Roger-Patrice Pelat

homme politique et homme d'affaires français

Roger-Patrice Pelat, né le à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) et mort le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un ancien résistant, homme politique et homme d'affaires, ami personnel de François Mitterrand, inculpé le dans l'affaire Pechiney-Triangle pour délit d'initié.

Roger-Patrice Pelat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Conseiller général
Canton de La Ferté-Alais
-
Alexandre Denis (d)
Michel Conte (d)
Maire de Boutigny-sur-Essonne (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Conflit

CarrièreModifier

Roger-Patrice Pelat s'est lié d'amitié avec François Mitterrand pendant leurs mois de détention en tant que prisonniers de guerre dans un stalag allemand. Ensemble, les deux jeunes sous-officiers s'évadent, profitant à Metz du réseau de sœur Hélène, puis Roger-Patrice Pelat entre dans la Résistance.

Il fut de 1971 à 1982 élu au conseil général de l'Essonne dans le canton de La Ferté-Alais et maire de Boutigny-sur-Essonne de 1965 à 1983.

Roger-Patrice Pelat meurt le 7 mars 1989 à l'hôpital américain de Neuilly d'un arrêt cardiaque, à l'âge de 70 ans. Il était sous le coup d'une inculpation prononcée le 16 février, dans le cadre de l'instruction ouverte sur des délits d'initié qui ont précédé le rachat d'American National Can (ANC) par Pechiney en novembre 1988.

Affaire PéchineyModifier

Devenu un richissime homme d'affaires, cet ami intime du président est inculpé le de recel de délit d'initié à l'occasion du rachat de la société American Can Company par la société Pechiney (affaire Pechiney-Triangle).

Son informateur, Alain Boublil, directeur de cabinet du Premier ministre Pierre Bérégovoy, fut relaxé en première instance mais condamné pour ces faits en appel.

Le tribunal en première instance écrit : « Ces présomptions seraient de nature à établir la culpabilité d'Alain Boublil s'il avait été à cette date le seul à détenir les informations et à connaître l'une au moins des personnes qui en ont profité. [...] Le partage de ce secret avec Samir Traboulsi, qui entretenait également des relations avec Roger-Patrice Pelat et l'avait, lui aussi, vu la veille, laisse planer un doute qui doit bénéficier au prévenu ». Alain Boublil sera relaxé.

 
Roger-Patrice Pelat avec François Mitterrand lors de sa visite à Rennes-le-Château, le 2 mars 1981.

Mais la cour d'appel estime que « les circonstances dans lesquelles l'information a été divulguée font ressortir qu'à la date où celle-ci a été transmise à Roger-Patrice Pelat, seul Alain Boublil [...] était en mesure de connaître en substance et d'une façon suffisamment précise les renseignements dont il s'agit [...]. Il est dès lors acquis que Boublil a été ainsi [...] l'informateur de Roger-Patrice Pelat »[1].

Affaire du prêt à Pierre BérégovoyModifier

Pierre Bérégovoy avait bénéficié d'un prêt d'un million de francs sans intérêts (~ 152 449 €), enregistré devant notaire, pour l'achat d'un appartement de cent mètres carrés rue des Belles-Feuilles, dans le 16e arrondissement de Paris.

À la mort de Roger-Patrice Pelat, Pierre Bérégovoy avait remboursé 500 000 FF (~ 76 225 €) en argent. La somme restante avait ensuite partiellement été remboursée[2].

En , Le Canard enchaîné révèle l'existence de ce prêt. Pierre Bérégovoy est entretemps devenu Premier ministre. L'affaire mine toute la campagne législative menée par ce dernier pour le Parti socialiste.

Corée du NordModifier

Grâce à lui, l'entreprise CBC obtient en 1984 le contrat de construction d'un complexe hôtelier à Pyongyang (Corée du Nord). Cet épisode est ensuite mis en relation avec le souhait de François Mitterrand, alors candidat à l'élection présidentielle de 1981, de développer des relations économiques franco-nord-coréennes. En guise de remerciement, Roger-Patrice Pelat voit restaurer gratuitement (le coût est estimé à 20 millions de francs) sa propriété en Sologne[3].

Notes et référencesModifier

  1. « Ancien directeur du cabinet de Pierre Bérégovoy — Alain Boublil est condamné à un an d'emprisonnement ferme dans le procès en appel de l'affaire Pechiney », Le Monde, 8 juillet 1994.
  2. Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, tome 4, éd. du Seuil, « Points », 2001, pp. 431/433
  3. Gilles Gaetner, « Les cadeaux de Pelat », lexpress.fr, 11 février 1993.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier