Ouvrir le menu principal

1er arrt
Rue Bailleul
Image illustrative de l’article Rue Bailleul
Rue Bailleul vue de la rue de l’Arbre-Sec.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Halles
Début 37, rue de l'Arbre-Sec
Fin 10, rue du Louvre
Historique
Ancien nom Rue d'Averon
rue d'Avron
rue Daveron
Géocodification
Ville de Paris 0618
DGI 0632

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Bailleul
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Bailleul est une voie ancienne du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

Située quartier des Halles dans le 1er arrondissement de Paris, la rue Bailleul débute au 37, rue de l'Arbre-Sec et finit au 10, rue du Louvre.

Origine du nomModifier

La rue porte le nom de Robert Bailleul, clerc des comptes, qui habitait une maison à l'angle de la rue des Poulies[1].

Au nombre de ses descendants, on compterait : Nicolas de Bailleul, chevalier, seigneur de Watrelos-sur-Mer et de Choisy-sur-Seine, conseiller d'État et lieutenant civil à Paris, puis prévôt des marchands de 1622 à 1627, et Michel Le Bailleul, sieur de Soisy, conseiller au Parlement, puis surintendant des finances, mort en l'année 1653[2].

HistoriqueModifier

En 1271, 1300, 1315 et jusqu'au début du XVe siècle, cette voie se dénommait alors « rue d'Averon », « rue d'Avron » et « rue Daveron[3],[1] ».

Cette voie est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme « rue Daveron ».

En 1423, elle prend le nom de « rue Bailleul ».

La rue de Bailleul communiquait autrefois avec la rue Saint-Honoré par le passage de l'hôtel d'Aligre[4].

Une décision ministérielle du 26 brumaire an XI (17 novembre 1802), signée Chaptal, fixe la largeur de la rue à 7 mètres. Une ordonnance royale du 23 juillet 1828 porte la largeur à 10 mètres.

Au XIXe siècle, cette voie alors dans l'ancien 4e arrondissement de Paris, quartier Saint-Honoré, cette voie commençait, jusqu'en 1844, aux 37-39, rue de l'Arbre-Sec et se terminait aux 4-6, rue des Poulies[4],[5],[6].

Les numéros de la rue étaient rouges[5]. Le dernier numéro impair était le 13 et le dernier numéro pair était le 18.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Au XVIe siècle se trouvait au no 10 l'hôtel de Schomberg qui devient au siècle suivant l'hôtel d'Aligre[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Maurice Baurit et Jacques Hillairet, Saint-Germain-l'Auxerrois, Paris, Éditions de Minuit, 1955, p. 169-172.
  2. « Paris : histoire rue Bailleul. Rues autrefois », sur www.paris-pittoresque.com (consulté le 13 décembre 2015).
  3. Jacques Maximilien Benjamin Bins de Saint-Victor, Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours.
  4. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 7 [lire en ligne].
  5. a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  6. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 13e quartier « Saint-Honoré », îlot no 9, F/31/79/32, îlot no 10, F/31/79/33, îlot no 11, F/31/79/34.