Raphaëlle Ybarra de Vilallonga

militante catholique espagnole

Raphaëlle Ybarra de Vilallonga
Image illustrative de l’article Raphaëlle Ybarra de Vilallonga
Bienheureuse
Naissance , Bilbao, Espagne
Décès , Bilbao 
Nationalité Espagnole
Vénéré à Cimetière communal de Bilbao, chapelle Vilallonga
Béatification à Rome par le pape Jean-Paul II
Fête 23 février

Raphaëlle Ybarra de Vilallonga (Bilbao, - Bilbao, ) est une militante catholique espagnole, épouse et mère de famille, fondatrice des sœurs des Saints Anges gardiens. Elle est vénérée comme bienheureuse par l'Église catholique et elle est commémorée le 23 février selon le Martyrologe romain[1].

BiographieModifier

Elle est la fille de Gabriel María de Ybarra y Gutiérrez de Caviedes et de son épouse, née María del Rosario de Arámbarri y Mancebo, tous les deux issus de la haute société de Bilbao et profondément chrétiens. Épouse d'un industriel fortuné de Bilbao d'origine sévillane (José de Vilallonga y Gipuló) et mère de famille de sept enfants[2], son dévouement aux enfants et aux malades de son quartier à Bilbao s'ajoutait à la réputation de femme au foyer exemplaire qu'on lui accordait dans le voisinage.

Elle venait particulièrement en aide aux fillettes et jeunes filles de quartiers touchés par l'industrialisation et le relâchement des mœurs dû à la pauvreté et aux fléaux sociaux[2] et fonda des institutions en faveur de la protection et de la promotion de la femme. Animée d'une grande spiritualité, c'est avec l'accord de son époux en 1891 qu'elle s'engagea dans les vœux de religion, et consacra une grande partie de sa fortune à la fondation de l'association des Saints Anges Gardiens, destinée à la formation et à l'enseignement des jeunes filles dans l'esprit chrétien. Le premier collège des Anges-Gardiens de Bilbao est construit en 1897 et inauguré le , comme maison-mère. Elle meurt le sans avoir vu son œuvre consolidée.

En 2011, la congrégation comprend trente-cinq maisons en Espagne et en Amérique[2].

Béatification et canonisationModifier

Sa fête liturgique est fixée au 23 février[1].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Bienheureuse Raphaëlle Ybarra », sur nominis.cef.fr (consulté le )
  2. a b et c (es) Biographie
  3. « Santi e Beati del Pontificato di Giovanni Paolo II », sur www.vatican.va (consulté le )

Liens externesModifier