Robert Ritter

psychologue et théoricien racial allemand

Robert Ritter, né le à Aix-la-Chapelle et mort le à Oberursel, est un psychologue et médecin allemand. Théoricien raciste national-socialiste, il dirige le « Service de recherche d'hygiène raciale » (Rassenhygienische Forschungsstelle (de))[1], créé en 1936 au sein du Reichsgesundheitsamt (Office du Reich à la santé).

Robert Ritter
Bundesarchiv R 165 Bild-244-71, Dr. Robert Ritter mit alter Frau und Polizist.jpg
Robert Ritter (à droite), une femme âgée et un policier, 1936. (Source : Bundesarchiv)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
OberurselVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Centre de recherche sur l'hygiène raciale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Il est, avec sa collègue Eva Justin, l'un principaux théoriciens racistes du Reich pour le traitement à appliquer aux populations tsiganes vivant en Allemagne. Il est considéré par les historiens Donald Kenrick et Grattan Puxon comme « personnellement responsable du grand nombre de Gitans exterminés en Allemagne »[2].

Notes et référencesModifier

  1. Le Centre de recherches en hygiène raciale et biologie des populations, 1936 Les Tsiganes dans la guerre, fiche informative sur paril.crdp.ac-caen.fr, Crdp, académie de Caen.
  2. Donald Kenrick et Grattan Puxton 1995, p. 81.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Donald Kenrick et Grattan Puxton (trad. Jean Sendy), Destins gitans : des origines à la solution finale, Paris, Gallimard, coll. « Tel, » (no 254), , 289 p. (ISBN 978-2-07-073550-1, OCLC 33157720)