Renée Gailhoustet

architecte française
Renée Gailhoustet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Famille
Autres informations
Distinction
Archives conservées par

Renée Gailhoustet, née le à Oran et morte le à Ivry-sur-Seine, est une architecte française, célèbre pour ses réalisations en matière de logement social en banlieue parisienne.

Centre Jeanne Hachette, Jean Renaudie Architecte

Biographie modifier

Fille de Maurice Gailhoustet, comptable puis directeur adjoint du journal L'Écho d'Oran, Renée Gailhoustet suit des études littéraires à Paris, en classe préparatoire puis à la Sorbonne où elle obtient une licence de lettres. Militante aux Jeunesses communistes à l'université, c'est par conviction qu'elle décide de se diriger vers l'architecture[2].

 
Cité Voltaire, Atelier Jean Renaudie architecte

Elle entre à la fin de l'année 1952 à l'École nationale supérieure des beaux-arts, dans l'atelier de Marcel Lods, André Hermant et Henri Trezzini, le seul qui à l'époque accepte les femmes[2]. Elle y fait la rencontre de Jean Renaudie, avec qui elle entame une relation qui durera jusqu'en 1968 et dont elle a deux filles. Fin 1958, elle quitte cet atelier pour intégrer l'atelier extérieur de Jean Faugeron. Elle est diplômée en 1961 sur un projet de tour de logements en semi-duplex : dès cette époque, elle est une des rares architectes à s'intéresser aux problématiques du logement social[3].

Elle entre dans l'agence de Roland Dubrulle en 1962 et se voit confier le projet de rénovation d'Ivry-sur-Seine[4]. En 1968, la Tour Raspail est édifiée. Elle conçoit ensuite les tours Lénine, Casanova et Jeanne Hachette, ainsi que la cité Spinoza[5],[6], puis le Liégat, grand ensemble mêlant 140 logements sociaux et des locaux d'activités, garnis de terrasses végétalisées et de patios plantés[7]. Elle devient finalement architecte en chef de la ville en 1969. C'est dans ce cadre qu'elle invite Jean Renaudie à réfléchir avec elle sur le plan masse de la rénovation. Il obtient ici ses premières commandes en tant qu'architecte indépendant après son départ de l'atelier de Montrouge. La coopération entre les deux architectes a été intense, presque fusionnelle, entraînant des divergences de vue sur l'attribution[8],[9]– certains commentateurs affirment que Renaudie a été son « mentor »[10], tandis que d'autres y voient une tendance, dans le passé, à attribuer trop de crédit à Renaudie pour les projets sur lesquels ils ont travaillé en tant que partenaires égaux[11].

 
Cité Voltaire : Atelier Jean Renaudie architecte. Tour Casanova : Renée Gailhoustet architecte

Dans ses réalisations, Gailhoustet rejette le principe de séparation des fonctions qui règne dans les grands ensembles sans pour autant vouloir revenir à la ville traditionnelle. S'appuyant sur les réflexions des architectes du Team X, notamment l'équipe de Georges Candilis, Alexis Josic et Shadrach Woods chez qui elle a travaillé, et sur les propositions inédites de Renaudie construites à Ivry, elle préconise au contraire la différenciation et l'imbrication des espaces[12],[13]. Le logement, le commerce et les services publics sont entrelacés dans son modèle d'urbanisation. Les piétons ne sont pas canalisés en parallèle avec les automobiles ; ils se déplacent à travers des zones piétonnes, des ponts et des escaliers[14].

Les résidences qu'elle a créées étaient non conventionnelles et non standardisées[9]. En mettant l'accent sur les terrasses individuelles et les plans d'étage à plusieurs niveaux et ouverts, elle a offert aux résidents une qualité d'architecture qui n'est généralement pas associée au logement social[15],[9]. Son matériau de construction préféré était le béton brut mais elle l'a complété par un espace suffisant pour la végétation[9],[16].

Elle fonde sa propre agence en 1964 et collabore avec de nombreuses municipalités communistes de proche banlieue[17] parisienne ainsi qu'à La Réunion. Elle est nommée architecte-conseil de l'État pour le département de la Nièvre.

