Ouvrir le menu principal

Rue Fortuny

rue de Paris, France

17e arrt
Rue Fortuny
Image illustrative de l’article Rue Fortuny
Rue Fortuny vue de la rue de Prony.
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Plaine-de-Monceaux
Début 38, rue de Prony
Fin 39, avenue de Villiers
Morphologie
Longueur 220 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination 1877
Ancien nom Rue Guyot-Prolongée
Géocodification
Ville de Paris 3754
DGI 3745

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Fortuny
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Fortuny est une voie située dans le quartier de la Plaine-Monceau, au sein du 17e arrondissement de Paris en France.

Situation et accèsModifier

Longue de 220 mètres, elle commence au 38, rue de Prony et finit au 39, avenue de Villiers.

Elle est desservie par la ligne    à la station Malesherbes.

Origine du nomModifier

Habitée par des artistes attirés par la proximité du parc Monceau, elle porte le nom du peintre catalan Mariano Fortuny i Marsal (1838-1874)[1].

HistoriqueModifier

À la suite des différentes opérations de spéculation immobilière de la plaine Monceau qui commencèrent dès 1848 avec la création de la Société d'épargne immobilière, s'amplifièrent avec les frères Pereire en 1852 et se poursuivirent à la suite du rattachement à Paris des communes périphériques, entre le mur des Fermiers généraux et l'enceinte de Thiers, dont Batignolles-Monceau, le 1er janvier 1860[2].[pas clair]

La rue a été ouverte en 1876 sur des terrains appartenant au peintre Louis Godefroy Jadin, peintre des scènes de chasse de Napoléon III, et prit le nom de « rue Guyot-Prolongée » en avril 1877 avant d'être dénommée « rue Fortuny » par arrêté du 30 juillet 1877.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquablesModifier

 
Immeuble du no 9.
  • No 2 : Edmond Rostand y a habité entre 1891 et 1897. Il y a notamment écrit Cyrano de Bergerac[3].
  • No 5 : immeuble de la résidence de l'ambassadeur d'Iran en France. Cet immeuble a été acquis par l'État iranien au XIXe siècle et fut tour à tour résidence des rois iraniens de la dynastie Qajar, ambassade et consulat d'Iran et enfin, depuis la fin des années 1960, résidence de l'ambassadeur d'Iran. À noter que le shah d'Iran y a séjourné ainsi que le président Khatami lors de son deuxième déplacement en France. Le bâtiment a subi une profonde rénovation dans les années 2003-2004.
  • No 7 : immeuble de rapport construit en 1913 par l'architecte Fernand Dupuis.
  • No 8 : hôtel particulier[4], construit en 1882 pour Émilie Streich, par les architectes Alfred Boland et Auguste Latapy
  • No 9 : hôtel particulier[5] construit en 1891 pour M. Benjamin Morel sur les plans de l'architecte Paul-Adrien Gouny. Il est depuis 1997 inscrit aux monuments historiques[6]. La façade est décorée de céramiques polychromes crées par Jules Paul Loebnitz[7]. Pendant une période, il est occupé par un lycée professionnel de haute couture et d'esthétique, connu sous le nom de lycée Fortuny. En 2010, le site est transféré de l'État au conseil régional d'Île-de-France puis loué à la société de production d'Albert Dupontel, qui y tourne le film 9 mois ferme[8] et des scènes d'Au revoir là-haut[9]; le bâtiment est rendu à la région, fin 2017, qui prévoit de le vendre[8].
  • No 12 : hôtel particulier[10], construit en 1892 par l'architecte Henri Grandpierre pour madame Huguet de Chataux.
  • No 13 : hôtel particulier[11] par l'architecte Paul-Casimir Fouquiau en 1879-1880 pour le peintre Paul Vayson (1841-1911). Marcel Pagnol l'a occupé entre 1933 et 1950.
  • No 15 : hôtel particulier construit par l'architecte Paul-Casimir Fouquiau en 1879-1880 pour Marsaudout.
  • No 17 : hôtel particulier[12] construit par l'architecte Édouard-Charles Weyland, en 1880, pour le préfet de la Loire-Inférieure entre 1879 et 1882, Louis Herbette. Siège de l'Agence juive, l'adresse est le lieu d'un attentat à la bombe le [13].
  • No 19 : hôtel particulier[14] construit en 1891 par Jean Brisson-Duval pour Arsène Picard. Les sculptures sont de Joseph Chéret (1838-1894), frère cadet du peintre Jules Chéret.
  • No 25 : hôtel particulier construit entre 1880 et 1890.
  • No 27 : hôtel particulier[15], construit en 1878 pour Englebert par l'architecte Adolphe Viel. On note sur la façade le carrelage qui souligne les différents étages. La Belle Otero y a habité.
  • No 29 : hôtel particulier[16], construit en 1878-1879, pour la veuve Perreau par l'architecte Adolphe Viel.
  • No 34 : hôtel particulier[17], construit en 1880, pour lui-même, par l'architecte Albert Lalanne (1844-1930). Façade élevée de deux étages carrés sur rez-de-chaussée, situé au sein d'une séquence cohérente édifiée à la même époque.
  • No 35 : hôtel particulier[18], habité par la tragédienne Sarah Bernhardt, construit par l'architecte et peintre Nicolas-Félix Escalier (1843-1920), en 1876. À la décoration intérieure participèrent, outre l'architecte lui-même, les peintres Godefroy Jadin, Georges Clairin et son ami Ulysse Butin, Ernest Ange Duez, Philippe Parrot[19] et le maître verrier Joseph-Albert Ponsin qui créa les deux grandes verrières représentant la tragédienne respectivement dans le rôle de la reine dans Ruy Blas et dans celui de Zanetto dans Le Passant, passées aux enchères à l'hôtel Drouot en 2010[20]. Sarah Bernhardt, ruinée, dut vendre son bien par adjudication en 1885 (1887 selon d'autres sources) et il fut acheté par Stéphane Dervillé (1848-1925), ancien président du PLM où il vécut aux nos 35-37 jusqu'à son décès et elle emménagea au 56, boulevard Pereire. En 2012, il a été acquis par l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin[21].
  • No 40 : Le sculpteur Louis-Ernest Barrias, qui avait fait fortune en réalisant de la statuaire publique ou funéraire, y a habité[réf. nécessaire].
  • Angle No 37 et 41, avenue de Villiers : immeuble Fortuny construit en 1956 par les architectes Jean Lefèvre et Jean Connehaye. L'immeuble est caractéristique de l'architecture moderne avec l'emploi du béton armé et du béton précontraint pour les dalles. Les étages supérieurs servent d'habitation et sont disposés en gradins pour respecter le règlement d'urbanisme[22],[23]
  • No 42 : hôtel particulier de style néo-Renaissance[24], construit en 1879 par l'architecte Alfred Boland pour le maître verrier Joseph-Albert Ponsin. Une de ses verrières avait été primée lors de l'Exposition universelle de 1878 qu'il avait fait placer sur la façade de son hôtel. Elle a aujourd'hui disparu, les cariatides existantes sur la façade l'encadraient. Louis Esnault en donnait une description dans l'article « La grande verrière de l'Exposition universelle de 1878 » dans la revue L’Art, revue hebdomadaire de 1880. Joseph Ponsin présenta à l'Exposition universelle de 1900 un « palais lumineux », en verre soufflé et moulé, créé pour la manufacture de Saint-Gobain[25].
  • No 44 : hôtel particulier[26] construit en 1877 pour Soto par l'architecte Eugène Flamand. Il est surélevé en 1902 par l'architecte Henry Duchesne.
  • No 46 : hôtel particulier[27], de style néo-Renaissance, bâti pour Gélin en 1880 par Eugène Flamand. Nicolas Sarkozy y a passé une partie de son enfance, car l'hôtel particulier appartenait à son grand-père, Benedict Mallah[réf. nécessaire].


