Prieuré Saint-Laurent-en-Lyons

prieuré situé en Seine-Maritime, en France

Prieuré Saint-Laurent-en-Lyons
Image illustrative de l’article Prieuré Saint-Laurent-en-Lyons
Présentation
Type prieuré
Début de la construction 1151
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Beauvoir-en-Lyons
Coordonnées 49° 30′ 08″ nord, 1° 32′ 51″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Prieuré Saint-Laurent-en-Lyons
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Prieuré Saint-Laurent-en-Lyons

Le prieuré Saint-Laurent-en-Lyons est un ancien prieuré situé sur la commune de Beauvoir-en-Lyons, dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie.

Relevant de l’ordre de Citeaux, il dépendait de l’abbaye du Valasse ; il n'en subsiste qu'une ferme.

HistoireModifier

Il est fondé en 1151[1] par Hugues de Gournay et le soutien du roi-duc Henri Plantagenêt, pour indemniser les chanoines réguliers du prieuré de La Ferté-Saint-Samson de la perte de leurs biens. Il accueille dans son église la dépouille de Philippe de Marigny[2], archevêque de Sens de 1310 à 1316.

Le prieuré s’agrandit jusqu’en 1591, lorsqu’il est presque détruit lors du siège de Rouen. De nouveaux bâtiments voient alors le jour, le chœur est reconstruit. Pour rétablir l’ordre au sein du prieuré, arrivent des chanoines réguliers de saint Augustin du prieuré de Saint-Cyr de Friardel. En 1686, le prieuré est réformé.

Le 20 octobre 1772, un décret épiscopal marque l'extinction du prieuré, fermé en 1773[3] et uni au séminaire Saint-Nicaise de Rouen.

À la suite d'un incendie, il reste aujourd'hui de la présence de ce prieuré la nef de la chapelle, utilisée aujourd'hui comme grange, dans un corps de ferme.

Prieurés dépendantsModifier

  • Sainte-Marie du Puybel, près de Dieppe
  • Saint-Eustache de Monsigny, près de Vernon

Personnages illustresModifier

  • le bienheureux Thurolde : Il a été un des premiers prieurs.
  • le bienheureux Hugues de Saint-Jovinien, mort en 1187 à l’abbaye de l'Isle-Dieu : Chanoine régulier du prieuré, il devient ermite à Sainte-Honorine.

BibliographieModifier

  • Commission des antiquités du département de la Seine-Inférieure, Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, volume 1. Commission des antiquités du département de la Seine-Inférieure, Rouen, 1907 [lire en ligne]
  • Jean Benoît Désiré Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Imprimerie nationale, Paris, 1871. [lire en ligne]
  • Esther Baumann (dir.), Sabine Bledniak, Clotilde Brégeau et al., Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, vol. 1, Charenton-le-Pont, Flohic Editions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  • Charles Beaunier, Recueil Historique, Chronologique, Et Topographique, Paris, Alexis-Xavier-René Mesnier, (lire en ligne), p. 709-710

RéférencesModifier