Quai de la Rapée

quai de Paris, France

12e arrt
Quai de la Rapée
Voir la plaque.
Voir la photo.
Vue du quai à hauteur du tunnel du pont de Bercy.
Situation
Arrondissement 12e
Quartier Bercy
Quinze-Vingts
Début 240, quai de Bercy
Fin 2, boulevard de la Bastille
Morphologie
Longueur 890 m
Largeur 19 m
Historique
Ancien nom Chemin le long de la Rivière
Géocodification
Ville de Paris 8048
DGI 8037
Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Quai de la Rapée
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Quai de la Rapée
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le quai de la Rapée est une voie située le long de la Seine à Paris dans le 12e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Le quai de la Rapée est accessible par les lignes    à la station Quai de la Rapée et     à la station Bercy, ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP 245761637177 8791215.

  • Début de quai de Rapée
  •   : Bastille, Gare de Lyon Nation,   Parc du secteur Gare de Lyon
  • Fin du quai de Rapée

Origine du nomModifier

 
Plaque du quai.

Le nom du quai fait référence à un terrain dépendant du fief de la Rapée qui s'étendait de la rue de Bercy au chemin en bord de Seine où un commissaire général des troupes, Monsieur de la Rapée, locataire, fit construire son hôtel le long de la rue de Bercy.

HistoriqueModifier

Ce chemin qui longeait la Seine était appelé au XVIIIe siècle « chemin le long de la Rivière ». Son accès en suivant la berge de la Seine en passant sur le ponceau qui enjambait les fossés de la Bastille (actuel bassin de l'Arsenal) était payant.

En 1786, La Rapée est un lieu-dit appartenant à la paroisse Sainte-Marguerite de Paris dont la limite avec la paroisse de Conflans (future commune de Charenton-le-Pont) était la rue de la Grange aux Merciers à l'emplacement de l'actuelle rue des Pirogues-de-Bercy. On y localise un port en 1767. La Couronne exproprie les enfants héritiers de Jean-Nicolas Morel conducteur de bois de la Marine Royale pour aménager les abords de la barrière de la Rapée de l'enceinte des Fermiers généraux qui forme la limite entre la Ville de Paris et la commune de Bercy créée en 1790. Le mur construit aux frais de l'adjudicataire des travaux (le sieur Renat) est à l'emplacement de l'actuel boulevard de Bercy.

Depuis 1978, il constitue l'une des portions formant la voie Georges-Pompidou.

En 1994, ce lieu a inspiré le romancier Michel Gastine, pour le polar Quai de la Rapée, qui a obtenu le prix du Quai des Orfèvres.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 12 : bâtiment construit en 1828 qui faisait partie du magasin aux fourrages de l'armée, actuellement compris dans le Ministère de l'Économie et des Finances. Ce bâtiment est identique à celui de l'entrée du Ministère au 139 rue de Bercy[1].
  • No 26 : emplacement de la chapelle Saint-Bonnet qui devint une filature sous la Révolution.
  • Nos 28 à 84 : le quadrilatère formé par le quai de la Rapée, les rues Traversière, de Bercy et Villiot était occupé du XVIIe siècle au début du XIXe siècle par des entrepôts de pierres de taille qui avaient été déchargées par voie d'eau. Le port situé en bordure était appelé port-au-Plâtre.
  • C'est dans ce même quadrilatère que se trouvait le cimetière du Port-au-Plâtre ouvert de 1725 à la Révolution.
  • L'Institut médico-légal de Paris qui a remplacé l'ancienne morgue de l'île de la Cité, située en amont du pont d'Austerlitz est entrée en service en 1923.
  • No 98  : immeuble construit en 1892 où les frères Vianey installèrent en 1910 l'hôtel Méditerranée qui fit faillite en 1926 et fut racheté par la Ville de Paris. Les frères Vianey gardèrent ensuite des salons de réception[2]. En 2021, l'immeuble est en réfection pour réaliser des logements sociaux.

Notes et référencesModifier

  1. Danielle Chadych, Paris, Parigramme, , 228 p. (ISBN 2 84096 044 3), p. 168
  2. Danielle ChadychI, Paris, Parigramme, , 228 p. (ISBN 2 84096 044 3), p. 45