René-Émile Godfroy

militaire français

René-Émile Godfroy
Naissance
Paris 16e (France)
Décès (à 96 ans)
Fréjus (France)
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Ensign of France.svg Marine nationale
Grade Vice-amiral
Années de service 1901 – 1943
Commandement Force X
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

René-Émile Godfroy, né le dans le 16e arrondissement de Paris et mort le à Fréjus[1], est un officier de marine français. Vice-amiral pendant la Seconde Guerre mondiale, il commanda la Force X qui resta bloquée pendant la majeure partie du conflit à Alexandrie.

BiographieModifier

Il entre à l'École navale en [2] et embarque sur différents bâtiment avant de participer à la seconde expédition Charcot, visant à explorer la côte de l'Antarctique en 1908[2]. Pendant la Première Guerre mondiale, il est lieutenant de vaisseau[2] . Il est promu capitaine de corvette[2] en 1921, puis capitaine de frégate et enfin capitaine de vaisseau, avant d'accéder aux 2 étoiles de Contre-amiral en 1936[2], il est commandant de la Force X en Méditerranée en [2]. Il est nommé vice-amiral le [2].

En juin 1940, la Force X est au mouillage à Alexandrie. Le , Churchill, craignant que la flotte française tombe un jour ou l'autre aux mains des Allemands, lance l'opération Catapult. Celle-ci consiste à s'emparer des navires français se trouvant dans les ports britanniques et à neutraliser ceux qui se trouvent dans les ports de l'Empire français, au besoin par la force, comme ce fut le cas à Mers el-Kébir.

À Alexandrie, Godfroy reçoit un ultimatum mais négocie avec l'amiral britannique Andrew Cunningham, l'internement pacifique de son escadre, conduisant à un accord le . Les marins français acceptent de débarquer leur mazout, de retirer les mécanismes de tir de leurs canons, en échange de quoi les navires restent sous le contrôle de Godfroy. Cunningham promet de rapatrier les marins qui souhaitent rentrer en France.

Ce n'est que le que le vice-amiral Godfroy peut reprendre le combat en plaçant son escadre sous les ordres du gouvernement d'Alger, au moment où se met difficilement en place le Comité français de la Libération nationale. Favorable au général Giraud, il est écarté de tout commandement par les gaullistes du CFLN. Il est versé d'office en 2ème section par décret du [2], décret qui est annulé par le Conseil d’État en [2].

Il est l'auteur de L’Aventure de la force X (escadre française de la Méditerranée orientale) à Alexandrie, Plon, Paris, 1953.

DécorationsModifier

     
   

IntitulésModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier