Reinhard Mohn

entrepreneur et bienfaiteur allemand
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Mohn.
Reinhard Mohn
Reinhard Mohn Portrait 2008.jpg
Reinhard Mohn (2008)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
SteinhagenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Entrepreneur, donateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Heinrich Mohn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Liz Mohn (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Brigitte Mohn (en)
Christoph Mohn (d)
Andreas Mohn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Prix Princesse des Asturies en communication et humanités ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Grand officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne
Prix d'État de Rhénanie du Nord-Westphalie
Médaille décernée pour services rendus aux fondations (d) ()
Prix Princesse des Asturies en communication et humanités ()
Prix Hanns Martin Schleyer (en) ()
Médaille Jacob Fugger (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Reinhard Mohn (* 29 juin 1921 à Gütersloh; † 3 octobre 2009 à Steinhagen) était un entrepreneur international et un créateur de fondation né en Allemagne[1]. Il transforma l’imprimerie et la maison d’édition Bertelsmann, entreprise de taille moyenne fondée en 1835, en un groupe médiatique d’envergure internationale[2],[3]. En 1977, il créa la fondation d’utilité publique Bertelsmann Stiftung[4], l’une des fondations opérationnelles les plus importantes en Allemagne, de dimension internationale[5],[6].

Pour ses mérites en tant qu’entrepreneur et créateur de fondation, Reinhard Mohn reçut de nombreuses distinctions nationales et internationales, dont la Croix de Grand Officier de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne et le prix Prince des Asturies[7],[8].

VieModifier

OriginesModifier

Cinquième enfant d’Agnes Mohn (née Seippel) et de Heinrich Mohn[9], Reinhard Mohn naquit en 1921. Il représenta la cinquième génération de la famille propriétaire de Bertelsmann[10]. Son grand-père Johannes Mohn avait repris la direction de l’imprimerie et de la maison d’édition de son beau-père Heinrich Bertelsmann, fils de Carl Bertelsmann[11],[12].

Reinhard Mohn grandit dans une famille très protestante[1]. En 1939, il passa son Abitur (baccalauréat) au lycée Evangelisch Stiftisches Gymnasium de Gütersloh et effectua le Reichsarbeitsdienst, le service du travail du Reich[13],[14]. Ensuite, il se porta volontaire pour effectuer son service militaire dans la Luftwaffe, dans l’intention initiale d’acquérir une formation de pilote[14]. Après sa mission dans une compagnie de base aérienne sur le front ouest, Mohn entra dans la défense aérienne, devint appointé, sous-officier, avant d’être promu lieutenant en 1942[15],[16]. Passant de France en Italie, son régiment fut déplacé en Tunisie[17]. Le 5 mai 1943, Mohn fut fait prisonnier de guerre par l’armée américaine[14], et á la mi-juin, on le transféra aux États-Unis dans le camp Concordia, camp de prisonniers de guerre dans l’État du Kansas[18]. Selon les propres dires de Reinhard Mohn, cette période le marqua profondément [19]; c’est ainsi qu’il commença à s’intéresser à la littérature américaine spécialisée dans la direction d’entreprise[20].

Reinhard Mohn rentra à Gütersloh en 1946[1]. Comme son frère aîné Hans Heinrich Mohn avait été tué en 1939 et que Sigbert Mohn, le cadet, était encore prisonnier de guerre, il décida d’effectuer tout d’abord un apprentissage de libraire avant de se lancer dans les affaires paternelles[21]. Son père Heinrich Mohn était surveillé de près par les forces d’occupation britanniques, entre autres parce qu’il était membre de soutien de la SS et qu’il finançait d’autres organisations nazies[22]. En 1947, il céda sa licence d’édition à son fils Reinhard qui prit la direction de la maison d’édition à partir de là[23],[24].

FamilleModifier

En 1948, Reinhard Mohn épousa Magdalene Raßfeld qu’il connaissait depuis l’école[25]. Le couple eut trois enfants : Johannes, Susanne et Christiane[26]. Il divorça en 1982 et épousa Elisabeth Scholz la même année[27],[28],[29]. Leur liaison avait commencé dans les années 1950[30], et après leur mariage, Mohn adopta leurs trois enfants communs Brigitte, Christoph et Andreas[31].

ŒuvreModifier

BertelsmannModifier

En 1947, Reinhard Mohn prit la direction de la maison d’édition C. Bertelsmann, largement détruite par des bombardements durant la Seconde Guerre mondiale[32]. En 1950, il fonda le club de lecture Bertelsmann Lesering, qui constitua la base du rapide essor de l’entreprise dans les décennies suivantes[33],[34]. Dès le départ, Mohn impliqua étroitement ses employés dans l’entreprise en introduisant par exemple des prêts participatifs en 1951[35]. En 1969, il instaura au niveau national la participation aux bénéfices pour les employés, considérée comme exemplaire[36],[37],[38]. En tant qu’entrepreneur, Mohn poursuivit systématiquement le développement de l’entreprise, transformant la maison d’édition traditionnelle en un grand groupe médiatique : il se lança ainsi dans la production musicale et cinématographique, investit dans l’édition de magazines et accéléra l’expansion internationale[39]. Une fusion prévue de Bertelsmann avec le groupe Axel Springer en 1969/70 n’eut finalement pas lieu[40].

En 1971, Mohn transforma l’entreprise familiale en société anonyme[4],[41]. De cette manière, il créa une autre condition structurelle pour placer Bertelsmann au rang de l’un des plus importants groupes médiatiques au monde[10]. Mohn devint président-directeur-général et poursuivit dans cette fonction une culture d’entreprise basée sur le partenariat[42], dont l’élément essentiel est le dialogue entre la direction et les employés[39]. En 1976, il fit construire un nouveau siège social qui est encore celui de l’entreprise Bertelsmann aujourd’hui[43]. C’est à cette époque également que Mohn se lança sur le marché de l’édition nord-américain, un marché important pour Bertelsmann[44]. Avec l'acquisition de Bantam Books (1977/1980) et de Doubleday (1986), il créa le groupe d’édition grand public le plus important des États-Unis à l’époque[45],[46].

En 1981, Reinhard Mohn quitta le conseil d’administration pour entrer au conseil de surveillance qu’il dirigea pendant dix autres années[47],[48]. Il resta toutefois impliqué dans les activités opérationnelles de l’entreprise[49]. À l’âge de 70 ans, il démissionna finalement de son poste, mais resta président honoraire du conseil de surveillance[50]. À partir de là, il se consacra principalement à son engagement d’utilité publique, notamment à la fondation Bertelsmann Stiftung[9],[1]. En 1999, Mohn céda à la société Bertelsmann Verwaltungsgesellschaft le contrôle qu’il détenait seul jusque-là par les droits de vote à hauteur d’environ 90 % des actions de Bertelsmann[51],[52]. Avec cette décision, il entendait garantir la continuité de son entreprise[53],[54],[55].

Bertelsmann StiftungModifier

En 1977, Mohn créa la Bertelsmann Stiftung, une fondation d’utilité publique[56]. Au départ, elle était dotée d’un capital de 100 000 de marks[57]. Mohn soutenait le concept créé par la direction d’une fondation opérationnelle développant et suivant ses propres projets[58]. Sur son initiative, la Bertelsmann Stiftung participa par exemple à l’agrandissement de la bibliothèque municipale de Gütersloh et créa le prix Carl Bertelsmann (aujourd’hui prix Reinhard Mohn)[59],[60].

Dans les années 1980, la Bertelsmann Stiftung devint l’un des piliers de l’engagement socio-politique de Reinhard Mohn[61]. En 1993, la majorité des parts de capital de Bertelsmann lui fut transférée[62]. La Bertelsmann Stiftung devint ainsi le plus gros actionnaire du groupe[63]. Dans le contrat de donation, les parts de capital furent strictement séparées des droits de vote, de manière à éviter que la fondation n’exerce une influence notable sur la structure interne du groupe et inversement[63].

Dans les années 1990, Mohn augmenta considérablement le budget de la Bertelsmann Stiftung[64],[65]. Outre son engagement en Allemagne, il finança des projets en Espagne, comme la Fundació Biblioteca d´Alcúdia Can Torró à Majorque. En 1995, il créa la Fundación Bertelsmann, filiale indépendante de la Bertelsmann Stiftung dont les sièges se trouvent aujourd’hui à Barcelone et à Madrid[66]. Elle se consacre actuellement à la promotion de la formation par alternance afin de réduire le chômage des jeunes[67]. La Bertelsmann Foundation North America dont le siège se trouve à Washington, D.C. s’engage entre autres pour la coopération transatlantique[68].

