Robert Shirley (7e comte Ferrers)

Robert Shirley, 7e comte Ferrers FSA (-), titré vicomte Tamworth de 1778 à 1787, est un noble britannique.

Robert Shirley
Fonction
Membre de la Chambre des lords
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Activité
Père
Mère
Catherine Cotton (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Elizabeth Prentise (d) (depuis )
Elizabeth Mundy (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Eleanor Shirley (d)
Robert Sewallis Shirley, Viscount Tamworth (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction

BiographieModifier

Fils aîné de Robert Shirley, il devient Vicomte après que son père ait succédé à son frère comme comte en 1778. Le , Ferrers et Tamworth sont tous deux nommés lieutenants adjoints pour le Derbyshire. Il succède à son père en 1787 [1].

Il est nommé Fellow de la Society of Antiquaries of London en 1788 [1] et s'intéresse beaucoup à la généalogie [2].

Il épouse Elizabeth Prentiss (décédée le ) le à St Leonard's, Shoreditch. Ils ont un fils: [2]

  • Robert Sewallis Shirley, vicomte Tamworth ( - ), marié le à l'hon. Sophia Caroline Curzon, fille de Nathaniel Curzon (2e baron Scarsdale), sans descendance légitime. Il laisse une fille naturelle, Caroline (1818–1897). Il achète une commission en tant que cornette et sous-lieutenant dans le 2e régiment de Life Guards le , est promu dans le Grenadier Guards en tant que lieutenant le et prend sa retraite de l'armée en . Il est nommé commandant du Derby Regiment of Volunteer Infantry (milice) le .

Il épouse sa deuxième épouse, Elizabeth Mundy (décédée le ), fille de Wrightson Mundy, le , et n'ont pas d'enfants [2]. Comme son fils est mort avant lui, son frère Washington Shirley (8e comte Ferrers) lui succède à sa mort à Hastings en 1827, à l'âge de 70 ans [1]. Le comte et sa deuxième épouse sont tous deux enterrés à Breedon on the Hill. Il laisse les domaines familiaux à Ragdale et Ratcliffe sur le Wreake, Leicestershire, qui sont venus de la famille Basset, à sa petite-fille Caroline, plus tard la duchesse Sforza Cesarini.

RéférencesModifier

  1. a b et c James William Edmund Doyle, The Official Baronage of England, vol. 1, Londres, Longmans, Green, (lire en ligne), p. 743
  2. a b et c Evelyn Philip Shirley, Stemmata Shirleiana, Westminster, Nichols and Sons, , 201–202 p. (lire en ligne)

Liens externesModifier