Ouvrir le menu principal
Auge en pierre du plateau de Pasemah (photo prise en 1939)

Le plateau de Pasemah est une région de la chaîne des Bukit Barisan dans le sud de l'île indonésienne de Sumatra située entre les villes de Lahat et Pagar Alam. Il a été nommé d'après la population qui l'habite, les Pasemah.

On prétend que le sud de Sumatra est la 3e région mégalithique du monde en termes de quantité[1]. On y a répertorié 26 sites mégalithiques dans lesquels on trouve des rochers sculptés, des caveaux et des sanctuaires en terrasse, dispersés sur une zone de 80 km2. Les principaux sites du plateau de Pasemah sont :

  • Tinggihari,
  • Tanjungsirih,
  • Pulaupinang,
  • Lubukbuntak,
  • Pulaupanggung,
  • Air Puar,
  • Tebing Tinggi,
  • Geramat,
  • Mingkil,
  • Nanding,
  • Tebatsibentur,
  • Tanjung Arau,
  • Tegur Wangi,
  • Belumai,
  • Kotaraya Lembak,
  • Muaradua,
  • Bandaraji,
  • Gunungkaya,
  • Muara Tebu, et
  • Pagar Alam.

Le site de Benua Keling LamaModifier

Le site de Benua Keling Lama ("la vieille terre des Keling") se trouve à la transition entre les hautes et les basses terres. On y trouve un site fortifié et une zone où sont dispersés une cinquantaine de tertres d’une hauteur de 50 cm à 1 m. Certains tertres possèdent des pierres dressées, des alignements de pierre, des parements de pierre, ou ce qui ressemble à des pierres tombales. On trouve également des rochers sculptés représentant des guerriers montés sur des éléphants ou des buffles, des hommes luttant contre un serpent, divers animaux. L’un des tertres, que les locaux appellent Makam Bunga, "la tombe aux fleurs", est présentée comme étant la tombe du fondateur des Pasemah, les habitants de la région. Ceux-ci disent du site qu'il est « hanté ».

Les datations les plus anciennes obtenues par l'analyse du carbone 14 d'objets trouvés lors de fouilles sur le site vont de 3 600 ans avant le présent. La découverte d'un fragment d'herminette en silex poli atteste d'une culture néolithique. On peut supposer que les hautes terres ont été colonisées pour leurs ressources en « bonnes » terres volcaniques pour l’agriculture.

La géologie révèle une phase de transition datée de 300 à 800 de notre ère. On a effectivement trouvé des tambours de bronze de style Dong Son. Le site passe alors à l’âge des métaux et fait probablement partie d'un circuit d'échange avec le monde extérieur. Comme le plateau est relié par fleuve à la ville de Palembang, on pense que le site avait des liens avec le royaume de Sriwijaya, qui contrôlait le trafic maritime dans le détroit de Malacca entre les VIIIe et XIIIe siècles.

Puis au XIVe siècle, apparaissent des sépultures, auxquelles est attachée une tradition orale.

Le nom de Keling vient de Kalinga, un ancien royaume de l'État indien de l'Orissa. La tradition orale pourrait ici témoigner d'échanges avec l'Inde ancienne.

TransportModifier

 
Tête sculptée dans la pierre à Tegurwangi

Pasemah est accessible depuis Pagar Alam. De là, on gagne le village de Tegurwangi, à 8 km de Pagar Alam, où on trouve une tombe et des sculptures humaines. De Tegurwangi, on se rend à Belubai, situé à 3 km, où on trouve un éléphant de pierre, d'autres tombes et d'autres statues. Non loin se trouvent les sculptures de Tanjung Aru.

On se rend à Pagar Alam, soit depuis Palembang, la capitale de la province de Sumatra du Sud, soit depuis Bengkulu à 175 km.

NotesModifier

  1. Khairul Saleh, "Sumatra’s ancient megaliths give insight to the past", The Jakarta Post, 15/07/09

BibliographieModifier

  • Guillaud, Dominique, "L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace", EchoGéo, Numéro 4, mars / mai 2008
  • Van der Hoop, A. N. J. Th., "Megalithic remains in South-Sumatra", in Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, Année 1932, Volume 32, Numéro 32, p. 573-576
  • Site mégalithique d'Indonésie : Nias, Bondowoso, Sumba, Lahat, Malinau, Plateau de Pasemah, Lima Puluh Kota, Pagar Alam, Gunung Padang, (ISBN 1159955956 et 978-1159955953)