Dans les premières années, Reinhard Mohn occupait la fonction de président unique de la Bertelsmann Stiftung. Un gérant fut nommé en 1979, à partir de 1983, Mohn fut assisté par un conseil consultatif, en 1993, le conseil d’administration de la fondation fut également élargi[69]. À partir de 1998, Mohn se retira de la direction : il abandonna tout d’abord la présidence du conseil d’administration et un an plus tard, celle du conseil consultatif[70]. En raison de plusieurs changements au sein de la structure et du personnel, Mohn prit la présidence en intérim des deux organes de la Bertelsmann Stiftung de la fin 2000 à la moitié 2001, jusqu’à ce que Gunter Thielen lui succède en tant que président du conseil d’administration[71],[72],[73]. En 2004, il se retira définitivement du conseil d’administration de la Bertelsmann Stiftung, mais resta membre du conseil consultatif en sa qualité de créateur jusqu’à sa mort en 2009, comme le stipulaient les statuts[74].

Honorifiques (sélection)Modifier

Ouvrages publiésModifier

À partir de la fin des années 1980, Reinhard Mohn se consacra également à l’écriture en tant qu’essayiste et auteur d’ouvrages de non-fiction[95]. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles de magazines dans lesquels il traite de thèmes sociaux et économiques[96],[97]. En 1985, il publia l’essai « Die Eitelkeit im Leben des Managers » (La vanité dans la vie du manager) dans lequel il dénonçait un type de direction d’entreprise égoïste[98]. Avec ses prises de position sur ce sujet, la perspective de Mohn suscita à plusieurs reprises la controverse[38],[99]. En 1986, avec la publication mondiale de son livre « Erfolg durch Partnerschaft » (« Le partenariat, clé du succès », trad. de l’allemand), il exposa les principes de la culture d’entreprise de Bertelsmann[100],[101]. Dans « Menschlichkeit gewinnt » (L’humanité triomphe) paru en 2000, il défend notamment un style de gestion basé sur le partenariat comme modèle d’organisation moderne de l’entreprise[102],[103]. « Die gesellschaftliche Verantwortung des Unternehmers » (La responsabilité sociale de l’entrepreneur) paru en 2001 définit le cadre d’un ordre politique dont l’élément central est l’esprit d’entreprise[104],[105]. En 2008, il publia son dernier ouvrage sous le titre « Von der Welt lernen » (Apprendre du monde), dans lequel Mohn évoque des périodes marquantes de sa propre vie[106],[107],[108]. Il fut écrit avec l’auteure Andrea Stoll qui avait également écrit le scénario du film « Es müssen mehr Köpfe ans Denken kommen » (Davantage de cerveaux doivent avoir accès à la pensée) de Roland Suso Richter[109]. Ce film était le cadeau d’anniversaire que le conseil d’administration de Bertelsmann offrit à Mohn pour ses 85 ans en 2006[110].

DiversModifier

En 1991, à l’occasion du 70e anniversaire de Reinhard Mohn, le conseil d’administration de Bertelsmann créa la chaire Reinhard Mohn de gestion d’entreprise, d’éthique économique et d’évolution sociale à l’université privée Witten/Herdecke[111].

En 2006, Mohn érigea la Reinhard Mohn Stiftung, une fondation éponyme qui porte son nom, dirigée depuis 2010 par son fils Christoph Mohn[112],[113]. Après le décès de Reinhard Mohn, la fondation entra en possession de parts de capital de Bertelsmann que Reinhard Mohn avait détenues par le biais d’une société intermédiaire[114].

En 2010, l’université Witten/Herdecke rendit hommage à Mohn en créant l’Institut de gestion d’entreprise et de corporate governance qui porte aujourd’hui le nom de Reinhard Mohn Institut für Unternehmensführung (RMI)[115],[116],[117]. Cet institut se compose de la chaire de gestion d’entreprise Reinhard Mohn créée en 1991, d’une chaire d’organisation stratégique et d’une chaire de recherche[118].

