Ouvrir le menu principal

Promenade de la Treille

rue de Genève, Suisse

Promenade de la Treille
Image illustrative de l’article Promenade de la Treille
Vue d'ensemble de la promenade
Situation
Coordonnées 46° 12′ 02″ nord, 6° 08′ 45″ est
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Genève
Quartier(s) Cité-centre
Morphologie
Type Promenade
Superficie 6 341 m2

Géolocalisation sur la carte : Genève

(Voir situation sur carte : Genève)
Promenade de la Treille

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Promenade de la Treille

La promenade de la Treille est une promenade située en vieille-ville de Genève en Suisse. Elle se déploie entre les hôtels particuliers de la rue des Granges, l'Hôtel-de-Ville et les remparts dominant le parc des Bastions.

HistoriqueModifier

Les autorités genevoises achètent entre 1516 et 1518 plusieurs parcelles garnies de dépendances rurales pour créer une plateforme destinée à faciliter la défense des bâtiments réservés au gouvernement. En 1558, ce vaste espace est le premier à bénéficier d'une campagne d'arborisation. C'est alors aussi que l'on y établit des espaliers, destinés sans doute à recevoir une vigne, attestée dès 1574 et tout cas et qui a donné son nom à la promenade. Cette treille se déployait en tonnelle et abritait des bancs; en 1584, toutefois, elle est délabrée et l'on décide de la supprimer. De la fin du XVIe siècle à fin du XVIIe siècle le site est graduellement étendu et développé, avec de nouvelles plantations, notamment des mûriers, dont les deux derniers exemplaires disparaissent toutefois en 1632 pour être remplacés par des ormeaux et tilleuls. La promenade, alors devenue l'un des lieux de rencontre les plus prisés de la ville, continue à être aménagée. Elle est désormais dotée de rampes, symétriquement aménagées aux extrémités de la promenade, l'une d'entre elles partant de la Place Neuve. Comme les arbres qui s'y trouvaient se portaient relativement mal, on les remplace en 1721 par deux lignes de marronniers d'Inde, essence nouvelle introduite pour la première fois une dizaine d'années plus tôt à la Petite Corraterie. Le mobilier, entièrement refait en 1730, consiste alors en une série de bancs en bois, en partie installés le long des murs, ces derniers s'allongeant sur 238 m. En 1767, on choisit de placer bout à bout, sur toute la longueur, des bancs dont les dossiers constitueraient également une barrière. L'opération est achevée en 1774[1] . Ce banc serait le plus long banc du monde[2],[3]. La promenade a alors acquis ses traits définitifs. Elle est encore agrémentée en 1969 par une statue illustrant Charles Pictet de Rochemont, due au sculpteur Peter Hartmann.

Au haut de la promenade se trouve le marronnier officiel dont l'éclosion du premier bourgeon, régulièrement signalé par la presse, marque l'arrivée du printemps.


 
La promenade de la Treille vue depuis la tour de la Radio télévision suisse.

ManifestationsModifier

Plusieurs manifestations récurrentes sont organisées sur la promenade de la Treille, parmi lesquelles la Fête de la première feuille, la Fête de la musique avec une scène, la commémoration de l'Escalade[4], ainsi que celle de la Restauration genevoise au matin du 31 décembre de chaque année.

RéférencesModifier

  1. Isabelle Brunier (dir.), Matthieu de la Corbière, Bénédict Frommel, David Ripoll, Nicolas Schätti et Anastazja Winiger-Labuda, Les monuments d'art et d’histoire du canton de Genève : Genève, espaces et édifices publics, t. IV, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse », 426 p. (ISBN 978-3-03797-233-5), p. 44-45
  2. « Banc de la Treille », sur ville-geneve.ch, (consulté le 13 septembre 2014)
  3. Sylvie Neidinger, « Genève-le plus long banc du monde:120,21 mètres- à l'envers ! », (consulté le 13 septembre 2014)
  4. « Promenade de la Treille », sur ville-geneve.ch (consulté le 1er juillet 2012)

Sur les autres projets Wikimedia :