Rivière des Hurons (rivière Richelieu)

rivière des Hurons (Vallée du Richelieu)

Rivière des Hurons
Illustration
Pont enjambant la rivière des Hurons sur la Route des patriotes près de l'embouchure
Caractéristiques
Longueur 33 km
Bassin collecteur Rivière Richelieu
Régime Régime pluvial
Cours
Source Ruisseau agricole
· Localisation La Présentation
· Altitude 34 m
· Coordonnées 45° 37′ 30″ N, 73° 03′ 01″ O
Confluence Rivière Richelieu
· Localisation Saint-Mathias-sur-Richelieu
· Altitude 10 m
· Coordonnées 45° 27′ 35″ N, 73° 15′ 44″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche (à partir de l'embouchure) Ruisseau de la Loutre, cours d'eau Ferguson, ruisseau Pétrimoulx, ruisseau Alexandre-Hamel, ruisseau Lamarre, ruisseau Saint-Louis, ruisseau Léonide-Tétreault, ruisseau à l'Ours, décharge Alix, ruisseau Jodoin, ruisseau Normandin, ruisseau Corbin, ruisseau non identifié, ruisseau Antoine-Lacombe, ruisseau des Trente.
· Rive droite (à partir de l'embouchure) Petite décharge des Trente, cours d'eau Sorel, ruisseau Cochon, cours d'eau Chicoine, ruisseau non identifié, petite décharge Noire.
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Régions traversées Québec
Principales localités La Présentation, Saint-Charles-sur-Richelieu, Sainte-Marie-Madeleine, Sainte-Madeleine, Saint-Jean-Baptiste (Québec), Saint-Mathias-sur-Richelieu

La rivière des Hurons coule sur 33 km, pour se déverser du côté est dans le bassin de Chambly juste au nord de la ville de Chambly. Son embouchure est située dans la municipalité de Saint-Mathias-sur-Richelieu, en la municipalité régionale de comté de Rouville, dans la région administrative de la Montérégie, au Québec, au Canada[1]. La rivière des Hurons traverse la Municipalité régionale de comté (MRC) Les Maskoutains, la MRC de La Vallée-du-Richelieu, puis la partie ouest de la MRC de Rouville. Cette dernière est située entièrement à l'Est de la rivière Richelieu.

Outre les zones de villages (ou hameaux), l'agriculture constitue la principale activité économique de cette petite vallée.

La surface de la rivière est généralement gelée de la mi-décembre à la fin mars. La circulation sécuritaire sur la glace se fait généralement de fin décembre à début mars. Le niveau de l'eau de la rivière varie selon les saisons et les précipitations.

GéographieModifier

La tête de la rivière s'abreuve de nombreux ruisseaux de la zone située au nord-ouest de Saint-Hyacinthe (secteurs La Présentation, Saint-Charles-sur-Richelieu, Sainte-Marie-Madeleine (paroisse) et Sainte-Madeleine (village)). Dès sa source, la rivière coule tout droit vers le sud. Elle coupe l'Autoroute 20 (Québec), passe près du Club de golf La Madeleine, coupe le chemin de fer du Canadien National et la route 116 (Québec) à environ un km à l'ouest du village de Sainte-Madeleine.

Dans son parcours vers le sud, la rivière bifurque vers le Sud-Ouest pour couler sur 9,4 km (mesuré par l'eau) dans Saint-Jean-Baptiste où elle passe dans le village. La rivière passe alors entre le Mont Rougemont et le Mont Saint-Hilaire qu'elle contourne à distance. Puis coule presque tout droit jusqu'à la limite de Saint-Mathias-sur-Richelieu, tout près de la partie nord de l'ancien territoire de Sainte-Marie-de-Monnoir (fusionnée à Marieville en 2001). De là, cette petite rivière coupe Saint-Mathias-sur-Richelieu, en diagonale sur 9,7 km (mesuré par l'eau) pour aller se jeter dans la rivière Richelieu au sud du village de Saint-Mathias-sur-Richelieu et au nord de la municipalité de Richelieu.

Dans son parcours, surtout en zones agricoles, la rivière est longée du côté est par la route 227 (Québec) (désignée "rang de la rivière Sud", dans la municipalité de Sainte-Marie-Madeleine). De l'autre côté de la rivière, la route est désignée "Rang de la rivière Nord". Tandis que dans Saint-Mathias-sur-Richelieu, la route "rivière des Hurons-Est" longe la rivière jusqu'à son embouchure ; tandis que la route "rivière des Hurons-Ouest" longe sur un segment de l'autre côté de la rivière.

Un hameau désigné "Rivière des Hurons" s'est formé dans Saint-Jean-Baptiste, à environ 5 km à l'ouest de Rougemont (Québec) et une dizaine de km au sud-est de Mont Saint-Hilaire. Coordonnées : -73.15527 ; 45.49528[2]. Une autre hameau désigné "Hameau de Saint-Mathias-sur-Richelieu", est situé à 6 km au nord-est de Chambly, sur la rive gauche de la rivière des Hurons. Un bureau de poste nommé « Les Hurons » a desservi ce hameau dans la période du au . Coordonnées décimales : -73.22361 ; 45.48306[3]. Tandis que le pont des Grands-Hurons est situé à La Présentation (Municipalité). Coordonnées décimales :-73.10056 ; 45.62972[4].

Le pont du chemin des patriotes (route 133 (Québec)) enjambe cette petite rivière tout près de son embouchure. L'on compte 23 km (par la route) entre ce pont et le village de Sainte-Madeleine[5].

La rivière des Hurons comporte une faible dénivellation. Son parcours peut être navigable par segment avec des embarcations légères, surtout dans la période de crues saisonnières. Plusieurs ponts de ferme enjambent cette petite rivière, surtout dans la partie nord.

HistoireModifier

Tout comme dans l'ensemble de la vallée du Richelieu, ce sous-bassin versant était propice à la chasse, la pêche et l'agriculture dans la préhistoire amérindienne. Depuis plusieurs millénaires, ce territoire était fréquenté par des autochtones semi-nomades.

Les pionniers d'origine européenne (ou leurs descendants) ont commencé à coloniser ce territoire dès la fin du XVIIe siècle, surtout aux abords de la rivière Richelieu.

ToponymieModifier

En , les premiers actes des concessions accordées par le seigneur de Chambly font référence à la « rivière appelée du huron ». Dans l'usage courant, ce potamonyme s'est transformé un siècle plus tard en "Rivière des Hurons". Cette adaptation toponymique est mentionnée dans les actes dès 1773.

Au début de la colonie française au Canada, plusieurs bourgades iroquoïennes (iroquoises et huronnes) sont établies aux abords de la rivière Richelieu (principalement près de l'embouchure des cours d'eau), tirant avantage de la traite des fourrures avec les autorités françaises et le troc avec les communautés amérindiennes.

Dans l'histoire de la Nouvelle-France, plusieurs communautés autochtones venaient s'établir à proximité des centres de peuplement français par souci de sécurité et d'approvisionnement.

Le toponyme "Rivière des Hurons" a été officialisé le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[6].

Voir aussiModifier

 

Les coordonnées de cet article :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Mathias-sur-Richelieu », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 28 novembre 2013)
  2. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Hameau "rivière des Hurons". »
  3. Commission de toponymie du Québec, citant "Itinéraire toponymique de la Vallée-du-Richelieu", 1984; Les bureaux de poste du Québec, 1987
  4. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Pont des Grands-Hurons »
  5. Recherche de l'historien Gaétan Veillette (Saint-Hubert, QC), à partir de Google Map.
  6. « Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Rivière des Hurons. »

Sur les autres projets Wikimedia :