Ouvrir le menu principal

Roland Coffignot, né le à Reims (Marne) et mort le à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)[1], était un aviateur français, pilote d'essai, spécialiste des hélicoptères.

BiographieModifier

Attiré très tôt vers l'aviation, Roland Coffignot obtient en 1941, à 18 ans[2], un stage d'un an comme agent technique aéronautique au Centre d'essais en vol de Marignane[3]. Il y restera douze ans. Il obtient son brevet d'ingénieur navigant d'essais (numéro 156)[1], puis de pilote d'essais avions (numéro 155[3]) en 1954[2], et de pilote d'essais hélicoptères (numéro 13[3]) en 1962[2].

Initié à l'hélicoptère chez Fenwick en 1953, il entre en 1956 à la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Est[2] (SNCASE, future Sud-Aviation) pour y mener les essais hélicoptères, domaine encore nouveau en France et promis à un bel avenir. Il est remarqué par le chef pilote Jean Boulet, qui l'implique dans la mise au point des machines, en commençant par les SE.3130 Alouette II[3] et Alouette III[3], le Sikorsky H-34[3] (version militaire de l'américain Sikorsky S-58), et surtout le SE.3200 Frelon[3], qui effectue son premier vol le [1].

Les résultats accumulés par le tandem Boulet-Coffignot amènent le lancement du SA.321 « Super-Frelon »[3], qui vole pour la première fois le [1]. Avec cet hélicoptère, ils battent plusieurs records du monde[2] :

  • Le , les deux hommes battent le record de vitesse sur 3 kilomètres, détenu par Sikorsky, et le portent à 341,230 km/h[1].
  • Quatre jours plus tard, le , ils pulvérisent le record de vitesse sur base de 15/25 km[1].
  • Le même jour, accompagnés du mécanicien Turchini, ils s'octroient le record de vitesse en circuit fermé, avec 334,20 km/h[1].

Les essais continuent, et Roland Coffignot est le pilote des premiers vols de la version civile du « Super-Frelon »[2] (le 7 avril 1967), du SA.315 Lama (le 17 mars 1969), du SA.360 « Dauphin » monomoteur, du SA.365 « Dauphin 2 » et du SA.366 « Dauphin 2 » bi-turbine. Avec cet appareil, il enchaîne les records : à Istres, les 15, 16 et 17 mai 1973, aux commandes du prototype du SA.360 « Dauphin », il arrache aux Américains trois records de vitesse[2] :

  • vitesse sur base de 100 kilomètres, à 299 km/h[1] ;
  • record sur base de 3 kilomètres, à 312 km/h[1] ;
  • record sur base de 15/25 kilomètres, à 303 km/h[1].

Après avoir occupé longtemps le poste d'adjoint du directeur des essais en vol à Sud-Aviation puis à l'Aérospatiale[2], il prend sa retraite en 1983[3],[1] avec un total de 11 000 heures de vol[3],[2]. Il décède à Aix-en-Provence le et repose au cimetière de Puyricard (Bouches-du-Rhône)[1],[3].

HommagesModifier

  • La promotion 1993-1994 de l'EPNER a pris le nom de baptême « Roland Coffignot »[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 235.
  2. a b c d e f g h et i Jacques Nœtinger, « Roland Coffignot, le grand Dauphin », Air et Cosmos, no 955,‎ (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h i j et k Marcel Catillon, Qui était qui ? : mémorial aéronautique, Nouvelles Editions Latines, , 221 p. (ISBN 2-72330-529-5, EAN 978-2-72330-529-7, lire en ligne), p. 50.
  4. « NOS ANCIENS », sur EPNER STAGES EXPERIMENTAUX. PROMOTION 2003-2004 (consulté le 23 octobre 2018).

BibliographieModifier