En 2011, la fondation Bertelsmann Stiftung décerna pour la première fois le prix Reinhard Mohn qui entretient et promeut la tradition du prix Carl Bertelsmann[119],[120]. Cette distinction récompense des personnalités de renommée internationale pour leurs solutions novatrices aux défis sociaux et politiques[121].

CritiquesModifier

Mohn fut critiqué pour sa gestion du passé national-socialiste de Bertelsmann[122],[123]. Après que des questions furent soulevées dans les années 1990 sur le rôle de Bertelsmann dans le Troisième Reich[124], Bertelsmann, soutenu par Mohn, engagea une commission historique indépendante chargée de faire des recherches sur son implication durant la période nazie[125]. Son rapport rendu en 2002 concluait que le mythe répandu durant des décennies de son implication présumée dans une maison d’édition soutenant la résistance n’avait pas pu être corroboré[126],[127]. Bertelsmann était au contraire le plus grand producteur de livres de la Wehrmacht[128].

En 2010, l’auteur et journaliste Thomas Schuler critiqua l’« entremêlement fiscalement avantageux » de Bertelsmann et de la fondation Bertelsmann Stiftung. Les structures créées par Mohn auraient permis à sa famille d’économiser plusieurs milliards de droits de succession[129]. Toutefois, selon l’interprétation juridique en vigueur à l’époque, ces droits n’auraient pas été exigibles[130],[131].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (de) « Reinhard Mohn », Internationales Biographisches Archiv, Munzinger, (consulté le 1er mai 2018)
  2. (de) Matthias Benz, « Bertelsmann feiert 175 Jahre », Neue Zürcher Zeitung,‎
  3. (de) Christof Bock, « Mohn führte Bertelsmann in die Weltliga », Westdeutsche Zeitung,‎
  4. a et b (de) « Ein Visionär und Patriarch », Aachener Zeitung,‎
  5. « Liste der größten gemeinwohlorientierten Stiftungen », Bundesverband Deutscher Stiftungen (consulté le 8 novembre 2018)
  6. (de) Henryk Hielscher, Hans-Jürgen Klesse, Michael Kroker, Peter Steinkirchner, « Macht am Teich », WirtschaftsWoche,‎
  7. a b et c (de) « Großes Verdienstkreuz für Reinhard Mohn », Sächsische Zeitung,‎
  8. a et b (de) « Spanien ehrt den Bertelsmann-Chef – Asturien-Preis für Reinhard Mohn », Nürnberger Nachrichten,‎
  9. a et b (de) « Ein Leben für den Konzern », Neue Westfälische,‎
  10. a et b (de) « Bertelsmann trauert um Reinhard Mohn », Bertelsmann, (consulté le 1er mai 2018)
  11. (de) Stefan Beig, « Eine imposante Familiensaga », Wiener Zeitung,‎
  12. « Bertelsmann: Medienmonarchie aus Gütersloh », Handelsblatt,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  13. (de) Stefan Brams, « Immer bereit, zu lernen: Reinhard Mohn erinnert sich an seine Jugend », Neue Westfälische,‎
  14. a b et c (de) Reinhard Mohn, Von der Welt lernen: Erfolg durch Menschlichkeit und Freiheit, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-641-01268-7)
  15. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 3-570-00713-8)
  16. (de) Adolf Theobald, « Nachruf: Reinhard Mohn », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2019)
  17. (de) Andrea Stoll, « Ich bin im Alleinsein geübt », Welt am Sonntag,‎
  18. (de) Lowell A. May, Camp Concordia: German POWs in the Midwest, Sunflower University Press, (ISBN 0-89745-192-9)
  19. (de) Reinhard Mohn, Von der Welt lernen: Erfolg durch Menschlichkeit und Freiheit, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-641-01268-7)
  20. (de) Stephan Rechlin, « Er ist und bleibt präsent », Westfalen-Blatt,‎
  21. Johannes Ritter, « Der Pionier aus Gütersloh », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  22. (de) « Bertelsmann: Das schwere Erbe der Mohns », Cicero (consulté le 18 septembre 2018)
  23. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00711-1)
  24. (de) Jan Fleischhauer, « Konzerne: Sieg oder Sibirien », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  25. (de) Ludger Osterkamp, « Jubilarin hegt keinen Groll », Neue Westfälische,‎
  26. (de) Steffen Grimberg, « Klatsch und Mohn », Die Tageszeitung,‎
  27. (de) Matthias Benirschke, « Die starke Frau bei Bertelsmann », Westdeutsche Zeitung,‎
  28. (de) Magdalene Mohn, Minna Wagner, « Die Schattenfrau », Bunte,‎
  29. (de) Günther Bähr, Tatjana Meier, « Bertelsmann: Szenen einer Ehe », Focus,‎
  30. (de) Matthew Karnitschnig, « Die komplizierte Romanze der Liz Mohn », Der Tagesspiegel,‎
  31. (de) « Das schwere Erbe der Mohns », Cicero (consulté le 1er mai 2018)
  32. (de) Dieter Schröder, « Der stille Eiferer », Berliner Zeitung,‎
  33. (de) « Der Club wurde zum Konzern », Frankfurter Neue Presse,‎
  34. (de) George Weidenfeld, « Der Mann, der Deutschland zum Lese-Club machte », B.Z.,‎
  35. (de) Uwe Jean Heuser, « Neues vom roten Mohn », Die Zeit, no 11,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018)
  36. (de) « Reinhard Mohn (1921–2009) », Der Standard,‎
  37. (de) Beate Flemming, « Der soziale Kapitalist », Stern, no 42,‎
  38. a et b (de) Uwe Jean Heuser, « Der Tycoon aus der Provinz », Die Zeit, no 42,‎
  39. a et b (de) Steffen Grimberg, « Abschied von einem Scheinlinken », Die Tageszeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  40. (de) « Freundlicher Moloch », Der Spiegel, no 11,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  41. (de) « Personen: Reinhard Mohn », Börsen-Zeitung,‎
  42. (de) Matthias Benz, « Bertelsmann-Patriarch Reinhard Mohn gestorben », Neue Zürcher Zeitung,‎
  43. « Gütersloher Zentrale in neuem Gebäude », Bertelsmann Chronik (consulté le 1er mai 2018)
  44. (de) « Start mit christlichen Liedern und Gesängen: Der Weg des Bertelsmann-Konzerns in die erste Liga der Medienunternehmen », Allgemeine Zeitung,‎
  45. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt (1980–1990) », Westfalen-Blatt,‎
  46. (de) Gunhild Freese, « Aufstieg zum Bestseller: Bertelsmann avanciert in den USA zum größten Buchverlag », Die Zeit, no 14,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2018)
  47. (de) Heinz-Günter Kemmer, « Rückzug an die Spitze », Die Zeit, no 8,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  48. (de) Norbert Wehrstedt, « Reinhard Mohn: Unternehmer mit Ideen », Leipziger- Volkszeitung,‎
  49. (de) « Im Zweifel selbst », Der Spiegel, no 48,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  50. (de) Rudolf Knappe, « Firmenkultur als Vermächtnis », Darmstädter Echo,‎
  51. (de) « Reinhard Mohn regelt Besitzverhältnisse neu », Der Tagesspiegel,‎
  52. (de) Dieter Buhl, « Geld ist ein Instrument », Die Zeit, no 28,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2018)
  53. (de) « Bertelsmann soll nur Bertelsmann gehören », Die Tageszeitung,‎
  54. (de) Ingrid Scheithauer, « Konsens statt Streitkultur. Reinhard Mohn will für Bertelsmann Kontinuität. », Frankfurter Rundschau,‎
  55. (de) Uwe Jean Heuser, « Die Familie kann nichts durchsetzen », Die Zeit, no 32,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  56. « 40 Jahre Bertelsmann Stiftung: Lob von Gauck », Die Welt,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018)
  57. (de) Bernhard Hänel, « Mohns Denkfabrik », Neue Westfälische,‎
  58. (de) « Ein Anstifter des Guten », Neue Westfälische,‎
  59. (de) « Bertelsmann fördert Bibliothek », Westfalen-Blatt,‎
  60. (de) « Carl Bertelsmann-Preis », Handelsblatt,‎
  61. (de) « Personalien: Reinhard Mohn », Handelsblatt,‎
  62. (de) Rainer Hank, « Warum einer ein Milliardenvermögen weggibt », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎
  63. a et b (de) « Bertelsmann gehört jetzt mehrheitlich der Stiftung », Deutscher Drucker,‎
  64. (de) « Bertelsmann Stiftung: Mohn kündigt deutliche Etataufstockung für 1993/94 an. », Handelsblatt,‎
  65. (de) Sabine Etzold, « Die Lotsen aus Gütersloh », Die Zeit, no 19,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  66. (de) Liz Mohn, Schlüsselmomente: Erfahrungen eines engagierten Lebens, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-641-07123-3)
  67. (de) Stefan Schelp, « Jungen Menschen Perspektive geben », Neue Westfälische,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2019)
  68. (de) « Die Stiftung zieht’s nach Washington », Neue Westfälische,‎
  69. (de) « Chronik », Bertelsmann Stiftung (consulté le 1er octobre 2016)
  70. (de) Thomas Hoffmann, « Der Leitwolf verlässt das Rudel », Horizont,‎
  71. (de) « Der Patriarch zieht sich zurück », Berliner Zeitung,‎
  72. (de) « Bertelsmann Stiftung: Reinhard Mohn seine Ämter vorzeitig ab », Frankfurter Rundschau,‎
  73. (de) « Mohn gibt Leitung der Bertelsmann Stiftung ab », Handelsblatt,‎
  74. (de) Ralph Kotsch, « Reinhard Mohn zieht sich zurück / Neuordnung der Bertelsmann-Stiftung », Berliner Zeitung,‎
  75. (de) « Ehrenbürger der Stadt Gütersloh », Neue Westfälische,‎
  76. (de) « Israels Buchmesse würdigt Dohle », Westfalen-Blatt,‎
  77. (de) « Hall of Fame », Manager Magazin,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  78. a et b (de) « Reinhard Mohn » [PDF], Bertelsmann Stiftung (consulté le 1er mai 2018), p. 2
  79. (de) « Reinhard Mohn im Club of Rome », Frankfurter Rundschau,‎
  80. (de) Christoph Pridun, « Menschen in Bewegung », WirtschaftsBlatt,‎
  81. (de) « Namen: Reinhard Mohn », Handelsblatt,‎
  82. (de) « Integrationspreis », Stiftung Apfelbaum (consulté le 1er mai 2018)
  83. (de) « Staatspreis für Mohn und Treckel », Wiesbadener Kurier,‎
  84. (de) « Clement verleiht NRW-Staatspreis », Bonner General-Anzeiger,‎
  85. (de) « Deutsche Personalien: Reinhard Mohn », Welt am Sonntag,‎
  86. (de) « Ehrung für Reinhard Mohn », Frankfurter Rundschau,‎
  87. (de) « Personalien: Reinhard Mohn », Bonner General-Anzeiger,‎
  88. (de) « Ehrendoktor für Mohn », Die Tageszeitung,‎
  89. (de) « Merkel mahnt CDA-Preis an Mohn », Rhein-Zeitung,‎
  90. (de) Kai Pfundt, « Soziale Partnerschaft beispielhaft vorgelebt », Bonner General-Anzeiger,‎
  91. (de) « Kollek-Preis für die Mohns », Neue Westfälische,‎
  92. (de) « Mallorca zeichnet Reinhard Mohn aus », Neue Westfälische,‎
  93. (de) « Grüne Ideen für gute Geschäfte », Stern, no 26,‎
  94. (de) « Die Balearen sagen Dankeschön », Neue Westfälische,‎
  95. (de) Reinhard Mohn, Verlag Bertelsmann Stiftung, (ISBN 978-3-86793-061-1)
  96. (de) Stefan Brams, « Immer bereit zu lernen: Reinhard Mohn publizierte vier Bücher und zahlreiche Broschüren », Neue Westfälische,‎
  97. (de) Ingrid Scheithauer, « Der Sozial-Oberingenieur », Frankfurter Rundschau,‎
  98. (de) Reinhard Mohn, « Die Eitelkeit im Leben des Managers », Verlag Bertelsmann Stiftung, (consulté le 25 septembre 2018)
