Plaza de la Corredera

Plaza de la Corredera
Plaza de la Corredera.JPG
Nom local
(es) Plaza de la CorrederaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Communauté autonome
Liste
Province
Municipalité
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Place entourée de bâtiments (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité

La place de la Corredera est un des lieux les plus emblématiques de la ville espagnole de Cordoue. Cet espace, unique plaza mayor quadrangulaire d'Andalousie, se trouve au centre de la ville.

L'espace occupé par la place a profondément été remodelée avec le temps. La place a été utilisée à différentes fins, principalement festives, telles que les courses de taureaux, desquelles dérive l'actuel nom de la place[1].

Le la place a été déclarée Bien d'Intérêt Culturel[2].

HistoireModifier

 
Place de la Corredera
 
Place de la Corredera, détail des bâtiments

On pense que jusqu'au XVe siècle, la place de la Corredera était une grande esplanade extramuros de la Médina.

XVIIe siècle: constructionModifier

La morphologie actuelle provient du projet de l'architecte de Salamanque Antonio Ramós Valdés, qui a bâti un rectangle de 113 mètres de long et 55 mètres de large, en 1683[1]. La construction n'a pas été intégrale, puisqu'elle s'est limitée aux façades des maisons en raison du manque de fonds.

Bien que l'ensemble soit homogène, à la façon des plazas mayores propres à l'urbanisme baroque, elle a conservé pourtant deux bâtiments antérieurs à cette époque qui contrastent avec la régularité de l'environnement. Ces bâtiments sont l'ancienne Maison Consistoriale et prison et les dénommées “Maisons de Madame María Jacinto”, toutes deux bâties au XVIe siècle[1].

Les descriptions que nous trouvons de l'époque nous la montrent telle qu'elle était au XVIIe siècle.

« lo que allí se ve de notable es la plaza mayor, cerrada por casas hermosas semejantes a las de la Plaza de Madrid sostenidas de pórticos y de arcadas donde están establecidos los más ricos mercaderes de la ciudad y en los días de las grandes giestas del año, se dan corridas de toros, como vivimos en Madrid. Esta plaza está en uno de los extremos de la ciudad (...) »

— A. Jouvin, (XVIIe siècle)

« (...) casi todas las fachadas de la construcción sobresalen hacia fuera con terracillas de madera, la mayor parte con tres y unas pocas con cuatro planos, por o que cuando se hacen las fiestas se agregan alrededor de las escalinatas de madera, decoradas ricamente con telas de varios coloeres sin dejar desnudas las pilastras que las sostienen, Donde se sitúan las damas, ponen sobre el tapiz grandísimos cojines de terciopelo y de brocado y, en suma, no queda parte alguna de la palza que no se va o llena de pueblo o embellecida con adornos. En el centro de uno de los lados mayores hay un edificio muy bueno, ene le cual está la Cárcel Pública. Juanto a éste está la antedicha casa en la que tiene su lugar acotado el Corregidor y los Veinticuatro regidores de la ciudad... »

— A. Guzman Reina, (Córdoba, XVIIe siècle)

XIXe siècleModifier

Le , a commencé à se construire sur la moitié de la place un bâtiment tendant à héberger le marché d'approvisionnements de la place de la Corredera, étant inauguré le .

 
Vue de la place pendant une manifestation.

Jusqu'au XXe siècle, la place de la Corredera a été une grande enclave commerciale. Pio Baroja, dans son livre La Foire des Discrets, l'a décrit de la suivante façon:

« (...) No había dejado de los arcos rinconadas sin puesto ni columna sin tenderete al pie. En el fondo de los proches aparecían los portales de las posadas, con sus patios clásicos y sus nombres castizos como la posada de la Puya del Toro...Las alpargaterías ostentaban como enseña sus ruedos de pleita: los establecimeintos de bebidas, sus anqueles llenos de botellas de colores; las tiendas de los talabarteros, sus jáquimas, cinchas y atahares; las triperías, las vejigas y cedazos hechos de piel de burro de Lucena. Aquí, un tejedor de caña iba construyendo cestas; allá, un baratillero poníen en montón unos cuentos libros grasientos, y cerca, una vieja entantigua sacaba del fondo de una sartén una rodaja de merluza y la ponía sobre una lámina de hoja de lata. »

— Pío Baroja, (XIXe siècle)

XXe siècle et XXIe siècleModifier

En 1959, le maire de Cordoue a approuvé la démolition du marché pour en réaliser un dans le sous-sol de la place[1]. Lors de cette démolition ont été trouvés plusieurs mosaïques romaines, qui aujourd'hui sont exposées dans l'Alcázar des rois chrétiens de Cordoue.

En 1986 est approuvée la réhabilitation de la place de la Corredera, qui sera achevée le .

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Plaza de la Corredera », artencordoba.com (consulté le )
  2. Ministerio de Educación, Cultura y Deporte. Gobierno de España, « Consulta a la base de datos de bienes inmuebles », Patrimonio Cultural: Bienes culturales protegidos (consulté le )

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :