Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Soussou (langue).
Royaume sosso

XVIIe siècle

Informations générales
Capitale koulikoro
Religion Animisme, Islam

Rois

Le Royaume de Sosso (parfois écrit Soso) était, au XIIe siècle, un royaume d’Afrique de l'ouest, dans la région de Koulikoro (actuel Mali).

HistoireModifier

Après la chute de l’Empire du Ghana fondé à Koumbi-Saleh au sud de la Mauritanie, un chef Sarakolé fonde plus au sud, dans la région de Koulikoro (actuel Mali), le royaume de Sosso. Il y établit la dynastie des Diarisso qui y règne jusqu’en 1180. À cette date les Kanté, clan de forgerons hostiles à l’Islam, vont dominer la région. Sosoe Kemoko unifie le Kaniaga et le Sosso. Son fils Soumaoro Kanté qui lui succède vers 1200, conquiert les petits royaumes voisins et fait régner la terreur. Vaincu par Sundjata Keïta lors de la bataille de Kirina en 1235, il disparaît dans les montagnes de Koulikoro. Sundjata rase la capitale de Sosso. Le royaume de Sosso est alors intégré à l’empire du Mali[1].

D'après le chercheur mandingue Solomana Kante, c'est après cette bataille qu'un groupe de Sosso, qui parlaient la même langue que les Malinké, s'enfuirent de Sosso et prirent la direction de l'ouest pour s'installer à Jalon (futur Fouta Djalon) auprès des Jalonkés, à la fin du XIIIe siècle. C'est l'arrivée des Peuls au XVIe siècle avec l'islam qui les aurait repoussés encore plus vers l'ouest. Ce sont tous ces changements de régions et tous les brassages avec les autochtones des régions traversées pendant sept siècles qui les ont fait abandonner la plupart des mots de leur langue au profit du jalonké et des langues côtières de la Guinée maritime.

RéférencesModifier

  1. Gilles Holder, « Tal Tamari, Les castes de l'Afrique occidentale. Artisans et musiciens endogames », Homme, vol. 39, no 152,‎ , p. 234–237 (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2018)
  • Djibril Tamsir Niane, Soundjata ou l'épopée mandingue, Présence africaine, Paris, 1960.
  • Joseph Ki-Zerbo et Djibril Tamsir Niane (sous la direction de), Histoire générale de l’Afrique, tome IV L’Afrique du XIIe au XVIe siècle, Présence africaine/Edicef/Unesco, 1991

Liens externesModifier