  99. (de) Thomas Wels, « Mohns Abrechnung im Namen der Menschlichkeit », Rheinische Post,‎
  100. (de) Reinhard Mohn, Erfolg durch Partnerschaft: Eine Unternehmensstrategie für den Menschen, Siedler Verlag, (ISBN 3-88680-253-1)
  101. (de) Alexander Antonoff, « Bertelsmann darf im Wandel seinen Charakter nicht verlieren », Die Welt,‎
  102. (de) Reinhard Mohn, Menschlichkeit gewinnt: Eine Strategie für Fortschritt und Führungsfähigkeit, (ISBN 3-89204-482-1)
  103. (de) Uwe Jean Heuser, « Partner statt Untertan », Die Zeit, no 21,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  104. (de) Reinhard Mohn, Die gesellschaftliche Verantwortung des Unternehmers, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 3-570-00733-2)
  105. (de) Ralf Altenhof, « Mohns Vermächtnis: Plädoyer des Bertelsmann-Chefs für eine Unternehmenskultur des Staates », Neue Zürcher Zeitung,‎
  106. (de) Reinhard Mohn, Von der Welt lernen: Erfolg durch Menschlichkeit und Freiheit, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-01078-5)
  107. (de) « Bertelsmann-Chef schreibt über sein Leben », Berliner Zeitung,‎
  108. (de) « Der Waldläufer », Süddeutsche Zeitung,‎
  109. (de) Stefan Brams, « Drehbuchautorin schreibt mit », Neue Westfälische,‎
  110. Michael Hanfeld, « Ein Film, den wir nicht sehen dürfen », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  111. (de) « Bertelsmann stiftet Reinhard-Mohn-Lehrstuhl », Handelsblatt,‎
  112. (de) Bernhard Hänel, « Die Rückkehr des Christoph Mohn: Sohn des Firmenpatriarchen wird Chef der Reinhard-Mohn-Stiftung », Neue Westfälische,‎
  113. (de) Ludger Osterkamp, « In der Tradition seines Vaters », Neue Westfälische,‎
  114. (de) Klaus Boldt, « Gesellschaftswandel », Manager Magazin,‎
  115. (de) « Forschungszentrum würdigt Mohn: Institut an der Universität Witten/Herdecke trägt Namen des verstorbenen Bertelsmann-Patriarchen », Westfalen-Blatt,‎
  116. (de) « Forschungszentrum würdigt Mohn », Westfalen-Blatt,‎
  117. (de) « Reinhard-Mohn-Institut für Unternehmensführung », Universität Witten/Herdecke
  118. « Jahresbericht 2018 » [PDF], Bertelsmann Stiftung, p. 43
  119. (de) « Neuer Preis erinnert an Reinhard Mohn », Neue Westfälische,‎
  120. (de) « Gleicher Preis, neuer Name », Neue Westfälische,‎
  121. (de) Marc Schröder, « Reinhard-Mohn-Preis geht an ehemaligen Präsidenten Estlands », nw.de,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2018)
  122. (de) Thomas Schuler, « Mohns Brief », Berliner Zeitung,‎
  123. (de) Thomas Schuler, « Die Gabe des Vergessens », Neue Zürcher Zeitung,‎
  124. (de) « Bertelsmann: Wachsender Imageschaden », Focus Magazin, no 53,‎
  125. (de) Ralf Müller, « Mohn war kein Nazi-Gegner », Nürnberger Zeitung,‎
  126. (de) Anton Fuders, « Dünner Schlussstrich », Die Tageszeitung,‎ , p. 17 (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2019)
  127. (de) Volker Ullrich, « Ein Musterbetrieb », Die Zeit, no 42,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  128. (de) « Bertelsmann-Chef zeigt Reue », Handelsblatt,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018)
  129. (de) Ralph Gerstenberg, « Nur im eigenen Interesse », Deutschlandfunk Kultur,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018)
  130. (de) Thomas Schuler, « Unbequeme Wahrheiten », Berliner Zeitung,‎
  131. (de) Peter Rawert, « 175 Jahre Bertelsmann: Grundgütiges aus Gütersloh », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2018)

Liens externesModifier