Rıza Tevfik Bölükbaşı

Rıza Tevfik Bölükbaşı
SevresSignatories.jpg
Rıza Tevfik Bölükbaşı (le premier à gauche), ici en 1920, parmi les signataires ottomans du traité de Sèvres : Rıza Tevfik, Damat Ferid Paşa (grand vizir), Hadi Paşa (ministre de l'Éducation) et Reşid Halis (ambassadeur).
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Rıza Tevfiak BölükbaşıVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Rıza Tevfik, appelé Rıza Tevfik Bölükbaşı depuis l'adoption de la Loi turque sur les noms de famille en 1934, né en 1869 et mort le , est un philosophe, poète et politicien turc, membre de l'ordre religieux bektachi et franc-maçon.

PolitiqueModifier

En 1907 il adhère au Comité Union et Progrès (CUP), et est élu député de ce parti pour Edirne à la Chambre des députés (Parlement) de l'Empire ottoman en 1908. En 1911 il quitte le CUP pour adhérer pour un moment au nouveau parti libéral d'opposition, fortement opposé à la participation de l'Empire ottoman à la Première Guerre mondiale. Après la chute du CUP et la défaite ottomane lors de la première guerre mondiale, il est ministre de l'éducation dans plusieurs gouvernements (). Il est nommé par le Sultan au Sénat, dont il devient le président par deux fois ( et ). Il est connu pour être l'un des signataires ottomans du traité de Sèvres.

Franc-maçonnerieModifier

Il est initié en franc-maçonnerie à Salonique en septembre 1908 dans la loge « Perseverancia » no 292, du Grand Orient espagnol[1] et il est grand-maître de la première obédience indépendante turque[2], le Grand Orient ottoman, de 1918 à 1921[3].

Notes et référencesModifier

  1. Thierry Zarcone, Le croissant et le compas, Islam et franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation, Dervy, Paris, 2015, p. 308.
  2. Thierry Zarcone, Le croissant et le compas, Islam et franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation, Dervy, Paris, 2015, p. 17.
  3. Thierry Zarcone, Le croissant et le compas, Islam et franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation, Dervy, Paris, 2015, p. 160.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :