Richard Tsimba

Jouer zimbabwéen de rugby à XV
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tsimba.
Richard Tsimba

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Nom complet Richard Utete Tsimba
Naissance
à Salisbury (Rhodésie)
Décès (à 34 ans)
à Harare (Zimbabwe)
Taille 1,80 m (5 11)
Surnom Black Diamond (diamant noir)[1]
Poste Centre
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1985-1987
1987-1989
1990-1995
Chaminuka RFC
Belmont Shore RC
Old Georgians
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1987-1991Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe5 (12)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 15 septembre 2018.

Richard Tsimba, né le à Salisbury en Rhodésie (actuellement, Harare au Zimbabwe) et mort le dans la même ville, est un joueur de rugby à XV international zimbabwéen évoluant au poste de centre.

Il dispute toute sa carrière en club au Zimbabwe, à l’exception d'un intermède de deux saisons avec le club américain de Belmont Shore en 1987-1989.

Au niveau international, il ne connait que cinq capes officielles avec l'équipe du Zimbabwe, lors des coupes du monde 1987 et 1991. Cependant, il se distingue par son talent, et en étant le premier joueur noir de l'histoire de cette sélection.

Il est intronisé à titre posthume au Temple de la renommée World Rugby en 2012, au côté de frère cadet Kennedy Tsimba.

BiographieModifier

Kennedy Tsimba étudie à l'école de Springvale House (en) de Marondera, puis au lycée Peterhouse dans cette même ville[1]. Il commence à jouer au rugby pendant sa scolarité, malgré le fait que ce sport soit considéré comme un « sport de blancs », et soit assez hostile aux joueurs de couleur[1].

Il débute sa carrière en 1985 dans le championnat amateur zimbabwéen avec le Chaminuka RFC, qui est le premier club de rugby pour joueurs noirs du pays[1]. Rapidement, il montre un très grand talent au poste de centre, présentant des qualités physiques importantes, doublée d'une bonne technique individuelle[1].

Au mois de , il est sélectionné pour la première fois avec l'Équipe du Zimbabwe de rugby à XV dans le cadre de la première coupe du monde de l'histoire, en Nouvelle-Zélande[1]. Il devient alors le premier joueur noir à porter le maillot de la sélection nationale zimbabwéenne, ainsi que le seul joueur noir de cette coupe du monde. Il connait sa première cape le lors du premier match de la compétition contre la Roumanie à Auckland[1]. Lors cette première sélection, Tsimba inscrit deux essais, dont le second sur un exploit personnel, mais ne peut empêcher la courte défaite de son équipe sur le score de 21 à 20[1],[3]. Il joue un deuxième match dans cette compétition, contre la France une semaine plus tard, et qui se soldera par une lourde défaite 70 à 12[2],[1].

Peu après la coupe du monde, il décline une offre de l'équipe sud-africaine du Transvaal et rejoint les États-Unis pour jouer avec Belmont Shore en Men's D1 Club Championship[1]. Il joue deux saisons dans le championnat américain, avant de rentrer au Zimbabwe en 1990, et de rejoindre le club des Old Georgians où il joue jusqu'en 1995 et l'arrêt de sa carrière[1].

Il est rappelé en équipe nationale en , afin de disputer la coupe du monde 1991 en Europe[1],[4]. Il dispute trois matchs lors de cette compétition, pour autant de défaites, et inscrit un essai contre le Japon[2]. Il d'agit alors de la dernière apparition de Tsimba sous le maillot zimbabwéen.

Le , il meurt dans un accident de voiture sur la route de Chiramba à Harare alors qu'il se rendait au golf[4]. Il laisse derrière lui une veuve et trois enfants[1].

Le , il est intronisé à titre posthume au Temple de la renommée World Rugby, au côté de son frère cadet Kennedy Tsimba[5]. Pendant la cérémonie, Oregan Hoskins, le vice-président de l'IRB à l'époque, justifie cette récompense en affirmant que : « Les frères Tsimba ont laissés une marque indélébile dans le rugby sud-africain. Ils sont des pionniers de ce jeu, dont les générations à venir se souviendront. Il est normal qu'ils soient présents dans le lieu de mémoire le plus célèbre du rugby, le Temple de la renommée de l'IRB »[5].

PalmarèsModifier

En clubModifier

Néant

Distinctions individuellesModifier

StatistiquesModifier

Richard Tsimba compte 5 capes en équipe du Zimbabwe, dont cinq en tant que titulaire, entre le contre la Roumanie à Auckland, et le contre la Japon à Belfast[6]. Il inscrit 12 points (3 essais)[6].

Il participe à la coupe du monde en 1987 (2 matchs) et 1991 (3 matchs)[7].


Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l et m (en) Enock Muchinjo, « Diamond that shone to the world », sur www.theindependent.co.zw,
  2. a b et c « Richard Tsimba », sur en.espn.co.uk (consulté le 15 septembre 2018)
  3. (en) World Rugby, « Richard's Tsimba's brilliant solo try beats 5 men », sur www.youtube.com,
  4. a et b (en) « Celebrating two of Zim's greatest sportsmen », sur www.dailynews.co.zw,
  5. a et b (en) « Tsimbas enter Hall of Fame », sur www.sport24.co.za,
  6. a et b (en) « Richard Tsimba : Match List », sur stats.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 septembre 2018).
  7. (en) « Richard Tsimba : IRB Rugby World Cup », sur stats.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 septembre 2018).

Liens externesModifier