René Sylvestre

homme politique et juriste haïtien

René Sylvestre
Fonctions
Président de la Cour de cassation
En fonction depuis le
(1 an, 11 mois et 16 jours)
Prédécesseur Jules Cantave
Biographie
Lieu de naissance Saint-Marc (Haïti)
Nationalité haïtienne
Parti politique Sans étiquette
Profession Juriste

René Sylvestre, né à Saint-Marc, est un juriste haïtien, président de la Cour de cassation depuis le [1].

En , après les violentes manifestations qui secouent le pays depuis plusieurs mois, il est désigné par l'opposition comme président provisoire de la République, afin d'assurer une éventuelle transition[2].

CarrièreModifier

René Sylvestre est né d’une famille modeste et n’a jamais oublié ses origines sociales au cours de sa longue et brillante carrière de magistrat. Après ses études secondaires dans la cité Nissage Saget, à Saint-Marc ; sa ville natale, il optait pour l'université où il avait décroché son diplôme de licence en droit. Il a consacré une grande partie de sa vie au service de la justice haïtienne[3].

De à , il a été commissaire pour le tribunal de première instance de Saint-Marc (Section Terrienne). Entre le et , il a occupé les fonctions de commissaire du gouvernement près du Parquet du tribunal de première instance de Saint-Marc. Un an plus tard, René Sylvestre a été nommé juge à la section terrienne du tribunal de première instance de Saint-Marc, du au . Dans sa ville natale, il a passé une bonne partie de sa brillante carrière de 26 ans dans la magistrature haïtienne. Le , il a été à nouveau nommé Juge au tibunal de première instance de Saint-Marc. Le jusqu’au , il s’est vu confier le poste de Doyen du Tribunal de Première Instance de Saint-Marc pour son expérience[4].

Président de la Cour de cassationModifier

Son mandat de juge a été en même temps renouvelé à la cour d'appel des Gonaïves mais il a opté pour la cour de Cassation. Le , il a été installé comme membre du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. Il a été promu et prêté serment le comme juge remplissant la fonction de président de la Cour de cassation et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire[5], par le président Jovenel Moïse[6], remplaçant le président sortant, Jules Cantave[7].

Crise de 2019Modifier

Depuis , des manifestants défilent dans les rues de la capitale haïtienne pour réclamer le départ du président Jovenel Moïse, accusé de corruption. Celui-ci refuse d'abandonner le pouvoir malgré les pressions.

Selon l'ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans des manifestations organisées dans les principales villes en Haïti pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, un mouvement paralysant les activités économiques du pays[8].

Le , après deux jours de discussions parfois houleuses dans un hôtel de la capitale, les opposants se sont accordés pour choisir son successeur parmi les juges de la Cour de cassation et le prochain Premier ministre au sein des partis de l'opposition.

Ce président provisoire devrait, avait annoncé plus tôt dans la semaine, être installé d'ici [2].

La Commission de passation du pouvoir mise en place par l'opposition, a soumis une liste des trois juges de la Cour de cassation devant remplacer Jovenel Moïse après son départ. D'après une source proche de la commission, il s'agirait de René Sylvestre, Joseph Mécène Jean-Louis et Ivickel Dabrésil[2].

Notes et référencesModifier

  1. Rezo Nodwes, « Me René Sylvestre au 8ème congrès triennal de l’ACCPUF à Montréal, Canada », sur Rezo Nòdwès, (consulté le 13 novembre 2019)
  2. a b et c (en) « Marriott: un accord trouvé sur le choix d'un juge pour remplacer Moïse », sur www.loophaiti.com (consulté le 12 novembre 2019)
  3. « Origines de René Sylvestre »
  4. « René Sylvestre : carrière »
  5. « René Sylvestre, nouveau chef du pouvoir judiciaire – Métronome FM » (consulté le 13 novembre 2019)
  6. « Me René Sylvestre, nouveau président de la Cour de Cassation », sur Radio Télévision Caraibes, (consulté le 12 novembre 2019)
  7. (en) « Justice: Jules Cantave remplacé par René Sylvestre à la tête du CSPJ », sur www.loophaiti.com (consulté le 13 novembre 2019)
  8. « Crise en Haïti: faible mobilisation de l'opposition après la signature de l'accord », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 12 novembre 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :