Ouvrir le menu principal

Rousserolle verderolle

espèce d'oiseaux

Acrocephalus palustris

La Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) est une espèce de fauvette des marais.

IdentificationModifier

C'est un passereau de petite taille de 12 à 13 cm de longueur avec une envergure de 19 cm et une masse comprise entre 11 et 15 g.

Elle ressemble énormément à la rousserolle effarvatte dont elle se distingue surtout par son chant et par les milieux occupés.

Elle a le dos uni brun tendant vers le vert olive et le dessous blanc cassé brun. Elle n'a pas de sourcils. La tête est pointue, le bec fin et allongé.

Aire de répartitionModifier

 
  • zone de nidification
  • voie migratoire
  • aire d'hivernage

Cet oiseau vit en Europe occidentale (France, Belgique...), centrale, orientale et dans l'ouest de l'Asie. Il part en Afrique centrale et australe à la fin de l'été pour revenir en avril-mai. Contrairement à la plupart des oiseaux de l'Europe centrale, il utilise essentiellement le chemin migratoire oriental, traversant le Bosphore, Israël et l'Égypte. Ceci lui évite de franchir le Sahara.

Sous-espècesModifier

Cet oiseau est représenté par 4 sous-espèces :

  • Acrocephalus palustris palustris ;
  • Acrocephalus palustris laricus ;
  • Acrocephalus palustris palustris ;
  • Acrocephalus palustris turcomana.

HabitatModifier

La rousserolle verderolle fréquente les massifs d'orties, les fourrés marécageux et les bosquets au bord de l'eau.

ComportementModifier

Cet oiseau imite jusqu'à 212 chants d'autres espèces d'oiseaux qu'il insère dans son propre chant[1]. Des imitations d'oiseaux non européens rencontrés lors des migrations ou en hivernage font partie de son exceptionnel répertoire.

Régime alimentaireModifier

Elle se nourrit principalement d'insectes mais aussi d'araignées.

ReproductionModifier

La femelle pond une couvée par an, de 4 à 5 œufs. Le nid est caché dans les herbes. Il est fait d'herbes sèches et de racines.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Luis F. Baptista et Robin A. Keister (2005). Why Birdsong is Sometimes Like Music, Perspectives in Biology and Medicine, 48 (3) : 426-443. (ISSN 0031-5982)

Références externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier