Ricuin de Verdun

comte de Verdun

Richwin ou Ricuin (lat: Ricuvinus; † ) est un comte de Verdun des IXe et Xe siècles.

Ricuin
Titre de noblesse
Comte de Verdun
jusqu'en
Successeur
Biographie
Naissance
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Cunégonde de France
Fille d'Enguerrand et Friderada (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

BiographieModifier

Ricuin est mentionné pour la première fois comme comte de Verdun dans une donation faite par Zwentibold, roi de Lotharingie le en faveur des moines de Saint-Mihiel[1].

Le même roi les qualifie, lui et Wigéric de « comtes méritoires » le [2].

Après la mort de ce roi, Richwin se rallie à Charles III le Simple, roi de Francie occidentale, lequel le cite dans une charte datée du [3].

Il apparaît de nouveau avec le comte palatin Wigéric et son fils Otton parmi les témoins d'une autre charte du roi Charles le Simple le .

Wigéric meurt peu après et Richwin épouse Cunégonde, la veuve de ce dernier.

Il a été également abbé laïc de Moyenmoutier et de Saint-Pierre de Metz, ce qui laisse entendre qu'il aurait peut-être été également comte de Metz.

En 921, il participe à la révolte des nobles lotharingiens contre le roi Charles et se tourne vers Henri Ier l'Oiseleur, roi de Francie orientale[4].

Le , il est assassiné dans son lit par Boson, fils de Richard le Justicier, peut-être au nom de son beau-fils Adalbéron qui sera évêque de Metz quelques années plus tard[4],[5] Son assassinat par le frère du nouveau roi de Francie occidentale, Raoul de Bourgogne est probablement révélateur d'un nouveau revirement de la noblesse lotharingienne, cette fois en faveur de la Francie occidentale.

Ricuin avait épousé en premières noces une fille du comte Enguerrand et de sa femme Friderada, dont on ne sait pas grand-chose. Celle-ci avait donné naissance à un fils, Otton, qui sera plus tard duc de Lotharingie. Sa seconde épouse, Cunégonde, était veuve du comte palatin Wigéric et petite-fille par sa mère de Louis II le Bègue, roi de Francie occidentale.

BibliographieModifier

  • Jean-Pol Evrard, « Les comtes de Verdun aux Xe et XIe siècles », Publications de la Section historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg,‎ , p. 153-182.
  • (de) Rüdiger E. Barth, Der Herzog in Lotharingien im 10. Jahrhundert, .

Notes et référencesModifier

  1. « in pago Uridunensi in comitatu Rihuuini », voir Die Urkunden Zwentobolds und Ludwigs des Kindes, par Theodor Schieffer dans MGH DD Zw (1960) page 21, Nr. 3
  2. « Richquinus et Widiacus vernerandi comites », voir Die Urkunden Zwentobolds und Ludwigs des Kindes, par Theodor Schieffer dans MGH DD Zw (1960), page 66, Nr. 27
  3. Martin Bouquet, Recueil des Historiens des Gaules et de la France (RHGF), vol. 9, , p. 516.
  4. a et b Flodoard, Annales, chronica et historiae aevi Saxonici, par Georg Heinrich Pertz dans MGH SS 3 (1839), page 5-6
  5. Liber memorialis von Remiremont, par Eduard Hlawitschka, Karl Schmid et Gerd Tellenbach dans MGH Libri mem. 1 (1970), page 76; Richwin wird hier als Riquinus dux genannt.

Liens externesModifier