Ouvrir le menu principal

Roger Rémondon

historien français
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir René Rémond.

Roger Rémondon (1923–1971)[1] est un historien français, spécialiste de papyrologie grecque[2].

BiographieModifier

Successivement élève de l'École normale supérieure, agrégé de grammaire (1949)[3] et pensionnaire à l'Institut français d'archéologie orientale du Caire[4], Roger Rémondon fut notamment directeur d'études à l'École pratique des hautes études (chaire de papyrologie et histoire de l'Égypte gréco-romaine) et professeur d'histoire à la Faculté de lettres de Lille[1].

Rémondon est également l'auteur d'un ouvrage de synthèse sur le déclin de l'Empire romain d'Occident intitulé La Crise de l'Empire romain : de Marc Aurèle à Anastase, publié dans la collection « Nouvelle Clio » des Presses universitaires de France.

Le 10 octobre 1971, Roger Rémomdon meurt à l'âge de 48 ans d'une crise cardiaque dans son appartement parisien de la rue de Flandre[5].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Rémondon rejoindra les Chantiers de la jeunesse[6]. Le 23 juin 1943, il sera notamment versé avec 150 jeunes dans un groupement spécial à Bergerac où il travaillera directement pour les Allemands sur un aérodrome situé à quelques kilomètres de la ville ; libéré de Bergerac le 26 juillet de la même année, il s'installera à Saint-Étienne —où vivent ses parents— et se mettra à l'étude de l'allemand[6]. Requis par le STO en septembre 1943, l'administration de l'École normale supérieure lui proposera de rejoindre la rue d'Ulm pour prendre un poste d'interprète dans les services du travail obligatoire à Paris[6].

Publications sélectivesModifier

  • L'Égypte et la suprême résistance au christianisme (Ve-VIIe siècles), Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale, Le Caire, 1952.
  • Papyrus grecs d'Appollônos Anô, Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale, Société d'archéologie copte, 1953.
  • Le monastère de Phoebammon dans la Thébaïde, Société d'archéologie copte, Le Caire, 1961.
  • La Crise de l'Empire romain : de Marc Aurèle à Anastase, Presses universitaires de France, Paris, 1964 (présentation).

Notes et référencesModifier

  1. a et b (it) Orsolina Montevecchi (en) : « Roger Rémondon : 1923 – 1971 », In: Aegyptus, 52, Vita e Pensiero - Pubblicazioni dell'Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano, 1972, pp. 158–161, sur jstor.org.
  2. (en) Jean Gascou : « Roger Rémondon », In: The Coptic Encyclopedia (en), Volume 7, Macmillan, New York, 1991, sur le site The Claremont Colleges Digital Library.
  3. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », mars 2015 [en ligne] http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire_laureats (consulté le 25 février 2019), sur le site Ressources numériques en histoire de l'éducation, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA).
  4. École pratique des hautes études, 4e Section, sciences historiques et philologiques, annuaire 1973/1974, Paris, à la Sorbonne - 45-47, rue des Écoles, 1974, p. 229 (lire en ligne).
  5. L'Information historique : 36e année – 1974, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1975.
  6. a b et c Stéphane Israël, Les Études et la guerre : Les Normaliens dans la tourmente (1939-1945), Éditions Rue d'Ulm via OpenEdition, Paris, 2013, pp. 219–220. (ISBN 2821829787)

Liens externesModifier