Prix du Maroc du livre

Le prix du Maroc du livre est un prix littéraire créé le [1] en vue de soutenir et de diffuser le livre marocain.

La valeur du prix, augmentée en 1999, est de 70 000 dirhams ; les lauréats reçoivent également une attestation et un trophée[1].

Il comprend les genres suivants :

  • le prix du Maroc de la littérature et des arts ;
  • le prix du Maroc des sciences ;
  • le prix du Maroc de la traduction[1].

Liste des lauréatsModifier

1968Modifier

  • Abdelhak Lamrini pour Al-Jaysh al-maghribi abra at-tarikh (« L'Armée marocaine à travers l'Histoire »)[2]

1971Modifier

  • Mohamed El Alami pour Le Protocole et les Us et Coutumes au Maroc : Des origines à nos jours[3]

1979Modifier

  • Sciences exactes et expérimentales : Jamal Bellakhdar pour Médecine traditionnelle et toxicologie ouest-saharienne[4]

1986Modifier

  • Création littéraire : Réservé
  • Critique littéraire et artistique : Mohamed Benchrifa
  • Sciences humaines et sociales : Mohamed Kabli
  • Sciences exactes et expérimentales : Abdelhafid Lahlaidi

1987Modifier

1988Modifier

1989Modifier

1990Modifier

1991Modifier

1992Modifier

1993Modifier

1994Modifier

1995Modifier

1996Modifier

  • Création littéraire : Abdelghani Abou Al Azm
  • Critique littéraire et artistique : Mohamed Kaghat
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Ali Ooumlil et Abdallah Laroui
  • Sciences et technologie : Réservé
  • Traduction : Hassan Manii

1997Modifier

1998Modifier

  • Création littéraire : Ahmed Attawfik
  • Études littéraires et artistiques : Mohamed Anqar
  • Sciences humaines et sociales : EL Moukhtar Ben Abdellaoui
  • Traduction : Fatima Mernissi
  • Sciences et technologie : Prix non attribué

1999Modifier

  • Création littéraire : Abdelkader Chaoui
  • Études littéraires et artistiques : Ahmed Ziyyadi
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Kamal Abd Allatif et Bennasser Al Bouazzati
  • Traduction : Mohamed Ellouzi
  • Sciences et technologies : Ismaïl Boujnane

2000Modifier

  • Création littéraire : Miloudi Chaghmoum
  • Études littéraires et artistiques : Ahmed El Yabouri
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Ahmed Azami et Al Mustapha Chadli, ex-aequo
  • Sciences et technologie : Abd Al Malek Benabid
  • Traduction : Ahmed Chahlane

2001Modifier

  • Création littéraire : Idriss Meliani
  • Études littéraires et artistiques : Mohamed Benamara et Hammad Berrada, ex-aequo
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Mohamed Hakki
  • Sciences et technologie : Prix non attribué
  • Traduction : Abd El Kabir Cherkaoui

2002Modifier

  • Création littéraire : Ahmed Bouzfour et Wafaa El Amrani, ex-aequo
  • Études littéraires et artistiques : Ahmed El Madani
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Mohamed Belfaqqih
  • Sciences et technologie : Prix non attribué
  • Traduction : Ibrahim Boutaleb

2004Modifier

2006Modifier

  • Création littéraire : Hamza Ben Driss Ottmani et Zahra Mansouri, ex-aequo
  • Études littéraires et artistiques : Mohamed Dahi
  • Sciences humaines, sociales et juridiques : Mina Mghari et Mustapha Naimi, ex-aequo
  • Traduction : Ahmed Abou Hassan[6]

2011Modifier

  • Études littéraires et artistiques : Rachid Benhaddou, « Jamaliyat Albayn-Bayn »[7]
  • Sciences humaines et sociales : Driss Chehhou, « Les équilibres forestiers environnementaux à l’ouest du Moyen Atlas » & Ahmed Sadki, « La problématique de l’existence dans la pensée d’Ibn Arabi : Recherche dans la phénoménologie de l’absence »[7]
  • Traduction : Azeddine Khattabi, « La Philosophie politique du XIXe et XXe siècle » de Guillaume Sibertin-Blanc & Hassan Taïeb, « Qu’est-ce que l’histoire littéraire ? » de Clément Mouazan[7]
  • Récit et narration : Omar Walqadi, « Al Ibhar Ila Ithaqa » & Mohamed Zahir, « Voix que je n’ai pas entendue »[7]
  • Poésie : Hassan Nejmi, « Un mal comme l’amour »[7]

2017Modifier

  • Poésie : Nabil Mansar, « Chanson du cygne » (en arabe)
  • Récit et narration : Abdelkarim Jouiti, « Les marocains » (en arabe)
  • Sciences humaines : Abdelaziz Tahiri, « L'Histoire et la mémoire » (en arabe) & Yahya Boulahia, « Les missions d'études au Japon et au Maroc » (en arabe)
  • Sciences sociales : Abderrahim El Atri, « Sociologie du pouvoir politique » (en arabe)
  • Études littéraires, linguistiques et artistiques : Mohammed Khatabi, « Le concept, la notion et le dictionnaire spécialisé » (en arabe)
  • Traduction : Mohammed Hatimi et Mohamed Jadour, « Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain » d'Abdallah Laroui

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Page web officielle du prix du Maroc du livre. (consulté le )
  2. « Le Souverain nomme M. Abdelhak Lamrini porte-parole du Palais Royal », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  3. MAP, « Parution d'un recueil de nouvelles du Pr Mohamed [El] Alami », sur Biladi, (consulté le 27 novembre 2014)
  4. a et b Saïd Afoulous, « Deux priorités : Élaborer un formulaire national des plantes médicinales et codifier leur emploi », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
    Entretien avec Jamal Bellakhdar reproduit sur http://www.santemaghreb.com
  5. « Jamal Bellakhdrar », Éditions Le Fennec (consulté le 15 mai 2012)
  6. Remise des prix 2006 par le prince Moulay Rachid.
  7. a b c d et e « Palmarès 100 % masculin pour le Prix du Maroc du livre 2011 », sur www.aswat.ma, (consulté le 11 mai 2012)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.