Rondo (musique)

forme musicale de la musique classique occidentale

En musique, le rondo est une forme musicale (et également un genre quand il se présente en pièce isolée), basée sur l'alternance entre une partie récurrente (parfois appelée refrain) et d'épisodes contrastants (parfois appelés couplets). Schématiquement, un rondo se représente ainsi ː

Thème du troisième mouvement de la sonate La Pathétique de Beethoven, qui est un rondo.
A / B / A / C / A / D / A / coda

où A est le thème principal et B, C et D les épisodes constrastants. Le rondo est une forme utilisée généralement dans les derniers mouvements des sonates, symphonies, concertos, divertimentos ou toutes œuvres de musique de chambre. Le rondo est le plus souvent d'un tempo rapide (Allegro, voire Presto ou Vivace) et d'un caractère gai et enjoué. Sa simplicité thématique est fréquemment contrebalancée par une recherche de virtuosité démontrant la maîtrise du ou des exécutants.

La partie récurrente, quittant rarement la tonalité principale, débute et termine la consécution d'ordinaire suivie d'une coda. Les épisodes sont thématiquement et rythmiquement contrastés, dans les tons voisins, empruntant parfois à l'écriture de la variation. Certains compositeurs ont complexifié cette forme, la fondant dans la forme sonate.

Rondeau baroqueModifier

À l'époque baroque, le terme de rondeau ne désigne d'abord que le refrain (la partie qui revient plusieurs fois), avant de désigner l'ensemble de la pièce. Cette forme a une structure basique très simple : ABACA.

Les musiciens français de cette époque font un usage fréquent du principe du rondeau, appliqué aux danses de la suite (gavotte en rondeau, menuet en rondeau, etc.).

Le rondeau est surtout présent dans les suites de danses (Marin Marais) ou les concerts royaux (François Couperin). On le retrouve surtout dans la musique profane et dans l'opéra baroque (Rameau, les Indes Galantes).

Quelques rondos notablesModifier

SourcesModifier

Articles connexesModifier