Roulette de queue

Le terme de roulette de queue désigne la roue de petite taille, généralement orientable et dotée d'un pneu, qui se trouve à l'arrière d'un avion terrestre ou de certains avions amphibies[1] et certains hélicoptères.

GénéralitésModifier

Elles sont apparues durant la Première Guerre mondiale en remplacement des béquilles en bois utilisés alors sur des avions comme le SPAD S.VII[2].

Celle-ci apparait principalement sur les avions à train d'atterrissage classique comme le Vickers Vildebeest de 1926[3], cependant il existe quelques très rares cas d'avions à train tricycle disposant de roulettes de queue qui peuvent s'encastrer dans le fuselage de l'avion, notamment sur des avions à réaction réalisant des décollages à forte incidence[4]. C'est notamment le cas du Lockheed U-2[5] comme le Concorde. Pour leur grande majorité les roulettes de queue sont fixes, et placés sous l'empennage de l'avion. Le célèbre avion léger français Pou-du-ciel HM-14[4] était proposé avec une double roulette de queue jumelée.

Les hélicoptères, comme les avions, peuvent avoir un train d'atterrissage à patins (sur les avions, ils ont disparu rapidement dès le début de la Première Guerre mondiale), à train tricycle avec roulette de nez, ou à train classique avec roulette de queue, fixe ou rétractable dans le fuselage. Le Sikorsky H-34 est un bon exemple de ce dernier cas, de même que plusieurs modèles Sikorsky ultérieurs.

Un dirigeable peut aussi posséder un train d'atterrissage, sous la forme d'une roue sous la nacelle, afin d'éviter que celle-ci ne râcle le sol. Sur les dirigeables modernes, comme le Zeppelin NT, une roulette de queue est également présente, afin d'éviter que l'arrière de l'enveloppe ne frotte au sol[6],[7].

PhotosModifier

Articles connexesModifier

Sources bibliographiquesModifier

RéférencesModifier

  1. Bill Gunston et Claude Dovaz (adapt. française), L'Aviation de combat, Paris, Gründ, , 79 p p. (ISBN 978-2-7000-6409-4, OCLC 461977010)
  2. Véronique Camp, L'aventure des premiers avions de combat, Paris, Hachette Collections, , 287 p. (ISBN 2-01-330475-7)
  3. (en) David Monday, British Aircraft of World War II, Chancellor Press, (ISBN 1-85152-668-4), p. 180
  4. a et b Léo Marriott (trad. de l'anglais), 80 ans d'aviation civile, Boulogne, ETAI, , 224 p. (ISBN 2-7268-8403-2 et 978-2-726-88403-4)
  5. (en) Tom Kaminsky, The United States Military Aviation Directory, Airtime Publishing, , 256 p. (ISBN 1-880588-29-3)
  6. Klaus Hagenlocher, « Les zeppelins du XXIe siècle », sur POUR LA SCIENCE, (consulté le ).
  7. (en) « Flight Report: Aloft in a Zeppelin Airship », (consulté le ).