Robert II (comte de Clermont)

Blason du dauphiné d'Auvergne
D'or au dauphin pâmé, barbé et crêté d'azur.[1]

Robert II ou III Dauphin, comte de Clermont est le 4e dauphin d'Auvergne (1273-1282).

Il est le fils de Robert Ier Dauphin, comte de Clermont, dauphin d'Auvergne et d'Alix de Ventadour[2],[3].

Son épouse fut Mahaut/Mathilde d'Auvergne (v. 1230 - ), descendante de Guillaume VIII, qui avait usurpé le comté d'Auvergne en 1147. Ils eurent pour fils aîné Robert III, dauphin d'Auvergne et comte de Clermont[5]

Il fit hommage à Alphonse de Poitiers pour ses fiefs, en 1262. Il s'intitula lui-même dauphin d'Auvergne dans son testament en 1281[6] et mourut le . Père de Robert IV.

Notes et référencesModifier

  1. Héraldique et généalogie, no 201, p. 391, 2011.
  2. Louis Moreri,Desaint et Saillant, Le grand dictionnaire historique ou Le melange curieux de l'Histoire sacrée ..., p. 569, [lire en ligne]
  3. Informations généalogiques relatives à Robert II Dauphin, Foundation for Medieval Genealogy, [lire en ligne].
  4. Amédée-Louis-Alexandre Trudon des Ormes, « Liste des maisons et de quelques dignitaires de l'ordre du Temple en Syrie, en Chypre et en France d'après les pièces du procès », dans Charles-Jean-Melchior de Vogüé, Revue de l'Orient latin, vol. VII., Paris, Ernest Leroux, (réimpr. 1964) (ISSN 2017-716X, lire en ligne), p. 560 et 229, 530, 547-549, 551, disponible sur Gallica ; (la) Jules Michelet, Le procès des Templiers, vol. 1, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Documents inédits sur l'histoire de France », , 681 p. (lire en ligne), p. 415-421, disponible sur Gallica
    Son interrogatoire: « frater Guido Delphini miles, diocesis Claramontensis » ⇒ frère Guy Dauphin chevalier, du diocèse de Clermont qui est à ce moment-là commandeur de la maison du Temple de Celles.
  5. Dans son testament (Baluze 1708, p. 277), Robert II mentionne « ROBERTUM filium nostrum primogenitum heredem nostrum » ainsi que « GUILLELMUM filium nostrum clericum », Guillaume son fils qui était clerc, « GUIDONEM filium nostrum fratem domus militiae Templi », Guy son fils qui était templier et « ARELIS filiam nostram », sa fille. On retrouve Guy appelé Gui Dauphin parmi les templiers arrêtés en 1307[4].
  6. Etienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, vol. 2, (lire en ligne), p. 277
    Son testament en 1281, (la): « Nos ROBERTUS COMES CLAROMONTENSIS & ALVERNIA DELPHINUS ».