Notes et référencesModifier

  1. « Rue Fortuny », www.parisrues.com.
  2. Alain Lemoine et Rodolphe Trouilleux, Des Ternes aux Batignolles. Promenade historique dans le XVIIe arrondissement, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, Paris, 1986 (ISBN 2-905118-04-0), p. 175.
  3. « La très chic rue Fortuny », 11 novembre 2010, www.lepoint.fr.
  4. « Hôtel 8, rue Fortuny », structurae.info.
  5. Bernard Marrey et Marie-Jeanne Dumont, La Brique à Paris, Picard éditeur, Paris, 1991 (ISBN 2-7084-0414-8), p. 59.
  6. « Hôtel particulier, 9, rue Fortuny », notice no PA75170001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Hôtel 9, rue Fortuny (Paris (17e), 1890) | Structurae », sur structurae.info (consulté le 15 novembre 2017).
  8. a et b « Paris : Dupontel rendra en décembre l'immeuble loué à bas prix à la Région », www.leparisien.fr, 14 septembre 2017.
  9. « Hôtel Fortuny : la société de production d’Albert Dupontel se défend de tout passe-droit », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017).
  10. Mairie du 17e arrondissement : 12, rue Fortuny.
  11. Mairie du 17e arrondissement : 13-15, rue Fortuny.
  12. Mairie du 17e arrondissement : 17, rue Fortuny.
  13. « Rue Fortuny », parisrevolutionnaire.com, (consulté le 21 mai 2017).
  14. Mairie du 17e arrondissement : 19, rue Fortuny.
  15. Mairie du 17e arrondissement : 27, rue Fortuny.
  16. Mairie du 17e arrondissement : 29, rue Fortuny.
  17. Mairie du 17e arrondissement : 34, rue Fortuny.
  18. Mairie du 17e arrondissement : 35, rue Fortuny.
  19. « J'occupais alors tous mon temps à surveiller la construction d'un joli hôtel que je me faisais bâtir au coin de l'avenue de Villiers et de la rue Fortuny. […] Le gendre de Monsieur Régnier, Félix Escalier, architecte très à la mode, me construisit un ravissant hôtel. Rien ne m'amusait plus que d'aller dès le matin avec lui sur les chantiers. […] Je dépensais mes forces à aider mes amis peintres qui faisaient des plafonds dans ma chambre, dans ma salle à manger, dans mon hall : Georges Clairin, l'architecte Escalier qui était en même temps peintre de talent, Duez, Picard, Butin, Jadin et Perrot. » (Sarah Bernhardt, Ma double vie. Mémoires, Paris, E. Fasquelle, 1907, p. 354, online.)
  20. « Sarah Bernard en vedette à Drouot », Le Parisien, 6 décembre 2010, www.leparisien.fr.
  21. Anne Vidalie, « Patrimoine : demeure de maître pour Villepin », L'Express, 22 février 2012, www.lexpress.fr.
  22. Kathy Borrus, Paris. Mille monuments, Paris, Mengès, 2005, 575 p. (ISBN 978-2856204627), p. 494.
  23. Éric Lapierre, Guide d'architecture Paris (1900-2008), Paris, Éditions du Pavillon de l'Arsenal, 2008, no 614 (ISBN 978-2-35487-003-4).
  24. Mairie du 17e arrondissement : 42, rue Fortuny.
  25. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, 1994 (ISBN 978-2010168123), p. 202.
  26. Mairie du 17e arrondissement : 44, rue Fortuny.
  27. Mairie du 17e arrondissement : 46, rue Fortuny.