Elle enseigne à l'École spéciale d'architecture de 1973 à 1975.

Fin de carrière et mort modifier

En 1999, Gailhoustet doit fermer son cabinet d'architecture faute de mandats. À partir des années 1980, son style d'architecture idiosyncrasique n'était plus à la mode. Le post-modernisme était la tendance dominante à l'époque et la rentabilité la préoccupation dominante[18].

En résumant sa carrière, l'architecte britannique d’origine iranienne Farshid Moussavi, présidente du jury 2022, souligne :

« Les réalisations de Renée Gailhoustet vont bien au-delà de ce qui est produit partout aujourd’hui en tant que logement social ou abordable. Son travail fait preuve d’un fort engagement social qui rassemble la générosité, la beauté, l’écologie et l’inclusion. »

Gailhoustet meurt le à l'âge de 93 ans à Ivry-sur-Seine, dans son appartement HLM au 5e étage du Liégat[19],[16]. Dans son élégie à Gailhouster, le ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, déclare ː

En choisissant d’organiser l’espace suivant des parcours diversifiés, variées, surprenants et complexes comme la vie, Renée Gailhoustet aura su montrer qu’il existe mille et une façons d’habiter notre monde et que les murs des logements peuvent libérer plus qu’enfermer[9].

Récompenses modifier

Décoration modifier

Principales réalisations modifier

Ivry-sur-Seine modifier

  • 1963-1968 : tour d'habitation Raspail, avec commerces et atelier municipal, Inscrit aux Monuments Historiques
  • 1966-1970 : tour d'habitation Lénine, avec commerces et atelier
  • 1966-1973 : ensemble Spinoza, avec bibliothèque enfantine, centre médico-psycho-pédagogique, foyer pour jeunes travailleurs, locaux d’activités et crèche
  • 1968-1970 : kiosques Lénine et Raspail
  • 1971-1982 : Le Liégat, ensemble de logements à terrasses, locaux d’activités. Labellisé Architecture contemporaine remarquable
  • 1971-1973 : tour d'habitation Casanova, avec foyer pour personnes âgées, locaux d’activités
  • 1972-1975 : tour d'habitation Jeanne Hachette, avec commerces, locaux d’activités,
  • 1971-1986 : ensemble de logements à terrasses Marat, avec commerces, supermarché

Autres modifier

  • 1975-1986 : quartier de la Maladrerie à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) avec logements à terrasses, résidence pour personnes âgées, ateliers d’artistes, commerces, labelisé « patrimoine du XXe siècle »[22],[23]
  • 1977-1986 : Îlot 8 avec logements à terrasses, galerie commerciale, locaux d’activités, ZAC Basilique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
  • 1978-1985 : ensemble de logements, locaux d’activités de la ZAC Paul Bert à Villejuif (Val-de-Marne)
  • 1985- 1993 : ensemble de logements et supermarché à Gentilly (Val-de-Marne)
  • 1985-1994 : maison de quartier Jacques Brel à Romainville (Seine-Saint-Denis)
  • 1986-1989 : logements à terrasses et varangues de Sainte-Thérèse, Baudelaire, La Possession (La Réunion)
  • 1986-1989 : ensemble Rico-Carpaye de logements à terrasses et varangues, école maternelle, ZAC de la Plaine des Galets, Le Port (La Réunion). Associée avec Serge Renaudie.
  • 1988-1991 : réhabilitation et extension des ateliers de la ZAC Montjoie à la Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
  • 1989-1993 : collège Jean Jaurès de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)
  • 1993-1995 : logements, ZAC du centre-ville à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis)

Publications modifier

  • Des racines pour la ville, éd. de l'Épure, 1998, 151 p.
  • Éloge du logement, éd. Massimo Riposati, 1993, 95 p.
  • Le Panoramique et l'observatoire de la ville, éd. Ne Pas Plier, 2000
  • Renée Gailhoustet et Gérard Grandval : le , conférence animée par Bruno Vayssière, éd. du Pavillon de l'Arsenal, coll. « Architectes repères, repères d'architectures », 1998, 59 p.

