibid., supplément, p. 20 [lire en ligne].
  5. Adolphe Alphand, op. cit., « arrêté du 4 décembre 1848 », p. 242 [lire en ligne]
  6. Adolphe Alphand, op. cit., « décret du 31 janvier 1850 », p. 248 [lire en ligne]
  7. Charles Braibant, Albert Mirot et Michel Le Moël, Guide historique des rues de Paris, Librairie Hachette, coll. « Bibliothèque des Guides Bleus », 1965.