Ouvrir le menu principal
Présidence de Faustin Archange Touadéra

Description de cette image, également commentée ci-après
Armoiries de la République centrafricaine
Type
Type Président de la République centrafricaine
Résidence officielle Palais de la Renaissance, Bangui
Élection
Système électoral Scrutin uninominal majoritaire à deux tours
Mode de scrutin Suffrage universel direct
Durée 5 ans
Présidence
Nom Faustin Archange Touadéra
Représentation
Membres 140 députés

Gouvernements
Sarandji I Sarandji II

La République centrafricaine est une république où le président de la République est à la fois chef de l'État, chef de l'exécutif et garant de l'indépendance du pouvoir judiciaire. Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement qui comprend deux chambres l'Assemblée nationale et le Sénat[1].

Sommaire

Pouvoir exécutifModifier

Fonction Nom Parti Du
Président de la République Faustin-Archange Touadéra    
Premier ministre Simplice Sarandji

Le pouvoir exécutif est composé du président de la République et du Gouvernement. Le président de la République est élu au suffrage universel direct et au scrutin secret majoritaire à deux tours pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. Il nomme le Premier ministre et préside le Conseil des ministres.

Article connexe : Guerre civile de Centrafrique.

Michel Djotodia est parvenu au pouvoir par un coup d'État contre François Bozizé le 24 mars 2013 et s'est auto-proclamé président de la République[2].

Le , le président de la transition centrafricaine Michel Djotodia et son Premier ministre Nicolas Tiangaye annoncent leur démission lors d'un sommet extraordinaire de la communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC)[3],[4].

Le , le conseil national de transition de la République centrafricaine élit Catherine Samba-Panza comme chef de l'État de transition[5] Elle prête serment le 23 janvier 2014 et le 25, elle nomme Premier ministre, André Nzapayeké[6].

Le 14 février 2016, Faustin-Archange Touadéra est élu président de la République et prend ses fonctions le 30 mars.

Composition du gouvernementModifier

Article connexe : Gouvernement Sarandji II.

Pouvoir législatifModifier

 
Entrée de l'Assemblée Nationale à Bangui

Selon la Constitution de la République centrafricaine du , l'Assemblée nationale compte 105 membres élus pour cinq ans à l'issue de deux tours de scrutin. Depuis la promulgation par le président Djotodia le , de la Charte constitutionnelle de transition[7], le pouvoir législatif et constituant de la République centrafricaine est exercé par le Conseil national de transition[8], il est composé de 135 membres représentant les différentes catégories politiques et socioprofessionnelles du pays.

La Constitution de la République centrafricaine promulguée le , stipule que le pouvoir législatif est exercé par un Parlement composé de deux chambres : lʼAssemblée Nationale et le Sénat. Le Parlement légifère et contrôle lʼaction du Gouvernement[9]. Les 140 députés sont élus pour un mandat de cinq ans, à partir du système du suffrage universel direct. Le Sénat prévu par la constitution n'est pas mis en place, au préalable doivent être adoptés les textes relatifs aux collectivités territoriales et d'autre part, doivent être organisées les élections régionales et municipales[10].

Partis politiquesModifier

Après avoir connu une longue période de régime à parti unique depuis l'indépendance, interrompue par une brève paranthèse pluraliste de 1980 à 1981, le Centrafrique adopte le multipartisme en 1991[11].

ÉlectionsModifier

Élections présidentiellesModifier

L'élection présidentielle est un scrutin à deux tours au suffrage universel direct[12]. Un candidat est élu au premier tour s'il y obtient la majorité absolue des suffrages. Dans le cas contraire, il y a un second tour entre les deux candidats ayant obtenu le plus de voix[12].

Le mandat est renouvelable une seule fois.

Élections législativesModifier

En 2011, 105 députés sont élus, en 2015, 141[13].

Il s'agit d'un scrutin à deux au suffrage universel direct[13], pour des binômes (candidat et suppléant). Un candidat est élu au premier tour s'il y obtient la majorité absolue des suffrages. Sinon, il y a un second tour entre les deux premiers candidats[13].

Les élections législatives peuvent avoir lieu le même jour que les élections présidentielles, comme lors des élections de 2005, 2011 et 2015.

Élections régionalesModifier

Chaque sous préfecture élit deux conseillers régionaux (comme pour les députés, le vote inclut un suppléant)[14].

Le mode de scrutin est identique aux élections présidentielle et législatives (deux tours, majorité absolue ou relative, etc.)[14].

Élections municipalesModifier

En principe, des élections municipales ont lieu. En réalité, les dernière élections municipales, au suffrage universel direct, datent de 1988[15].

Pouvoir judiciaireModifier

La justice constitue un pouvoir indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. Elle est rendue sur le territoire de la République centrafricaine au nom du Peuple centrafricain par la Cour de cassation, la Cour des comptes, le Conseil d'État et les cours et tribunaux[16].

ComplémentsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Elections en République Centrafricaine, Constitution bilingue 2015, 2016
  2. Centrafrique: Michel Djotodia déclare être le nouveau président de la République centrafricaine., RFI, 24 mars 2013
  3. Rémy Ourdan, Cyril Bensimon, « En Centrafrique, le président Michel Djotodia est sur la sellette », Le Monde,
  4. « Centrafrique: le président Michel Djotodia et son Premier ministre Nicolas Tiangaye ont démissionné », AFP,
  5. Centrafrique: la maire de Bangui élue présidente de transition, lexpress.fr, le 20 janvier 2014.
  6. « République centrafricaine : André Nzapayeké nommé Premier ministre (radio nationale) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), RFI, 25-01-2014.
  7. Loi n° 13.001 portant Charte constitutionnelle de transition
  8. Charte constitutionnelle de transition, Article 49
  9. « Article 52 » « Constitution de la République centrafricaine »,
  10. Eric Ngaba, Corbeau News Centrafrique, cité par aBangui.com : Centrafrique : la problématique de la création du Sénat, 1er juillet 2016
  11. Loi 91.004 du 4 juillet 1991, Journal Officiel, juillet 1991
  12. a et b « Elections présidentielles », sur anecentrafrique.com, (consulté le 30 décembre 2015)
  13. a b et c « Elections législatives », sur anecentrafrique.com, (consulté le 30 décembre 2015)
  14. a et b « Elections régionales », sur anecentrafrique.com, (consulté le 30 décembre 2015)
  15. « Election municipale en Centrafrique : utopie ou réalité…par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE », sur centrafriquelibre.info, (consulté le 30 décembre 2015)
  16. Charte constitutionnelle de transition du 18 juillet 2013, Titre VII

Sur les autres projets Wikimedia :