Rainbow Warrior II

Rainbow Warrior
Image illustrative de l’article Rainbow Warrior II
Le Rainbow Warrior II à Bastia en 2007
Autres noms Grampian Fame, Rongdhonu
Type Navire à moteur et à voiles
Histoire
Chantier naval Cochrane & Sons, Selby, Royaume-Uni
Lancement 1957
Statut légué
Caractéristiques techniques
Longueur 55,20 m
Maître-bau 8,54 m
Tirant d'eau 4,5 m
Tirant d'air 41 m
Tonnage 555 tjb
Propulsion 2 moteurs Diesel Deutz M.W.M. 2 × 6 cylindres ; 650 m2 de voilure sur 3 mâts
Puissance 2 × 500 kW
Vitesse 12 nœuds (5 à 7 à la voile)
Carrière
Armateur Greenpeace
Pavillon Pays-Bas
Port d'attache Amsterdam

Le Rainbow Warrior II, connu simplement comme le Rainbow Warrior, est le second bateau emblème de Greenpeace, en service dans la flotte de l'organisation non gouvernementale internationale de 1989 à 2011.

Ce nom fait référence à trois bateaux, dont le premier a été coulé par les services secrets français en 1985.

Origine du nomModifier

Ce nom (littéralement « Guerrier de l'arc-en-ciel ») provient d'une histoire de tradition autochtone d'Amérique du Nord[1], évoquant une époque où la cupidité des Hommes conduirait le monde à sa perte et où les guerriers de l'arc-en-ciel (les Rainbow Warriors) viendraient le sauver[2].

Second Rainbow Warrior Modifier

Construit en 1957 comme chalutier, le Grampian Fame est racheté en 1987 par Greenpeace. Après d'importants travaux il prit la mer le , le jour du quatrième anniversaire du naufrage du premier navire. Il est enregistré à Amsterdam avec pour indicatif d'appel PC 8024[3].

Les travaux ont consisté à offrir une capacité d'hébergement portée à 28 couchettes, supérieure à celle qu'offrait le chalutier. De plus, trois mâts lui ont été rajoutés afin d'obtenir une propulsion mixte, diesel et voile[3].

Le navire embarque à son bord un hors-bord et quatre canots pneumatiques[3].

En le navire s'oppose sur place, en Polynésie française, aux essais français de bombes nucléaires. Il a à son bord l'évêque catholique Jacques Gaillot et le chef indépendantiste Oscar Temaru. La marine française intercepte le navire dans les eaux territoriales autour du site nucléaire[4].

Le , pendant la construction du Rainbow Warrior III, le Rainbow Warrior II est légué en donation à Friendship, une ONG du Bangladesh qui en fera un hôpital flottant. Il est rebaptisé Rongdhonu, qui signifie « arc-en-ciel » en bengali[5].

Notes et référencesModifier

  1. (en) The Bombing of the Rainbow Warrior - Greenpeace
  2. Les Guerriers de l'Arc en Ciel - Blog Lunantique, 8 novembre 2013
  3. a b et c (en) « The Rainbow Warrior », Greenpeace (consulté le )
  4. « Le « Rainbow-Warrior II » a été intercepté près de la passe de Mururoa », Le Monde,‎
  5. Farewell to the Rainbow Warrior II, greenpeace.org, August 16, 2011

Articles connexesModifier