Expositions modifier

Plusieurs expositions ont été consacrées à son œuvre (ainsi qu'à celle de Jean Renaudie) à Ivry-sur-Seine, dont une à l'occasion du festival d'architecture La tête dans les étoiles[24],[25] en 2016.

Notes et références modifier

  1. « https://archiwebture.citedelarchitecture.fr/fonds/FRAPN02_GAIRE » (consulté le )
  2. a et b Bénédicte Chaljub, Renée Gailhoustet : Une poétique du logement, Éditions du Patrimoine. Centre des monuments nationaux, .
  3. a et b « Marc Barani et Renée Gailhoustet, médaillés de l'Académie d'architecture », Architecture Mouvement Continuité,‎ (lire en ligne).
  4. Alain Faujas, « Peut-on faire mieux sans dépenser plus ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. a et b « Renée Gailhoustet lauréate de la médaille d'honneur 2018 de l'Académie d'architecture », sur oph-ivry.fr.
  6. a et b « L’architecte du centre-ville d’Ivry et de la Maladrerie d’Aubervilliers couronnée à 90 ans », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  7. « Frac centre », sur www.frac-centre.fr (consulté le )
  8. « Récompense. L’architecte française Renée Gailhoustet primée au Royaume-Uni », sur Courrier international, (consulté le )
  9. a b c d e et f « Hommage de Rima Abdul Malak à Renée Gailhoustet », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  10. Bénédicte Chaljub, « Réinventer les modes d’habiter : l’œuvre insolite de Renée Gailhoustet | Espazium », sur www.espazium.ch, (consulté le )
  11. Louis Moulin, « Mort de Renée Gailhoustet, architecte de logements sociaux et spéciaux », sur Libération (consulté le )
  12. Isabelle Rey-Lefebvre, « Les immeubles des années 1970, et leurs avantages, sont revenus en grâce pendant le confinement », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  13. a et b Philippe Trétiack, « Renée Gailhoustet reçoit le Grand Prix de Berlin », Le Quotidien de l'art, no 1649,‎ (lire en ligne).
  14. « L’architecture d’Ivry, une politique des rencontres | Signe | Pavillon de l'Arsenal », sur www.pavillon-arsenal.com (consulté le )
  15. « Frac centre », sur www.frac-centre.fr (consulté le )
  16. a et b « Renée Gailhoustet, architecte connue pour son implication dans le logement social, est morte », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Collectif, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier, Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, , 5022 p. (ISBN 978-2-7210-0651-6, lire en ligne).
  18. « L’architecte Renée Gailhoustet est morte », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Décès de l’architecte Renée Gailhoustet », sur lemoniteur.fr,
  20. Le Moniteur, « L’architecte Renée Gailhoustet distinguée par la Royal Academy of Arts », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Promue au grade de commandeur le  ; voir : Arrêté du 23 mars 2017 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  22. Voir la notice sur le site de l'Atlas du patrimoine du 93.
  23. « Label patrimoine du XXe siècle », sur DRAC Île-de-France (consulté le ).
  24. Ville d'Ivry-sur-Seine, « Ivry ma ville », sur Ville d'Ivry-sur-Seine (consulté le )
  25. « FESTIVAL "LA TÊTE DANS LES ÉTOILES" », sur www.caue94.fr (consulté le )

Annexes modifier

Bibliographie modifier

Ouvrages sur l'architecte modifier

  • Jacques Lucan, France Architecture 1965-1988, éd. Electra-Le Moniteur, 1989, p. 59-61
  • Bénédicte Chaljub, La Politesse des maisons. Renée Gailhoustet, architecte, éd. Actes Sud, coll. « L'Impensé », 2009

Autres publications modifier

  • Bénédicte Chaljub, « Renée Gailhoustet en ses terrasses », AMC, no 180, juin-, p. 118-124
  • Bénédicte Chaljub, « Les œuvres des architectes Jean Renaudie et Renée Gailhoustet. 1958-1998 : Théorie et pratique », thèse de doctorat, université Paris VIII, école doctorale Ville et Environnement, (consulté le )
  • Bénédicte Chaljub, « Renée Gailhoustet » in Architectures expérimentales 1950-2000, collection du Frac Centre, HYX, , Orléans

Filmographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier