Ouvrir le menu principal

Robert Torricelli

personnalité politique américaine

Robert Torricelli
Illustration.
Fonctions
Sénateur des États-Unis pour le New Jersey
Prédécesseur Bill Bradley
Successeur Frank Lautenberg
Représentant des États-Unis
Circonscription 9e district du New Jersey
Prédécesseur Harold Hollenbeck (en)
Successeur Steve Rothman (en)
Biographie
Nom de naissance Robert Guy Torricelli
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Paterson (New Jersey, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Université Rutgers
Université Harvard

Signature de Robert Torricelli

Robert Guy Torricelli est un homme politique américain né le . Membre du Parti démocrate, il représente le New Jersey au Congrès des États-Unis de 1983 à 2003.

BiographieModifier

Torricelli grandit à Franklin Lakes dans le New Jersey[1]. Diplômé de l'université Rutgers en 1974, il devient l'assistant du gouverneur Brendan Byrne de 1975 à 1977 puis du vice-président Walter Mondale jusqu'en 1980, année où il est diplômé de la Kennedy School d'Harvard[2],[1].

En 1982, Torricelli se présente à la Chambre des représentants des États-Unis, dans le nord du New Jersey[3]. À 31 ans, il bat le républicain sortant Harold C. Hollenbeck (en)[1] avec 53 % des suffrages[4]. De 1984 à 1994, il est réélu tous les deux ans avec toujours plus de 57 % des voix[4].

Il est candidat à la succession de Bill Bradley lors des élections sénatoriales de 1996. Il affronte le républicain Dick Zimmer, avec lequel il est au coude-à-coude dans les sondages[5]. Torricelli est élu au Sénat des États-Unis avec 52,7 % des suffrages contre 42,6 % pour Zimmer[4]. Au Sénat, il est nommé président du comité de campagne démocrate sénatorial par Tom Daschle, en vue des élections sénatoriales de 2000[3]. Il lève plus de 85 millions de dollars lors de ces élections qui voient les démocrates battre cinq républicains sortants[6].

Durant l'été 2002, après avoir remporté les primaires démocrates sans opposition[7], Torricelli est réprimandé par le Sénat pour avoir accepté des cadeaux en échange d'interventions en faveur d'un homme d'affaires coréen[3],[8],[9]. Il n'est cependant pas poursuivi par le procureur de Manhattan[10]. Lors des élections de 2002, les sondages le donnent distancé par son adversaire républicain Doug Forrester, qui l'attaque pour ses problèmes d'éthique. Le , à cinq semaines des élections, Torricelli annonce son retrait de la course pour éviter de faire perdre un siège au Parti démocrate[11]. Malgré un recours des républicains du New Jersey, la justice accepte que les bulletins au nom de Torricelli soient remplacés par ceux de Frank Lautenberg[8], qui remporte l'élection et succède à Torricelli au Sénat[7].

Après le Congrès, Torricelli fait fortune dans l'immobilier[9].

Vie privéeModifier

Torricelli est connu pour ses nombreuses liaisons avec des personnalités, dont Bianca Jagger[11] ou encore Íngrid Betancourt[9].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) James Dao, « Headstrong, Abrasive And on the Rise; Torricelli's Growing Stature Defies His Ability to Irritate Even His Allies », sur nytimes.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  2. (en) « TORRICELLI, Robert Guy, (1951 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 20 décembre 2017).
  3. a b et c (en) « Torricelli Quits N.J. Senate Race », sur washingtonpost.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  4. a b et c (en) « Robert G. Torricelli, D », sur media.cq.com (consulté le 20 décembre 2017).
  5. (en) « N.J.: Democrat Torricelli Defeats GOP's Zimmer », sur edition.cnn.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  6. (en) The Associated Press, « A Political Bruiser Knocks Himself Out for the Count », sur foxnews.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  7. a et b (en) David Hawkings, « Four Senate Stories That Might Shape Moore’s Fate », sur rollcall.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  8. a et b (en) « Democrats win Senate court battle », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 20 décembre 2017).
  9. a b et c (en) Tom Moran, « Torricelli, a decade later, wants back in to the Big Game », sur nj.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  10. (en) David Kocieniewski et Tim Golden, « Charges ruled out as U.S. concludes Torricelli inquiry », sur nytimes.com, (consulté le 20 décembre 2017).
  11. a et b (en) Sean Loughlin, « Torricelli drops out of N.J. race », sur edition.cnn.com, (consulté le 20 décembre 2017).

Voir aussiModifier