Plutonium 244

isotope du plutonium
Plutonium 244

table

Général
Nom Plutonium 244
Symbole 244
94
Pu
150
Neutrons 150
Protons 94
Données physiques
Présence naturelle Traces
Demi-vie (8,13 ± 0,03) × 107 ans[1]
Produit de désintégration 240U
Masse atomique 244,0642044(25) u
Spin 0+
Excès d'énergie 59 806,0 ± 2,3 keV[1]
Énergie de liaison par nucléon 7 524,815 ± 0,010 keV[1]
Production radiogénique
Isotope parent Désintégration Demi-vie
244
93
Np
β 2,29(16) min
248
96
Cm
α 3,48(6) × 105 ans
Désintégration radioactive
Désintégration Produit Énergie (MeV)
α à 99,879 % 240
92
U
4,66554
FS à 0,121 % Variable N/A

Le plutonium 244, noté 244Pu, est l'isotope du plutonium dont le nombre de masse est égal à 244 : son noyau atomique compte 94 protons et 150 neutrons avec un spin 0+ pour une masse atomique de 244,064 20 g/mol. Il est caractérisé par un excès de masse de 59 806,0 ± 2,3 keV et une énergie de liaison nucléaire par nucléon de 7 524,8 keV[1]. Un gramme de plutonium 244 présente une radioactivité de 670,7 kBq.

Il donne de l'uranium 240 par désintégration α avec une période radioactive de 81,8 Ma et une énergie de désintégration de 4,666 MeV. Dans 0,12 % des cas, il se désintègre par fission spontanée, soit 804 900 fissions spontanées par seconde dans un kilogramme de 244Pu pur.

Le plutonium 244 est assez difficile à produire par voie naturelle dans les minerais d'uranium par capture neutronique, et n'est pas non plus produit en quantités significatives par le cycle du combustible nucléaire[2]. Néanmoins, de telles captures neutroniques successives peuvent avoir lieu également lors d'explosions nucléaires sur Terre et conduire par conséquent à la formation de petites quantités de plutonium 244, comme cela fut le cas dans le test Ivy Mike.

La présence du plutonium 244 à l'état de traces dans le milieu naturel est généralement attribuée à des reliquats de plutonium primordial[3],[4], formé par processus r lors d'explosions de supernovae. La présence du plutonium 244 pendant la formation du Système solaire (radioactivité éteinte) est attestée par l'observation de traces de fission spécifiques dans les échantillons anciens (dans les météorites, notamment), et repérable dans la composition isotopique du xénon d'échantillons similaires, le xénon étant un produit de fission du plutonium. En 2021 une étude a révélé la présence de 181 atomes de plutonium 244 dans un échantillon de croûte océanique[5]; cette présence conjointe à celle d'atomes de fer 60 est expliquée par l'explosion de deux supernovae relativement proches de la Terre dans les dix derniers millions d'années[5].

Du plutonium 244 est produit en petites quantités (quelques grammes) aux États-Unis depuis la fin du XXe siècle par capture neutronique en exposant pendant plusieurs années du plutonium dans des réacteurs à haut flux (6×1015 neutrons·cm−2·s−1[6]). Ce nucléide sert de référence aux organismes de contrôle pour mesurer avec précision la composition isotopique et la concentration en plutonium d'échantillons par dilution isotopique et spectroscopie de masse[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Live Chart of Nuclides: 244
    94
    Pu
    150
     »
    , sur https://www-nds.iaea.org/, AIEA, (consulté le )
    .
  2. Car la capture neutronique par le 242Pu donne du 243Pu, dont la période n'est que de cinq heures et qui donne de l'américium 243 par désintégration β avant d'avoir une probabilité significative de capturer un neutron supplémentaire pour conduire au plutonium 244.
  3. (en) D. C. Hoffman, F. O. Lawrence, J. L. Mewherter, F. M. Rourke : « Detection of Plutonium-244 in Nature », Nature 1971, 234, 132–134 ; DOI:10.1038/234132a0.
  4. (en)Attempt to detect primordial 244Pu on Earth, Physical review C 85, 015801 (2012)
  5. a et b (en) A. Wallner et al., « 60Fe and 244Pu deposited on Earth constrain the r-process yields of recent nearby supernovae », Science, vol. 372, no 6543,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Improving the Scientific Basis for Managing DOE's Excess Nuclear Materials and Spent Nuclear Fuel, 2003, (ISBN 0-309-08722-8).
  7. (en) Efforts to save 244Pu in Mark 18A targets for use in international safeguards measurements, IAEA-SM-367/5/01/P.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier


1  H                                                             He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
Tableau périodique des isotopes