Ouvrir le menu principal

L'Église Presbytérienne en Amérique (en anglais : Presbyterian Church in America, PCA) est la deuxième plus grande église presbytérienne aux États-unis et la plus grande dénomination conservatrice réformée. La PCA est de théologie réformée, avec un gouvernement de type presbytérien et est active dans les missions. Elle se caractérise par une pratique réformée au sein du mouvement evangélique plus large[1].

HistoireModifier

 
L'arbre de la famille des dénominations presbytériennes aux États-unis, avec l'aimable autorisation de l' Presbytérienne de la Société Historique[Quoi ?]

La PCA a son origine dans les controverses théologiques sur le libéralisme dans le Christianisme et la néo-orthodoxie, qui avait été un point d'achoppement dans l'Église Presbytérienne aux États-unis (PC-US : anciennement l'Église Presbytérienne des États Confédérés d'Amérique), qui s'étaient séparés de la branche principale de l'Église presbytérienne aux États-unis  au début de la Guerre Civile.

Alors que la controverse entre Conservateurs et Modernistes avait conduit à une scission au sein des Églises presbytériennes américaines au milieu des années 1930, conduisant à la formation de l'Église presbytérienne orthodoxe, les églises PC-US étaient restées intactes.

Cependant, à partir de 1942, le libéralisme a commencé à devenir influent dans le PC-US. De nombreux conservateurs ont estimé que les consistoires avaient été violés par la réception de pasteurs modernistes qui refusaient d'affirmer la naissance virginale de Jésus et sa résurrection corporelle. Ils réclamaient que tous les pasteurs affirment l'inerrance de l'écriture

Notes et référencesModifier

  1. « Presbyterian and Reformed Churches » [archive du ], (consulté le 17 avril 2018)

Liens externesModifier